Manon

 

=> distributions et critiques

 

 

 

Catalogue des morceaux

 

Prélude    
Acte I. l'Hôtellerie d'Amiens
  Holà ! Hé ! Monsieur l'Hôtelier ! Poussette, Javotte, Rosette, Guillot, De Brétigny, l'Hôtelier
  Allez à l'auberge voisine Lescaut, les Gardes, Bourgeois, Bourgeoises, Voyageurs, Voyageuses
Arrivée de Manon Je suis encor tout étourdie... Manon
  Revenez, Guillot, revenez ! Poussette, Javotte, Rosette
Conseils de Lescaut Regardez-moi bien dans les yeux Lescaut
Regrets de Manon Voyons, Manon, plus de chimères Manon
Duo de la Rencontre Et je sais votre nom... Manon, Des Grieux
  Plus un sou ! le tour est très plaisant ! Poussette, Javotte, Rosette, Lescaut, Guillot, De Brétigny, l'Hôtelier, Bourgeois, Bourgeoises
Acte II. l'Appartement de Des Grieux et de Manon, rue Vivienne
Prélude    
Duo de la Lettre On l'appelle Manon Manon, Des Grieux
  Enfin, les amoureux, je vous tiens tous les deux ! Manon, Des Grieux, Lescaut, De Brétigny
Adieux de Manon Adieu, notre petite table Manon
le Rêve de Des Grieux En fermant les yeux Des Grieux
Acte III. Premier tableau : le Cours-la-Reine
Prélude (Entr'acte-Menuet)    
  C'est fête au Cours-la-Reine ! Marchands, Marchandes, Bourgeois de Paris
Duo de la Promenade La charmante promenade Poussette, Javotte
  A quoi bon l'économie !... O Rosalinde Lescaut
  Voici les élégantes ! Bourgeois, Bourgeoises, Marchands, Marchandes
Manon au Cours-la-Reine Je marche sur tous les chemins ! Manon
Gavotte Obéissons, quand leur voix appelle Manon
Fabliau Oui, dans les bois et dans la plaine Manon
  Pardon !... mais j'étais là... Manon, le Comte Des Grieux
Ballet la Présentation - 1re Entrée - 2e Entrée - 3e Entrée - 4e Entrée  
Deuxième tableau : le Parloir du Séminaire de Saint-Sulpice
  Quelle éloquence ! l'admirable orateur ! les Dévotes
  Epouse quelque brave fille le Comte Des Grieux
  Ah ! fuyez, douce image Des Grieux
  Pardonnez-moi, Dieu de toute puissance Manon
Duo du Séminaire Oui ! je fus cruelle et coupable ! Manon, Des Grieux
Duo du Séminaire : Scène de la Séduction N'est-ce plus ma main que cette main presse ? Manon
Acte IV. l'Hôtel de Transylvanie
  Le joueur sans prudence livre tout au hasard les Aigrefins
  A l'Hôtel de Transylvanie Poussette, Javotte, Rosette
  C'est ici que celle que j'aime Lescaut
  J'enfourche aussi Pégase Guillot
Trio du Jeu Manon, sphinx étonnant Manon, Des Grieux, Lescaut
  A nous les amours et les roses ! Manon, Poussette, Javotte, Rosette
  Oui, je viens t'arracher à la honte ! Manon, Poussette, Javotte, Rosette, Des Grieux, le Comte Des Grieux, Guillot, la Foule des Joueurs
Acte V. la Route du Havre
  Capitaine, ô gué, es-tu fatigué les Archers
  Tu pleures ! Manon, Des Grieux

 

 

 

LIVRET

 

 

Enregistrements accompagnant le livret

 

- Version intégrale 1929 : Manon : Germaine Féraldy ; Poussette : Andrée Vavon ; Javotte : Rambert, sauf face 31 : Ravery ; Rosette : Andrée Bernadet, sauf face 29 : Marguerite Julliot, et faces 32 et 33 : Marinette Fenoyer ; la Servante : Marguerite Julliot ; Des Grieux : Joseph Rogatchewsky ; Lescaut : Georges Villier ; le Comte : Louis Guénot ; Guillot : Eugène de Creus ; Brétigny : André Gaudin, sauf faces 02 et 05 : Jean Vieuille ; l'Hôtelier : Paul Payen ; Chœurs et Orchestre de l'Opéra-Comique dir Elie Cohen ; Columbia D 15156 à D 15173 ; enr. du 05 décembre 1928 au 13 mars 1929.

 

- Version anthologique 1956 : René Doria (Manon) ; Alain Vanzo (Des Grieux) ; Adrien Legros (le Comte) ; Chœurs et Grand Orchestre Symphonique dir Jésus Etcheverry ; enr. à Paris en 1956.

 

 

 

 

Acte I. estampe de Jules Gaildrau du décor de la création

 

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

01. Prélude. "Holà ! Hé ! Monsieur l'hôtelier !"

Columbia D 15156, mat. LX 690

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02. "Allons, messieurs, point de courroux !"

Columbia D 15156, mat. LX 729

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(version de la partition)

[les passages parlés figurent en couleur violette]

 

Prélude

 

ACTE PREMIER

 

LA GRANDE COUR D'UNE HÔTELLERIE À AMIENS

 

Au fond, une grande porte cochère ouvrant sur la rue. A droite, au premier plan, un pavillon auquel on monte par quelques marches. A gauche, une tonnelle devant laquelle on trouve un puits et un banc de pierre. Derrière la tonnelle, au second plan, un peu plus avancée que la tonnelle, l'entrée de l'hôtellerie.

 

 

 

SCÈNE I

BRÉTIGNY, GUILLOT DE MORFONTAINE, POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE.

 

Au lever du rideau, Brétigny est debout à la porte du pavillon ; Guillot, sa serviette à la main, est au bas de la dernière marche.

 

GUILLOT (appelant)

Holà ! Hé ! Monsieur l'hôtelier !

Combien de temps faut-il crier

Avant que vous daigniez entendre ?...

 

BRÉTIGNY

Nous avons soif !

 

GUILLOT

Nous avons faim !

Holà ! Hé !

 

BRÉTIGNY

Vous moquez-vous de faire attendre ?

 

GUILLOT et BRÉTIGNY

Morbleu ! Viendrez-vous à la fin ?

 

GUILLOT (avec dépit)

Foi de Guillot Morfontaine !

C'est trop de cruauté

Pour des gens de qualité !

 

BRÉTIGNY (en colère)

Il est mort, la chose est certaine.

 

GUILLOT (en colère)

Il est mort !

 

GUILLOT et BRÉTIGNY

Il est mort !

 

POUSSETTE (à la fenêtre, et riant)

Allons, messieurs, point de courroux !...

 

GUILLOT

Que faut-il faire ?...

 

BRÉTIGNY

Que faut-il faire ?...

 

GUILLOT

Il n'entend pas !

 

POUSSETTE (riant aux éclats)

On le rappelle !

 

POUSSETTE et JAVOTTE

On le harcelle !

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE

On le rappelle !

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

Voyons, monsieur l'hôtelier !

Montrez-vous hospitalier !

Montrez-vous hospitalier !

Voyons, monsieur l'hôtelier !

Voyons, monsieur l'hôtelier !

 

POUSSETTE

Sauvez-nous de la famine !

 

GUILLOT

Sauvez-nous de la famine !

 

JAVOTTE.

Sauvez-nous de la famine ! Ayez pitié !

 

BRÉTIGNY

Sauvez-nous de la famine !

 

ROSETTE

Sauvez-nous de la famine !

 

POUSSETTE

Montrez-vous hospitalier !

Voyons, monsieur l’hôtelier !

 

[ POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE

[ Monsieur l'hôtelier !

[ Sauvez-nous de la famine !

[ Sauvez-nous de la famine !

[ Voyons, monsieur, monsieur l’hôtelier !

[

[ GUILLOT

[ Monsieur l'hôtelier !

[ Soyez donc hospitalier !

[ Soyez donc hospitalier !

[ Voyons, monsieur, monsieur l’hôtelier !

[

[ BRÉTIGNY

[ Monsieur l'hôtelier !

[ Sinon l'on vous extermine !

[ Sinon l'on vous extermine !

[ Monsieur, monsieur l’hôtelier !

 

BRÉTIGNY (écoutant)

Eh bien !... Eh quoi ! Pas de réponse ?...

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE

Pas de réponse ?...

 

GUILLOT

Pas de réponse ?...

 

BRÉTIGNY

Il est sourd à notre semonce !

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE

Recommençons !

 

GUILLOT

Pas trop de bruit !

Cela redouble l'appétit !

 

[ POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE et BRÉTIGNY

[ Voyons, monsieur l'hôtelier,

[ Montrez-vous hospitalier !

[ Montrez-vous hospitalier !

[

[ GUILLOT

[ Montrez-vous hospitalier !

[ Montrez-vous hospitalier !

 

(livret, édition de mars 1902)

 

 

Prélude

 

ACTE PREMIER

 

LA GRANDE COUR D'UNE HÔTELLERIE À AMIENS

 

Le théâtre représente la cour d'une hôtellerie à Amiens. — Au fond, une grande porte cochère ouvrant sur la rue. — A droite, premier plan, un pavillon auquel on monte par quelques marches. — A gauche, une tonnelle devant laquelle est un puits et un banc de pierre, — Derrière la tonnelle, deuxième plan, un peu plus avancée que la tonnelle, l'entrée de l'hôtellerie.

 

 

SCÈNE I

BRÉTIGNY, GUILLOT DE MORFONTAINE, POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE.

 

Au lever du rideau, Brétigny debout à la porte du pavillon, Guillot, sa serviette à la main, est au bas de la dernière marche.

 

GUILLOT, appelant.

Holà ! hé ! monsieur l'hôtelier,

Combien de temps faut-il crier,

Avant que vous daigniez entendre ?

 

BRÉTIGNY.

Nous avons soif !

 

GUILLOT.

Nous avons faim !

 

BRÉTIGNY.

Vous moquez-vous de faire attendre ?

 

BRÉTIGNY, GUILLOT.

Morbleu ! viendrez-vous à la fin ?

 

GUILLOT.

Foi de Guillot Morfontaine

C'est par trop de cruauté

Pour des gens de qualité !

 

BRÉTIGNY.

Il est mort, la chose est certaine !

 

GUILLOT, avec désespoir.

Il est mort, la chose est certaine !

 

POUSSETTE, à la fenêtre.

Voyons, messieurs, point de courroux !

 

GUILLOT.

Que faut-il faire ?...

 

JAVOTTE, riant.

Eh ! l'on appelle !

 

BRÉTIGNY.

Il n'entend pas, ma toute belle !

 

JAVOTTE, POUSSETTE, ROSETTE

On le rappelle ! on le harcelle !

 

BRÉTIGNY.

Fort bien ! Dans ce cas, voulez-vous

Implorer ce rustre avec nous ?

 

JAVOTTE, POUSSETTE, ROSETTE.

Puisque le malheur nous rassemble,

Apostrophons-le tous ensemble !

 

JAVOTTE, POUSSETTE, ROSETTE, BRÉTIGNY, GUILLOT.

Voyons, monsieur l'hôtelier,

Montrez-vous hospitalier !

Sauvez-nous de la famine,

Sinon l'on vous extermine !

Voyons, monsieur l'hôtelier,

Montrez-vous hospitalier !

 

BRÉTIGNY, écoutant.

Eh bien !... Eh quoi !... pas de réponse !

Il est sourd à notre semonce !

 

POUSSETTE.

Recommençons !

 

GUILLOT.

Pas trop de bruit !

Cela redouble l'appétit.

 

REPRISE DE L'ENSEMBLE.

Voyons, monsieur l'hôtelier,

Etc.

 

décor de l'acte I de Manon à l'Opéra-Comique (nouvelle production de 1898)

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03. "Entendez-vous la cloche ?"

Columbia D 15157, mat. LX 731

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04. "Je suis encor tout étourdie"

Columbia D 15157, mat. LX 835

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction - "Je suis encor tout étourdie"

distribution

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Je suis encor tout étourdie"

Gabrielle Ritter-Ciampi (Manon) et Orchestre

Pathé saphir 80t 0439, mat. 4062, enr. le 05 décembre 1924

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, L'HÔTELIER.

 

L'hôtelier paraît sur le pas de la porte.

 

BRÉTIGNY (avec une explosion de joie et de surprise)

Ah ! Voilà le coupable !

 

GUILLOT (avec une colère comique)

Réponds-nous, misérable !

 

L'HÔTELIER (indigné)

Moi !... Vous abandonner !...

Je ne dirai qu'un mot : qu'on serve le dîner !

(A ce moment, des marmitons portant des plats sortent de l'hôtellerie. Les marmitons se dirigent lentement et presque solennellement vers le pavillon.)

 

L'HÔTELIER (avec importance)

Hors-d’œuvre de choix...

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

Bien !

 

L'HÔTELIER

... et diverses épices...

Poisson, ... poulet...

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

Parfait !

 

JAVOTTE

Du poisson !...

 

GUILLOT

Du poulet !...

 

BRÉTIGNY

Parfait !

 

[ POUSSETTE

[ O douce providence,

[ On vient nous servir !

[

[ JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

[ Voilà qu'en cadence,

[ On vient nous servir !

[

[ L'HÔTELIER

[ Voyez ! On vient vous servir !

 

L'HÔTELIER

(insistant)

... Un buisson d'écrevisses !...

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE (avec joie)

Des écrevisses !...

 

GUILLOT (avec joie)

Des écrevisses !...

 

L'HÔTELIER

Et pour arroser le repas,

De vieux vins !...

 

GUILLOT (aux marmitons)

Ne les troublez pas !...

 

L'HÔTELIER

Et pour compléter les services :

Le pâté de canard !

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

Un pâté !

 

L'HÔTELIER (se rengorgeant)

Non pas, messieurs : un objet d'art !

 

GUILLOT

Vraiment !

 

BRÉTIGNY

Parfait !

 

[ POUSSETTE

[ O douce providence,

[ On vient nous servir !

[

[ JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

[ Voilà qu'en cadence,

[ On vient nous servir !

[

[ L'HÔTELIER

[ Voyez ! On vient vous servir !

 

[ POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT et BRÉTIGNY

[ O sort délectable,

[ Lorsque l'on a faim,

[ De se mettre enfin

[ A table !

[ On vient nous servir !

[

[ L'HÔTELIER

[ Il est préférable

[ Et même très sain

[ D'attendre la faim.

[ Mettez-vous à table !

[ On vient vous servir !

 

JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT, BRÉTIGNY et L'HÔTELIER

A table !

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, GUILLOT, BRÉTIGNY et L'HÔTELIER

A table ! A table !

(Tous rentrent dans le pavillon dont la porte et la fenêtre se referment. L'hôtelier reste seul.)

 

 

SCÈNE III

 

L'HÔTELIER

C'est très bien de dîner !...

Il faut aussi payer !

Et je vais...

Mais au fait, pensons au chevalier des Grieux !

Le temps passe...

Et j'ai promis de retenir sa place

Au premier coche.

(se dirigeant au fond et apercevant les bourgeois qui se disposent à envahir l'hôtellerie)

Mais, voilà

Déjà

La ribambelle

Des bons bourgeois !...

Ils viennent regarder

Si l'on peut lorgner

Quelque belle,

Ou se moquer de quelque voyageur !

(sentencieusement)

J'ai remarqué que l'homme est très observateur !

(Il entre dans le bureau. La cloche de l'hôtellerie se fait entendre. Les bourgeois et les bourgeoises envahissent peu à peu l'hôtellerie.)

 

 

SCÈNE IV

BOURGEOIS et BOURGEOISES, puis LESCAUT et DEUX GARDES, VOYAGEURS, POSTILLONS et PORTEURS, puis MANON.

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS

Entendez-vous la cloche,

Voici l'heure du coche.

Il faut tout voir ! tout voir !

Les voyageurs, les voyageuses,

Il faut tout voir !

Pour nous c'est un devoir !

(Lescaut entre, suivi de deux gardes.)

 

LESCAUT (s'adressant aux gardes)

C'est bien ici l'hôtellerie

Où le coche d'Arras va tantôt s'arrêter ?...

 

LES GARDES

C'est bien ici !

 

LESCAUT (les congédiant)

Bonsoir !

 

LES GARDES (se récriant)

Quelle plaisanterie ?

Lescaut, tu pourrais nous quitter ?

 

LESCAUT (avec bonne humeur)

Jamais ! Jamais ! Jamais ! Allez à l'auberge voisine ;

On y vend un clairet joyeux ;

Je vais attendre ma cousine,

Je vais attendre ma cousine,

Et je vous rejoins tous les deux !

 

LES GARDES

Rappelle-toi !

 

LESCAUT (froissé)

Vous m'insultez !... C'est imprudent !

 

LES GARDES (suppliant)

Lescaut !

 

LESCAUT (satisfait et insolent)

C'est bon ! Je perdrais la mémoire

Quand il s'agit de boire !

(avec autorité)

Allez ! (finement, changeant de ton) à l'auberge voisine

On y vend un clairet joyeux !...

Je vais attendre ma cousine,

Allez trinquer en m'attendant ! en m’attendant, allez trinquer !

(Les deux gardes sortent par la porte du fond. La rue s'emplit de postillons, de porteurs chargés de malles, de cartons, de valises et précédés ou suivis de voyageurs et de voyageuses qui tournent autour d'eux pour obtenir leurs bagages.)

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS (avec joie)

Les voilà ! Les voilà ! Les voilà !

(Au fond, on aperçoit le coche duquel descendent des voyageurs.)

 

UNE VIEILLE DAME (se rajustant)

Oh, ma coiffure !... Oh, ma toilette !

 

CHŒUR (riant)

Voyez-vous pas cette coquette !

 

UN VOYAGEUR

Hé ! Le porteur !...

 

LE PORTEUR (de mauvaise humeur)

Dans un instant !

 

CHŒUR (de même)

Ah ! le singulier personnage !

 

UNE VOYAGEUSE

Où sont mes oiseaux et ma cage ?

 

UN VOYAGEUR

Hé, postillon !

 

UNE AUTRE (appelant aussi)

Postillon !

 

UN AUTRE (de même)

Hé, postillon !

 

UNE AUTRE (appelant aussi)

Postillon !...

 

UN AUTRE

Ma malle !

 

UNE AUTRE

Mon panier !

 

[ LES VOYAGEURS

[ Postillon ! Postillon !

[

[ POSTILLONS et PORTEURS (se dégageant)

[ Dans un moment, dans un moment !

 

LES VOYAGEURS

Donnez à chacun son bagage !

 

POSTILLONS et PORTEURS

Moins de tapage !

 

[ LES VOYAGEURS

[ Voyons ! Voyons ! Voyons !

[

[ POSTILLONS et PORTEURS

[ Non ! Non ! Non ! Non ! Non !

 

[ LES VOYAGEURS

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment

[ Quand il faut monter en voiture !

[ Ah ! Je le jure

[ On ferait bien de faire avant son testament !

[

[ POSTILLONS et PORTEURS

[Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun d'eux gémit et murmure

[ Rien qu'en montant dans la voiture,

[ Et recommence en descendant !

[

[ BOURGEOISES et BOURGEOIS

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun gémit

[ Rien qu’en montant ou descendant !

[ Dieux, quel tourment !

 

[ LES VOYAGEURS

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[

[ LES AUTRES VOYAGEURS

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[ Ah ! Quel tourment !

[

[ POSTILLONS et PORTEURS

[ Ça recommence en descendant !

 

[ LES VOYAGEURS

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Quel tracas ! Quel tourment !

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[ Quel tourment !

[

[ POSTILLONS et PORTEURS

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun gémit

[ Taisez-vous ! Taisez-vous ! Taisez-vous ! Taisez-vous !

[ Dieux ! c'est à se damner vraiment !

[ Quel tourment !

[

[ BOURGEOISES et BOURGEOIS

[ Ah ! Quel tracas et quel tourment !

[ Ah ! Quel tracas et quel tourment !

[(riant) Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[ Quel tourment!

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS (riant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

 

[ UNE VOYAGEUSE (poursuivant les postillons)

[ Je suis la première !

[

[ UN VOYAGEUR (de même)

[ Je suis le premier !

 

[ LES POSTILLONS (brusquement)

[ Le dernier !

[

[ LES BOURGEOIS (imitant les postillons, en riant)

[ Le dernier !

 

[ LA VOYAGEUSE

[ La première !

[

[ LE VOYAGEUR

[ Le premier !

 

[ LES POSTILLONS

[ Non !

[

[ LES BOURGEOIS

[ Non !

(Manon qui vient de sortir de la foule considère tout ce tohu-bohu avec étonnement.)

 

LES BOURGEOISES (entre elles, regardant Manon)

Voyez ! cette jeune fille !...

 

LESCAUT (l'observant à son tour)

Eh ! J'imagine

Que cette belle enfant, c'est Manon, ma cousine !

(allant vers elle) (à Manon, franchement)

Je suis Lescaut.

 

MANON (avec une légère surprise)

Vous... mon cousin !

(simplement)

Embrassez-moi !

 

LESCAUT

Mais très volontiers, sur ma foi !...

Morbleu ! C'est une belle fille

Qui fait honneur à la famille !

 

MANON (avec embarras)

Ah ! mon cousin ! Mon cousin, excusez-moi !

 

LESCAUT (à part)

Elle est charmante !

 

MANON (avec charme et émotion)

Je suis... encor... tout étourdie...

Je suis... encor... tout engourdie...

Ah ! mon cousin, excusez-moi !

Excusez un moment d'émoi !

Je suis... encor... tout étourdie...

Pardonnez à mon bavardage,

J'en suis à mon premier voyage !

(en racontant)

Le coche s'éloignait à peine

Que j'admirais de tous mes yeux

Les hameaux, les grands bois,... la plaine,

Les voyageurs... jeunes et vieux !

(changeant de ton)

Ah ! mon cousin, excusez-moi !

C'est mon premier voyage !...

(continuant son récit)

Je regardais fuir, curieuse,

Les arbres frissonnant au vent !

Et j'oubliais toute joyeuse

Que je partais pour le couvent !... pour le couvent !... pour le couvent !...

Devant tant de choses nouvelles,

Ne riez pas si je vous dis

Que je croyais avoir des ailes

Et m'envoler au paradis !...

Oui, mon cousin !

Puis j'eus un moment de tristesse...

Je pleurais... je ne sais pas quoi !

(changeant de ton)

L'instant d'après, je le confesse,

Je riais !...

(riant aux éclats)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Je riais !... Mais sans savoir pourquoi !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

(confuse)

Ah ! mon cousin, excusez-moi !

Ah ! mon cousin, pardon !

Je suis... encor... tout étourdie...

Je suis... encor... tout engourdie !

Pardonnez à mon bavardage,

J'en suis à mon premier voyage !

(Grand mouvement. Les voyageurs, précédés des postillons, envahissent la cour de l'hôtellerie. On sonne le départ du coche.)

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, L'HÔTELIER, sur le pas de sa porte.
 

BRÉTIGNY.

Ah ! voilà le coupable !

 

GUILLOT.

Réponds-nous, misérable !

 

L'HÔTELIER, indigné.

Moi, vous abandonner !

Je ne dirai qu'un mot : qu'on serve le dîner !

A ce moment, des marmitons sortent de l'hôtellerie en portant des plats, ils se dirigent lentement et presque solennellement vers le pavillon.

 

L'HÔTELIER, avec importance.

Hors-d'œuvre de choix...

 

TOUS.

Bien !

 

L'HÔTELIER.

Diverses épices...

Poisson, poulet...

 

TOUS.

Parfait !

 

L'HÔTELIER, insistant.

Un buisson d'écrevisses !

Et pour arroser le repas,

De vieux vins...

 

GUILLOT.

Ne les troublez pas !

 

L'HÔTELIER.

Et pour compléter les services,

Le pâté de canard !

 

TOUS.

Un pâté ?

 

GUILLOT.

De canard ?

 

L'HÔTELIER, se rengorgeant.

Non pas, messieurs ! un objet d'art !

 

[ ENSEMBLE

[ BRÉTIGNY, GUILLOT, LES FEMMES.

[ Douce providence,

[ Il faut te bénir.   

[ Voilà qu'en cadence,

[ On vient nous servir !

[ O sort délectable,

[ Lorsque l'on a faim,

[ De se voir enfin,

[ Devant une table !

[ A table !

[

[ L'HÔTELIER.

[ Ceci me dispense

[ De plus discourir.

[ Voyez en cadence,

[ On vient vous servir !

[ Il est préférable,

[ Et même très sain,

[ D'attendre la faim

[ Pour se mettre à table !

[ A table !

 

Ils rentrent dans le pavillon dont la fenêtre et la porte se referment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE III

 

L'HÔTELIER.

C'est très bien de dîner !... Il faut aussi payer.

Et je vais... Mais au fait, pensons au chevalier

Des Grieux !... Le temps passe,

Et j'ai promis de retenir sa place

Au premier coche...

Les bourgeois commencent à envahir la scène.

Eh mais, voilà,

Déjà

La ribambelle

Des bons bourgeois !... ils viennent regarder

Si l'on peut lorgner

Quelque belle,

Ou se moquer de quelque voyageur !...
J'ai remarqué que l'homme est très observateur !

Il entre dans le bureau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE IV

BOURGEOIS et BOURGEOISES, puis LESCAUT et DEUX GARDES, VOYAGEURS, POSTILLONS et PORTEURS, puis MANON.

 

LE CHŒUR DES BOURGEOIS, entrant au son d'une cloche.

Entendez-vous la cloche,

Voici l'heure du coche !

Il faut tout voir !

Les voyageurs, les voyageuses

Des curieux, des curieuses,

C'est le devoir !

Regardons leurs figures,

Admirons leurs tournures,

Regardons bien !

N'en perdons rien !

 

LESCAUT, entrant.

C'est bien ici l'hôtellerie,

Où le coche d'Arras va tantôt s'arrêter ?

 

LES GARDES.

C'est bien ici !

 

LESCAUT, les congédiant.

Bonsoir !

 

LES GARDES.

Quelle plaisanterie !

Lescaut, tu pourrais nous quitter ?

 

LESCAUT.

Jamais ! Allez à l'auberge voisine ;

On y vend un clairet joyeux ;

Je vais attendre ma cousine,

Et je vous rejoins tous les deux !

 

LES GARDES

Rappelle-toi !

 

LESCAUT, froissé.

Je perdrais la mémoire,

Quand il s'agit de boire !

Vous m'insultez, c'est imprudent.

 

LES GARDES, suppliant.

Lescaut !

 

LESCAUT.

C'est bon ! Allez trinquer en m'attendant.

Les deux gardes sortent par la porte du fond. — Nouveau coup de cloche.

 

REPRISE DU CHŒUR.

Entendez-vous la cloche...

Etc.

Sur la fin du chœur, on a vu au fond la rue se remplir de postillons et de porteurs chargés de malles, de cartons, de valises, et précédés d'une foule de voyageurs et de voyageuses qui tournent autour d'eux pour obtenir leurs bagages.

 

LES BOURGEOIS, avec joie.

Ah ! les voilà !

 

UNE VIEILLE DAME, se rajustant.

Mais ma coiffure !... oh ! ma toilette !

 

LE CHŒUR, riant.

Voyez-vous pas cette coquette !

 

UN VOYAGEUR.

Hé ! le porteur !

 

LE PORTEUR.

Dans un instant !

 

LE CHŒUR.

Ah ! le singulier personnage !

 

UNE VOYAGEUSE.

Où sont mes oiseaux et ma cage ?

 

UN VOYAGEUR.

Hé ! postillon !

 

LE POSTILLON.

Dans un moment !

 

UN VOYAGEUR.

Vite ma malle !

 

UNE VOYAGEUSE.

Et mon panier !

 

TOUS.

Je suis le premier !

 

LES POSTILLONS.

Le dernier !

 

TOUS.

Voyons, voyons !

 

LES POSTILLONS.

Moins de tapage !

 

TOUS.

Donnez à chacun son bagage !

 

ENSEMBLE DES VOYAGEURS.

Dieux ! quel tracas et quel tourment !

Quand il faut monter en voiture,

On ferait bien, je vous le jure,

De faire avant son testament

 

POSTILLONS et PORTEURS, BOURGEOIS et BOURGEOISES.

Ah ! c'est à se damner vraiment,

Chacun d'eux gémit et murmure

Rien qu'en montant dans la voiture,

Et recommence en descendant !

Manon vient de sortir de la foule et considère tout ce tohu-bohu avec étonnement.

 

LESCAUT, la regardant

Eh j'imagine

Que cette belle enfant, c'est Manon !... ma cousine !

Je suis Lescaut...

 

MANON

Vous, mon cousin ? Embrassez-moi !

 

LESCAUT.

Mais très volontiers, sur ma foi !...

Morbleu ! c'est une belle fille,

Qui fait honneur à la famille !

 

MANON.

Ah ! mon cousin, excusez-moi !

Je suis encor tout étourdie,

Tout engourdie !

Excusez un moment d'émoi,

Pardonnez à mon bavardage,

J'en suis à mon premier voyage !

Le coche s'éloignait à peine,

Que j'admirais de tous mes yeux,

Les hameaux, les grands bois, la plaine,

Les voyageurs jeunes et vieux !

Je regardais fuir, curieuse,

Les arbres frissonnant au vent !

Et j'oubliais, toute joyeuse,

Que je partais pour le couvent !

Devant tant de choses nouvelles,

Ne riez pas si je vous dis

Que je croyais avoir des ailes,

Et m'envoler au paradis !

Puis, j'eus un moment de tristesse

Je pleurais... je ne sais pas quoi,

L'instant d'après, je le confesse,

Je riais sans savoir pourquoi !

Ah ! mon cousin, excusez-moi !

Je suis encore tout étourdie,

Tout engourdie !

Excusez un moment d'émoi,

Pardonnez à mon bavardage,

J'en suis à mon premier voyage !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Je suis encor tout étourdie"

Lucette Korsoff (Manon) et Orchestre

Disque Pour Gramophone 33685, mat. 5644h, enr. à Paris en mai 1908

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Yvonne Gall (Manon) et Orchestre

Pathé 80t n° 211, mat. 3287, enr. en 1917

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Augusta Garcia (Manon) et Orchestre

Disque Pour Gramophone W 369 (0331884), mat. 3483c, enr. le 28 juin 1919

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Emma Luart (Manon) et Orchestre

Pathé saphir 80t n° 419, mat. 1577, enr. le 03 juin 1924

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Clara Clairbert (Manon) et Orchestre

Polydor 66791, mat. 1300.bm, enr. en 1928

 

 

 

"Je suis encor tout étourdie"

Fanny Heldy (Manon) et Orchestre dir Piero Coppola

Gramophone DB 1409, enr. vers 1930

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Ninon Vallin (Manon) et Grand Orchestre dir Gustave Cloëz

Odéon 188863, mat. KI 5106-1, enr. le 15 décembre 1931

 

 

    

 

"Je suis encor tout étourdie"

Ninon Vallin (Manon) et Orchestre dir. François Rühlmann

Pathé X 90.052, mat. 250.260, enr. en juin 1932

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES POSTILLONS (aux voyageurs)

Partez !... On sonne !

 

LES VOYAGEURS (avec une épouvante comique)

Comment ?... Partir ?

 

LES POSTILLONS (brutalement aux voyageurs)

Allons ! Sortez ! Voici l'autre voiture !

 

LES VOYAGEURS

Partir !... Comment !... Quelle mésaventure !

(Tous se bousculent et réclament.)

 

LES POSTILLONS

Partez !

 

[ VOYAGEUSES

[ Mon carton ! Mes oiseaux !

[ Mon panier ! Mon paquet !

[ Mes oiseaux ! Mes oiseaux !

[ Mon carton ! Mon carton !

[ On nous rançonne !

[ Voyons ! Voyons ! Voyons ! Voyons !

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[ Quand il faut monter en voiture,

[ Ah ! je le jure,

[ On ferait bien de faire avant son testament !

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Quel tracas ! quel tourment !

[ Dieux ! quel tracas et quel tourment !

[ Quel tourment !

[

[ VOYAGEURS

[ Non ! Mon paquet ! Non ! Mon chapeau !

[ Mon paquet ! Mon paquet !

[ Mon chapeau ! Mon chapeau !

[ On nous rançonne !

[ Voyons ! Voyons ! Voyons ! Voyons !

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment !

[ Quand il faut monter en voiture,

[ Ah ! je le jure,

[ On ferait bien de faire avant son testament !

[ Dieux ! Quel tracas et quel tourment ! ah ! quel tourment !

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Ah ! L’on devrait faire avant tout son testament !

[ Quel tracas ! quel tourment !

[ Dieux ! quel tracas et quel tourment !

[ Quel tourment !

[

[ LES POSTILLONS

[ Allons ! On sonne !

[ Partez ! Voici l'autre voiture ! On sonne !

[ Partez ! Partez ! Partez !

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun d'eux gémit et murmure.

[ Rien qu'en montant dans la voiture

[ Et recommence en descendant !

[ Ça recommence en descendant !

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun gémit !

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun gémit !

[ Taisez-vous ! Taisez-vous ! Taisez-vous ! Taisez-vous !

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Quel tourment !

[

[ BOURGEOISES et BOURGEOIS (riant)

[ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[ Ah ! c'est à se damner vraiment !

[ Chacun gémit !

[ Rien qu'en montant ou descendant

[ Dieux ! Quel tourment !

[ Ah ! quel tracas et quel tourment !

[ Ah ! quel tracas et quel tourment !

[ (riant)

[ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[ Quel tourment !

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS (riant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

(La foule s'éloigne peu à peu, laissant ensemble Lescaut et Manon. Celui-ci la quitte bientôt pour aller chercher ses paquets qui sont restés dans la voiture.)

 

LESCAUT (au moment de sortir pour aller chercher les paquets de Manon)

Attendez-moi, soyez bien sage,

Je vais chercher votre bagage !

 

LES BOURGEOIS ET LES BOURGEOISES

Il faut tout voir !

Pour nous c'est un devoir !

(Ils disparaissent. Manon reste seule.)

 

 

LESCAUT.

Elle est charmante, elle me plaît !

 

LES POSTILLONS, aux voyageurs.

Allons, sortez, voici l'autre voiture !

 

LES VOYAGEURS.

Comment ! partir ! quelle mésaventure !

 

UN GROUPE.

Mais ma valise !

 

PREMIER GROUPE.

Et mes oiseaux ?

 

DEUXIÈME GROUPE.

Et mon paquet ?

 

PREMIER GROUPE.

On nous rançonne !

 

LES POSTILLONS.

Partez ! on sonne !

La cloche sonne.

 

REPRISE DES ENSEMBLES.

LES VOYAGEURS.

Dieu ! quel tracas et quel tourment,

Quand il faut prendre la voiture

On ferait bien, je vous le jure,

De faire avant son testament !

 

LES BOURGEOIS.

Entendez-vous la cloche ?

Voici l'heure du coche,

Il faut tout voir,

C'est le devoir !

La scène se vide peu à peu, la foule s'éloigne, laissant ensemble Lescaut et Manon. Celui-ci la quitte bientôt pour aller aussi chercher ses paquets qui sont restés à la voiture.

 

LESCAUT.

Attendez-moi, soyez bien sage.

Je vais chercher votre bagage !

 

 

 

 

 

   

 

 

 

l'acte I de Manon à l'Opéra-Comique en décembre 1898 (nouvelle production)

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

05. "Hôtelier de malheur !"

Columbia D 15158, mat. LX 730

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06. "Ne bronchez pas" - "Restons ici"

Columbia D 15158, mat. LX 728

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ne bronchez pas"

Hector Dufranne (Lescaut) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G. C.-3-32766, mat. 5329h, enr. à Paris en nov./déc. 1907

 

 

SCÈNE V

MANON, puis GUILLOT.

 

GUILLOT (paraissant sur le balcon du pavillon)

Hôtelier de malheur ! Il est donc entendu

Que nous n'aurons jamais de vin !

(Apercevant Manon)

Ciel ! Qu'ai-je vu ?

Mademoiselle !... Hem, hem !... Mademoiselle ?

(à part)

Ce qui se passe en ma cervelle

Est inouï !

 

MANON (à part, en riant)

Cet homme est fort drôle, ma foi !

 

GUILLOT

Mademoiselle, écoutez-moi !

On me nomme Guillot, Guillot de Morfontaine ;

De louis d'or ma caisse est pleine,

Et j'en donnerais beaucoup pour

Obtenir de vous un seul mot d'amour...

J'ai fini, qu'avez-vous à dire ?

 

MANON

Que je me fâcherais si je n'aimais mieux rire !

(Manon éclate de rire, et son rire est répété par Brétigny, Javotte, Poussette et Rosette qui viennent d’arriver sur le balcon.)

 

BRÉTIGNY

Eh bien ! Guillot, que faites-vous ?

Nous vous attendons !

 

GUILLOT

Au diable les fous !

 

POUSSETTE (à Guillot)

N'avez-vous pas honte, à votre âge !...

 

BRÉTIGNY

Cette fois-ci, le drôle a par hasard

Découvert un trésor. Jamais plus doux regard

N'illumina plus gracieux visage...

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE (à Guillot, en riant)

Revenez, Guillot, revenez !

Dieu sait où vous mène un faux pas !

Cher ami Guillot, n'en faites pas !

Revenez ! Vous allez vous cassez le nez !

 

[ ROSETTE

[ Revenez donc, Guillot ! Non ! non ! point de faux pas !

[ Guillot n’en faites pas !

[

[ JAVOTTE

[ Revenez donc, Guillot ! Non ! non ! point de faux pas !

[

[ POUSSETTE

[ Revenez donc, Guillot !

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE (riant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Revenez ! Vous allez vous cassez le nez !

Revenez donc, Guillot !

(rires)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah!

 

BRÉTIGNY

Allons, Guillot, laissez Mademoiselle,

Et revenez, l'on vous appelle !...

 

GUILLOT (impatienté)

Oui, je reviens dans un moment !

(à Manon)

Ma mignonne, un mot seulement !

 

BRÉTIGNY

Guillot, laissez Mademoiselle !...

 

GUILLOT (bas à Manon)

De ma part, tout à l'heure, un postillon viendra...

Quand vous l'apercevrez, cela signifiera :

Qu'une voiture attend, que vous pouvez la prendre...

Et qu'après... vous devez comprendre...

(Lescaut vient de rentrer.)

 

LESCAUT (brusquement, à Guillot)

Plaît-il, Monsieur ?

 

GUILLOT (interdit, balbutiant)

Monsieur ?...

 

LESCAUT

Eh bien !

Vous disiez…

 

GUILLOT (de même)

Je ne disais rien...

(Il remonte malgré lui dans le pavillon.)

 

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE et BRÉTIGNY

Revenez, Guillot, revenez !

Dieu sait où nous mène un faux pas.

Cher ami Guillot, n'en faites pas !

Revenez ! Vous vous êtes cassé le nez !

(Ils rentrent en riant dans le pavillon.)

 

 

SCÈNE VI

LESCAUT, MANON, LES GARDES.

 

LESCAUT (à Manon, sérieusement)

Il vous parlait, Manon ?

 

MANON (légèrement et vif)

Ce n'était pas ma faute...

 

LESCAUT

Certes, et j'ai de vous opinion trop haute

Pour me fâcher.

 

UN GARDE (à Lescaut)

Eh bien ! Tu ne viens pas !

 

UN AUTRE (de même)

Les cartes et les dés nous attendent là-bas...

 

LESCAUT

Je viens, mais à cette jeunesse,

Permettez d'abord que j'adresse

(avec suffisance)

Quelques conseils remplis de sagesse !...

 

LES DEUX GARDES (résignés et avec respect)

Ecoutons la sagesse !

 

LESCAUT (à Manon, avec importance)

Regardez-moi bien dans les yeux,

Je vais tout près à la caserne,

Discuter avec ces messieurs

De certain point qui les concerne.

Attendez-moi donc un instant,

Un seul moment !

Ne bronchez pas, soyez gentille,

Et n'oubliez pas, mon cher cœur,

Que je suis gardien de l'honneur

De la famille ! De la famille !...

Si par hasard… quelque imprudent

Vous tenait un propos frivole…

Dans la crainte d'un accident,

Ne dites pas une parole !

Priez-le d'attendre un instant,

Un seul moment !

Ne bronchez pas, soyez gentille,

Et n'oubliez pas, mon cher cœur,

Que je suis gardien de l'honneur

De la famille ! De la famille !...

(aux gardes, en leur faisant signe de partir)

Et maintenant, voyons à qui de nous

La Déesse du jeu va faire les yeux doux !

(Au moment de s'éloigner, il se retourne vers Manon.)

Ne bronchez pas ! Soyez gentille !

(Il s’éloigne.)

 

 

SCÈNE V

MANON, puis GUILLOT.

 

Entre Guillot sur le balcon.
 

GUILLOT.

Hôtelier de malheur ! il est donc entendu

Que nous n'aurons jamais de vin !...

Apercevant Manon.

Ciel ! qu'ai-je vu ?

Il descend.

Mademoiselle !... hem !... hem !... mademoiselle...

A part.

Ce qui se passe en ma cervelle

Est inouï !

 

MANON, à part, en riant.

Cet homme est fort drôle, ma foi !

 

GUILLOT.

Mademoiselle, écoutez-moi !

On me nomme Guillot, Guillot de Morfontaine ;

De louis d'or ma caisse est pleine,

Et j'en donnerais beaucoup pour

Obtenir de vous un seul mot d'amour...
J'ai fini, qu'avez-vous à dire ?...

 

MANON.

Que je me fâcherais si je n'aimais mieux rire...

Son rire est répété par Brétigny, Javotte, Poussette et Rosette qui viennent d'arriver sur le balcon.

 

BRÉTIGNY.

Eh bien, Guillot, que faites-vous ?

Nous vous attendons !

 

GUILLOT.

Au diable les fous !

 

POUSSETTE.

N'avez-vous pas honte !... à votre âge !...

 

BRÉTIGNY.

Cette fois-ci, le drôle a par hasard

Découvert un trésor. Jamais plus doux regard

N'illumina plus gracieux visage...

 

LES TROIS FEMMES.

Revenez, Guillot, revenez,

Vous allez vous casser le nez

La prudence est bonne à tout âge,

Ne vous risquez pas davantage,

Dieu sait où nous mène un faux pas,

Ah ! cher ami, n'en faites pas !

 

BRÉTIGNY.

Allons, Guillot, laissez mademoiselle,

Et revenez, l'on vous appelle !...

 

GUILLOT, à Brétigny et aux femmes.

Oui, je reviens dans un moment.

A Manon.

Ma mignonne, un mot seulement !

 

BRÉTIGNY.

Guillot, laissez mademoiselle !...

 

GUILLOT, bas, à Manon.

De ma part, tout à l'heure, un postillon viendra...

Quand vous l'apercevrez, cela signifiera :

Qu'une voiture attend, que vous pouvez la prendre...

Et qu'après... vous devez comprendre...

Lescaut vient de rentrer et se place devant Guillot, au moment où ce dernier se retourne et se dispose à rentrer dans le pavillon.

 

LESCAUT.

Plaît-il, monsieur ?

 

GUILLOT, épouvanté.

Monsieur ?

 

LESCAUT.

Eh bien ?

Vous disiez ?

 

GUILLOT.

Je ne disais rien !

Il se retire.

 

BRÉTIGNY et LES FEMMES.

Revenez, Guillot, revenez,

Vous vous êtes cassé le nez !... Etc.

Ils rentrent tous en riant dans le pavillon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE VI

LESCAUT, MANON, LES GARDES.

 

LESCAUT.

Il vous parlait, Manon ?

 

MANON.

Ce n'était pas ma faute...

 

LESCAUT.

Certes ! et j'ai de vous opinion trop haute

Pour me fâcher.

 

LES GARDES.

Eh bien, tu ne viens pas ?

Les cartes et les dés nous attendent là-bas...

 

LESCAUT.

Je viens, mais à cette jeunesse

Permettez d'abord que j'adresse

Quelques conseils tout remplis de sagesse !...

 

LES GARDES, résignés.

Ecoutons la sagesse.

 

LESCAUT, à Manon.

Regardez-moi bien dans les yeux !

Je vais tout près à la caserne,

Discuter avec ces messieurs

De certain point qui les concerne.

Attendez-moi donc un instant,

Un seul moment.

Ne bronchez pas, soyez gentille,

Et n'oubliez pas, mon cher cœur,

Que je suis gardien de l'honneur

De la famille !

Si par hasard, quelque imprudent

Vous tenait un propos frivole,

Dans la crainte d'un accident,

Ne dites pas une parole.

Priez-le d'attendre un instant,
Un seul moment...

Ne bronchez pas. Soyez gentille,

Et n'oubliez pas, mon cher cœur,

Que je suis gardien de l'honneur

De la famille !

Aux gardes.

Et maintenant, allons ; voyons à qui de nous

La déesse du jeu va faire les yeux doux !

A Manon.

C'est pour l'honneur de la famille !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"Ne bronchez pas"

Paul Parmentier (Lescaut) et Orchestre

Pathé saphir 80t n° 235, mat. 2805, enr. le 06 novembre 1920

 

 

    

 

"Ne bronchez pas"

Roger Bourdin (Lescaut) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.508, mat. KI 1083-2, enr. en décembre 1926

 

 

    

 

"Ne bronchez pas"

André Baugé (Lescaut) et Orchestre

Pathé X 43, mat. N 1451, enr. le 25 août 1927

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

06. "Ne bronchez pas" - "Restons ici"

Columbia D 15158, mat. LX 728

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE VII

 

MANON

Restons ici puisqu'il le faut !

Attendons... sans penser !... Evitons ces folies !...

Ces projets qui mettaient ma raison en défaut !...

Ne rêvons plus !...

(Manon semble plongée dans ses réflexions. Puis, tout à coup, simplement, elle porte les yeux sur le pavillon dans lequel sont enfermées Poussette, Javotte et Rosette.)

(à elle-même)

Combien ces femmes sont jolies !

La plus jeune portait un collier de grains d'or !...

(se levant)

Ah ! comme ces riches toilettes

Et ces parures si coquettes

Les rendaient plus belles encor !...

(triste et résignée)

Voyons, Manon, plus de chimères !

Où va ton esprit en rêvant ?

Laisse ces désirs éphémères

A la porte de ton couvent !

Voyons, Manon ! Voyons, Manon !

Plus de désirs, plus de chimères !

(changeant de ton)

Et cependant ! Pour mon âme ravie,

En elles tout est séduisant !

(avec un élan de volupté)

Ah ! Combien ce doit être amusant

De s'amuser toute une vie !...

Ah ! Voyons, Manon, plus de chimères !

Où va ton esprit en rêvant ?

Voyons, Manon ! Voyons, Manon !

Plus de désirs, plus de chimères !

 

 

SCÈNE VII

 

MANON

Restons ici, puisqu'il le faut !

Attendons... sans penser !... Evitons ces folies !...

Ces projets qui mettaient ma raison en défaut !...

Ne rêvons plus !...

Long silence, pendant lequel Manon semble plongée dans ses réflexions. On sent à l'expression de son visage, qu'une sorte de combat se livre en elle. Elle devient rêveuse et machinalement porte les yeux sur le pavillon dans lequel sont enfermées Poussette, Javotte, Rosette.

 

Combien ces femmes sont jolies !...

La plus jeune portait un collier de grains d'or !...

Ah ! comme ces riches toilettes

Et ces parures si coquettes

Les rendaient plus belles encor !...

Se levant.

Voyons, Manon, plus de chimères

Où va ton esprit en rêvant ?

Laisse ces désirs éphémères

A la porte de ton couvent !

Et cependant, pour mon âme ravie

En elles tout est séduisant !

Combien ce doit être amusant

De s'amuser toute une vie !...

Voyons, Manon, plus de chimères...

Où va ton esprit en rêvant ?

Laisse ces désirs éphémères,

A la porte de ton couvent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"Voyons, Manon, plus de chimères !"

Emma Luart (Manon) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.514, mat. KI 1154-2, enr. en 1927

 

 

 

"Voyons, Manon, plus de chimères !"

Fanny Heldy (Manon) et Orchestre dir. Piero Coppola

Gramophone DB 1512, mat. 2G340-2, enr. le 25 février 1931

 

 

    

 

"Voyons, Manon, plus de chimères !"

Ninon Vallin (Manon) et Orchestre dir. François Rühlmann

Pathé X 90.052, mat. 250.261, enr. en juin 1932

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

07. Duo (début)

Columbia D 15159, mat. LX 724

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08. Duo (fin)

Columbia D 15159, mat. LX 725

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

Entrée de Des Grieux et Duo de la rencontre

distribution

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

"Nous vivrons à Paris"

Jeanne Guyla (Manon), César Vezzani (Des Grieux) et Orchestre

Gramophone DB 4846, mat. 2W1221-2 et 2W1220-2, enr. le 28 janvier 1932

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE VIII

MANON, puis DES GRIEUX.

 

MANON (apercevant Des Grieux)

Quelqu'un !...Vite ! A mon banc de pierre !

(Des Grieux s’avance sans voir Manon.)

 

DES GRIEUX (à lui-même)

J'ai marqué l'heure du départ...

J'hésitais... Chose singulière !...

(résolument)

Enfin, demain soir au plus tard

J'embrasserai mon père !... Mon père !...

Oui, je le vois sourire,

Et mon cœur ne me trompe pas !

Je le vois, il m'appelle et je lui tends les bras !

(Involontairement, Des Grieux s'est tourné vers Manon.)

O ciel !... Est-ce un rêve ?... Est-ce la folie ?...

(avec extase et comme si une vision lui apparaissait)

D'où vient ce que j'éprouve ?...

On dirait que ma vie

Va finir... ou commence !...

Il semble qu'une main

De fer me mène en un autre chemin

Et malgré moi m'entraîne devant elle !...

(Peu à peu Des Grieux s’est rapproché de Manon.)

Mademoiselle...

 

MANON

Eh, quoi ?

 

DES GRIEUX

Pardonnez-moi !

Je ne sais... j'obéis... je ne suis plus mon maître...

Je vous vois,

J'en suis sûr, pour la première fois

Et mon cœur cependant vient de vous reconnaître !

Et je sais votre nom...

 

MANON (simplement)

On m'appelle Manon...

 

DES GRIEUX (avec émotion)

Manon !

 

MANON (à part)

Que son regard est tendre !

Et que j'ai de plaisir à l'entendre !...

 

DES GRIEUX

Ces paroles d'un fou, veuillez les pardonner !

 

MANON (simplement)

Comment les condamner ?

Elles charment le cœur en charmant les oreilles !

J'en voudrais savoir de pareilles

Pour vous les répéter !

 

DES GRIEUX (avec transport)

Enchanteresse

Au charme vainqueur !

Manon, vous êtes la maîtresse

De mon cœur !

 

[ MANON

[ Mots charmants, enivrantes fièvres

[ Enivrantes fièvres… du bonheur !...

[

[ DES GRIEUX

[ O Manon ! Vous êtes maîtresse…

[ Vous êtes maîtresse de mon cœur !...

 

DES GRIEUX

Ah ! parlez-moi !

 

MANON

Je ne suis qu'une pauvre fille...

(souriant)

Je ne suis pas mauvaise, mais souvent

On m'accuse dans ma famille

D'aimer trop le plaisir !...On me met au couvent

Tout à l'heure... et c'est là l'histoire

De Manon... (simplement) de Manon Lescaut...

 

DES GRIEUX (avec ardeur)

Non, je ne veux pas croire

A cette cruauté !

Que tant de charmes, de beauté

Soient voués à jamais à la tombe vivante !

 

MANON

Mais c'est, hélas ! la volonté

Du ciel dont je suis la servante,

Puisqu'un malheur si grand ne peut être évité !

 

DES GRIEUX (avec fermeté)

Non ! Non ! Votre liberté ne sera pas ravie !...

 

MANON (avec joie)

Comment ?

 

DES GRIEUX

Au chevalier

Des Grieux, vous pouvez vous fier !

 

MANON

Ah ! Je vous devrai plus que la vie !

 

DES GRIEUX (avec passion)

Ah ! Manon, vous ne partirez pas !

Dussé-je aller chercher au bout du monde

Une retraite inconnue et profonde

Et vous y porter dans mes bras !...

 

[ MANON

[ A vous ma vie et mon âme !

[ A vous !

[ A vous toute ma vie à jamais !

[

[ DES GRIEUX

[ Enchanteresse !

[ Manon, vous êtes la maîtresse

[ De mon cœur !

(A ce moment, le postillon à qui Guillot de Morfontaine a dit précédemment de se tenir aux ordres de Manon paraît dans le fond.)

 

MANON (elle regarde le postillon, réfléchit et sourit)

Par aventure

Peut-être avons-nous mieux :

Une voiture !...

La chaise d'un seigneur... II faisait les doux yeux

A Manon ! Vengez-vous !...

 

DES GRIEUX

Mais comment ?

 

MANON

Tous les deux

Prenons-là !...

 

DES GRIEUX (Au postillon, qui s’éloigne aussitôt)

Soit, partons !

 

MANON (troublée)

Eh quoi ! Partir ensemble !...

 

DES GRIEUX (avec transport)

Oui, Manon ! Le ciel nous rassemble !

 

[ DES GRIEUX

[ (ému et avec charme)

[ Nous vivrons à Paris !

[ Tous les deux,

[ Et nos cœurs amoureux,

[ L'un à l'autre enchaînés,

[ Pour jamais réunis,

[ N'y vivront que des jours bénis !

[

[ MANON (tendre et émue)

[ Tous les deux !... A Paris !

[ A Paris !...

[ Nos n'aurons que des jours bénis !

 

MANON et DES GRIEUX

A Paris !... A Paris, tous les deux,

Nous vivrons à Paris, tous les deux !

 

DES GRIEUX (se rapprochant tendrement de Manon) (avec âme)

Et mon nom deviendra le vôtre !

(puis revenant à lui) (avec émotion)

Ah ! pardon !

 

MANON

Dans mes yeux...

Vous devez bien voir

Que je ne puis vous en vouloir !

(presque parlé)

Et cependant... c'est mal !

 

[ DES GRIEUX

[ Viens ! Nous vivrons à Paris !

[ Tous les deux,

[ Et nos cœurs amoureux,

[ L'un à l'autre enchaînés,

[ Pour jamais réunis,

[ N'y vivront que des jours bénis !

[

[ MANON (tendre et émue)

[ Tous les deux !... A Paris !

[ A Paris !...

[ Nos n'aurons que des jours bénis !

 

MANON et DES GRIEUX

A Paris !... A Paris, tous les deux,

Nous vivrons à Paris, tous les deux !

 (éclats de rires dans le pavillon)

 

[ POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE

[ Revenez, Guillot, revenez !

[ Vous allez vous casser le nez !

[ Revenez donc, Guillot !

[ (riant)

[ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

[

[ MANON (se souvenant)

[ Ce sont elles !

[

[ DES GRIEUX

[ Qu'avez-vous ?

[

[ MANON (avec trouble)

[ Rien !... Ces femmes si belles !...

 

LESCAUT (en dehors, aviné)

Ce soir, vous rendrez tout au cabaret voisin !

 

DES GRIEUX (effrayé)

Là !...

 

MANON (de même)

C'est la voix de mon cousin !...

 

DES GRIEUX

Viens ! Partons !...

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE (au dehors, dans le pavillon)

Revenez, Guillot, revenez, revenez !

(Eclats de rire.)

 

MANON (à part, avec un élan de volupté)

Ah ! Combien ce doit être amusant...

De s'amuser... toute une vie !

 

[ MANON

[ Ah ! Partons !

[

[ DES GRIEUX

[ Viens ! Partons !

(Ils s'enfuient tous deux.)

 

 

SCÈNE VIII

MANON, puis DES GRIEUX.

 

MANON, apercevant des Grieux.

Quelqu'un ! Vite à mon banc de pierre !

Elle s'assied vivement et reprend la position que lui a indiquée Lescaut.

 

DES GRIEUX, sans la voir.

J'ai marqué l'heure du départ...

Rêveur.

J'hésitais... chose singulière !...

Résolument.

Enfin, demain soir au plus tard

J'embrasserai mon père !... Oui, je le vois sourire,
Et mon cœur ne me trompe pas !

Je le sens, il m'attire,

Et je lui tends les bras !

Involontairement des Grieux s'est tourné vers Manon, il la regarde d'abord avec étonnement, puis avec extase et comme si une vision lui apparaissait.

O ciel !... Est-ce un rêve ?... Est-ce la folie ?...

D'où vient ce que j'éprouve ? On dirait que ma vie

Va finir... ou commence !... Il semble qu'une main

De fer me mène en un autre chemin

Et malgré moi m'entraîne devant elle !...

Peu à peu et involontairement il s'est rapproché de Manon qui s'est levée et qui le regarde souriante et étonnée.

Mademoiselle...

 

MANON.

Eh ! quoi ?

 

DES GRIEUX.

Pardonnez-moi !

Je ne sais... j'obéis... je ne suis plus mon maître...

Je vous vois,

J'en suis sûr, pour la première fois

Et mon cœur cependant vient de vous reconnaître !
Et je sais votre nom...

 

MANON.

On m'appelle Manon...

 

DES GRIEUX.

Manon !

 

MANON, à part.

Que son regard est tendre !

Et que j'ai de plaisir à l'entendre !...

 

DES GRIEUX.

Ces paroles d'un fou, veuillez les pardonner !...

 

MANON.

Comment les condamner !

Elles charment le cœur en charmant les oreilles !
J'en voudrais savoir de pareilles

Pour vous les répéter !

 

DES GRIEUX.

Enchanteresse

Au charme vainqueur !

Manon vous êtes la maîtresse

De mon cœur !

 

MANON.

Mots charmants, enivrantes fièvres
Du bonheur

Qui, pour moi, montez à ses lèvres
De son cœur !

 

DES GRIEUX, après un long silence.

Ah ! parlez-moi !

 

MANON.

Je ne suis qu'une pauvre fille...

Souriant.

Je ne suis pas mauvaise, mais souvent

On m'accuse dans ma famille

D'aimer trop le plaisir !... On me met au couvent...

Tout à l'heure... et c'est là l'histoire

De Manon Lescaut !...

 

DES GRIEUX.

Non, non ! je ne veux pas croire

A cette cruauté !

Que tant de charmes et de beauté

Soient voués pour jamais à la tombe vivante !

 

MANON.

Mais c'est, hélas !... la volonté
Du ciel dont je suis la servante,
Puisqu'un malheur si grand ne peut être évité !

 

DES GRIEUX.

Non, votre liberté ne sera pas ravie !...

 

MANON, avec joie.

Comment ?

 

DES GRIEUX.

Au chevalier

Des Grieux, ô Manon ! vous pouvez vous fier !

 

MANON

Je vous devrai plus que la vie !

 

DES GRIEUX, avec passion.

Vous ne partirez pas.

Dussé-je aller chercher au bout du monde

Une retraite inconnue et profonde

Et vous y porter dans mes bras !...

A ce moment, le postillon à qui Guillot-Morfontaine a dit précédemment de se tenir aux ordres de Manon paraît dans le fond, Manon le regarde, réfléchit et sourit.

 

MANON, gaiement.

Par aventure,

Peut-être avons-nous mieux :

Une voiture !
La chaise d'un seigneur... il faisait les doux yeux

A Manon ; vengez-vous !...

 

DES GRIEUX.

Mais comment ?

 

MANON.

Tous les deux

Prenons-la !...

 

DES GRIEUX, au postillon.

Soit, partons !

Le postillon se retire.

 

MANON.

Eh quoi, partir ensemble !...

 

DES GRIEUX.

Oui, Manon !... Le ciel nous rassemble!

 

DES GRIEUX et MANON.

Nous irons à Paris tous deux,

Et nos cœurs amoureux,

Enchaînés l'un à l'autre,

Pour jamais réunis

N'y vivront que des jours bénis !

 

DES GRIEUX

Et mon nom deviendra le vôtre !

Des Grieux s'est rapproché de Manon, et sur ces derniers mots entraîné comme malgré lui, il s'est penché vers elle pour l'embrasser.

 

DES GRIEUX, revenant à lui.

Pardon !...

 

MANON, simplement.

Dans mes yeux vous devez bien voir

Que je ne puis vous en vouloir ;

Et cependant, c'est mal !...

Eclats de rire dans le pavillon, se souvenant.

Ce sont elles !

 

DES GRIEUX.

Qu'avez-vous ?...

 

MANON, rêveuse.

Rien !... ces femmes si belles !...

 

LESCAUT, au dehors, aviné.

Ce soir, vous rendrez tout au cabaret voisin !

 

DES GRIEUX, effrayé.

Là ?...

 

MANON.

C'est la voix de mon cousin !

Partons !...

Des Grieux l'entraîne et Manon le suit tout en regardant le pavillon où sont Javotte, Poussette, etc.

Combien ce doit être amusant

De s'amuser toute une vie !...

Ils partent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"Et je sais votre nom... Nous vivrons à Paris"

Lise Landouzy (Manon), Gaston Dubois (Des Grieux) et Orchestre

Odéon 56167, mat. XP 3750, enr. à Paris en 1907

 

 

    

 

"Et je sais votre nom..."

Lucette Korsoff (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G.C.-34151, mat. 5794o, enr. à Paris en 1906

 

 

    

 

"Et je sais votre nom... Nous vivrons à Paris"

Lucette Korsoff (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone 34198, mat. 5735h et 34196, mat. 5750h, enr. à Paris en 1908

 

 

    

 

"Nous vivrons à Paris"

Aline Vallandri (Manon), Albert Vaguet (Des Grieux) et Orchestre

Pathé saphir 90t n° 230, réédité sur 80t n° 2503, enr. en 1910

 

 

 

"Nous vivrons à Paris"

Mary McCormick (Manon), Georges Thill (Des Grieux) et Orchestre dir. Maurice Frigara

Columbia 12509, mat. LX 51 et 57, enr. à Paris les 06 et 09 mai 1927

 

 

         

 

"Nous vivrons à Paris"

Emma Luart (Manon), Charles Friant (Des Grieux) et Grand Orchestre dir Gustave Cloëz

Odéon 123657, mat. XXP 6921-2 et 6922-2, enr. le 05 juillet 1929

 

 

         

 

"Nous vivrons à Paris"

Ninon Vallin (Manon), Miguel Villabella (Des Grieux) et Orchestre

Pathé X 7225, mat. 202.423 et 202.424, enr. à Paris en février 1930

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE IX

LESCAUT, puis GUILLOT ; BOURGEOIS et BOURGEOISES, puis BRÉTIGNY, JAVOTTE, POUSSETTE, ROSETTE, L'HÔTELIER.

 

LESCAUT (paraissant gris)

Plus un sou !... Le tour est très plaisant !...

(appelant)

Hé ! Manon !

(Il la cherche.) (avec stupéfaction)

Quoi !... Disparue !

(criant)

Holà ! Holà !

 

GUILLOT (descendant doucement le perron, avec précaution)

Je veux la retrouver !

 

LESCAUT (le voyant et lui barrant le passage)

Ah ! c'est vous ! Le gros homme !

 

GUILLOT (reculant)

Hein ?

 

LESCAUT (brutalement)

Vous avez pris Manon, vous, rendez-la !

 

GUILLOT (terrifié)

Taisez-vous !

 

LESCAUT (criant plus fort)

Rendez-la moi ! Rendez-la moi ! Rendez-la moi !

(Les bourgeois et l'hôtelier arrivent peu à peu de toutes parts au bruit des cris de Lescaut et se montrent en riant les deux personnages.)

 

LESCAUT (à Guillot)

Allons ! Rendez-la moi !

 

GUILLOT (à Lescaut, montrant tout le monde)

Regardez donc comme vous attirez la foule !

 

LESCAUT

Ah ! bah ! Ça m'est égal !

(aux bourgeois)

Il a pris notre honneur !

(à Guillot)

C'est un trop beau régal

Pour ton vilain museau !...

 

GUILLOT (terrifié)

Quelle aventure !

 

LESCAUT (aux bourgeois)

Il a pris notre honneur !

 

L'HÔTELIER, BOURGEOISES et BOURGEOIS

Voyons, expliquez-vous !

 

GUILLOT

Soit ! Mais très doucement, très doucement

Et sans injure !

 

LESCAUT (encore plus fort)

Répondez catégoriquement !

Je veux Manon ! Je veux Manon !

 

L'HÔTELIER

Quoi ! Cette jeune fille ?...

Elle est partie avec un jeune homme !... Ecoutez !

(bruit lointain de la voiture)

 

GUILLOT (avec désespoir)

O ciel !

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS

Elle est partie !

 

LESCAUT (furieux)

Mais c'est l'honneur de la famille !

 

L'HÔTELIER (désignant Guillot)

Dans la voiture de Monsieur !...

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS

Dans la voiture de Monsieur...

 

GUILLOT

Non... Arrêtez !

 

LESCAUT (voulant s’élancer sur Guillot)

Gredin !

 

[ GUILLOT (se dégageant)

[ Lâchez ! Lâchez !

[

[ LESCAUT (cherchant à le rattraper malgré l'hôtelier)

[ Non ! Il faut que je châtie !...

[

[ L'HÔTELIER, BOURGEOISES et BOURGEOIS

[ Ah ! Ah ! La drôle de figure !...

[ Vit-on jamais pareil malheur !

 

BRÉTIGNY (qui est sorti du pavillon avec les femmes)

Eh ! Quoi ! Pauvre Guillot ! Votre belle est partie !

(Les femmes rient.)

 

BOURGEOISES et BOURGEOIS

Quelle mésaventure

Pour un aussi grand séducteur !...

 

GUILLOT

Taisez-vous tous ! Je veux être vengé

Et de cette perfide... et de cet enragé !

 

[ POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, BRÉTIGNY, L’HÔTELIER, BOURGEOISES et BOURGEOIS (riant)

[ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! La drôle de figure !

[ Ah ! quel malheur ! Ah ! quel malheur !

[

[ LESCAUT

[ Morbleu ! Manon, Ah ! vous me reverrez

[ Et vous, petit, vous le paierez !

(Tout le monde rit.)

 

 

SCÈNE IX

LESCAUT, puis GUILLOT ; BOURGEOIS et BOURGEOISES, puis BRÉTIGNY, JAVOTTE, POUSSETTE, ROSETTE, L'HÔTELIER.

 

LESCAUT, gris.

Le tour est très plaisant,

J'avais une fortune et la voilà ravie

Plus un sou !

Appelant.

Hé !... Manon !... quoi ! Disparue ! holà !

 

GUILLOT, descendant doucement le balcon.

Je veux la retrouver !...

 

LESCAUT, le voyant et lui barrant le passage.

Ah ! c'est vous le gros homme !

Vous avez pris Manon, vous, rendez-la !

 

GUILLOT, terrifié.

Taisez-vous !

 

LESCAUT, criant plus fort.

Rendez-la-moi !

Les bourgeois et l'hôtelier arrivent peu à peu de toutes parts au bruit des cris de Lescaut et se montrent en riant les deux personnages.

 

GUILLOT, bas.

Regardez donc comme

Vous attirez la foule !

 

LESCAUT.

Ah ! bah ! ça m'est égal !

Aux bourgeois.

Il a pris notre honneur !...

A Guillot.

C'est un trop beau régal

Pour ton vilain museau !...

 

GUILLOT.

Quelle aventure !

 

L'HÔTELIER, et le chœur.

Voyons, expliquez-vous ?...

 

GUILLOT.

Soit !... mais bien doucement

Et sans injure !

 

LESCAUT.

Répondez très catégoriquement :

Je veux Manon !

 

L'HÔTELIER.

Quoi ! cette jeune fille ?

Elle est partie avec un jeune homme !... Ecoutez !

Roulement de la voiture.

 

GUILLOT.

O ciel !

 

LESCAUT, furieux.

Mais c'est l'honneur de la famille !

 

L'HÔTELIER.

Dans la voiture de monsieur...

 

GUILLOT, à Lescaut qui s'élance sur lui.

Non ! arrêtez !...

 

LESCAUT.

Gredin !

 

GUILLOT, se dégageant.

Lâchez !

 

LESCAUT, cherchant à le rattraper malgré l'hôtelier.

Il faut que je châtie...

 

BRÉTIGNY, sortant du pavillon avec les femmes.

Eh ! quoi ! Pauvre Guillot, votre belle est partie !

Tout le monde rit.

 

GUILLOT.

Taisez-vous tous !... Je veux être vengé !...

Et de cette perfide et de cet enragé !

 

L'HÔTELIER et LES BOURGEOIS, riant.

Ah ! ah ! la drôle de figure !

Vit-on jamais pareil malheur

Et semblable mésaventure

Pour un aussi grand séducteur !

Cela révolte la nature ;

Les amoureux sont en voiture

Et vous, monsieur, vous partirez

En courant comme vous pourrez !

Ah ! ah ! ah !

 

GUILLOT.

Morbleu ! quelle mésaventure !

Vit-on jamais pareil malheur,

Un amoureux prend la voiture

De Guillot le grand séducteur !

Cela révolte la nature ;

Je vengerai pareille injure

Ah ! bientôt vous me le paierez

Et nous verrons si vous rirez !

 

BRÉTIGNY, POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE.

Ah ! ah ! la drôle de figure !

Vit-on jamais pareil malheur

Et semblable mésaventure

Pour un aussi grand séducteur !

Cela révolte la nature ;

Les amoureux sont en voiture

Et vous, Guillot, vous partirez,

Pauvre ami, comme vous pourrez !

Ah ! ah ! ah !

 

LESCAUT.

Morbleu ! cette sanglante injure

Causera quelque grand malheur.

Manon qui part dans la voiture

De ce prétendu séducteur !

Cela révolte la nature ;

Me laisser seul à l'aventure !

Ah ! Manon, vous me reverrez,

Et vous, petit, vous le paierez !

Tout le monde rit.

Rideau.

 

 

 

 

 

 

Acte II. estampe de Jules Gaildrau du décor de la création

 

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09. Prélude - Duo (début)

Columbia D 15160, mat. LX 726

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10. Duo (fin)

Columbia D 15160, mat. LX 727

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"On l'appelle Manon"

Solange Delmas (Manon), Charles Friant (Des Grieux) et Grand Orchestre dir. Gustave Cloëz

Odéon 123.706, mat. XXP 7090-1 et XXP 7091-3, enr. le 20 juin 1930

 

(version de la partition)

 

 

ACTE DEUXIÈME

 

L'APPARTEMENT DE DES GRIEUX ET DE MANON, RUE VIVIENNE

 

Porte d'entrée à droite, une porte à gauche. A gauche, au premier plan, un petit bureau-secrétaire. Une table près de la cheminée à droite. L'ameublement est des plus simples. Au fond, une fenêtre à petites vitres donnant sur la rue.

 

Prélude

 

 

SCÈNE I

MANON, DES GRIEUX, puis LA SERVANTE.

 

Des Grieux est assis devant un petit bureau-secrétaire. Manon s'avance doucement derrière lui et cherche à lire ce qu'il écrit.

 

DES GRIEUX (s'arrêtant d'écrire et d'un ton de reproche, souriant)

Manon !...

 

MANON (gaiement)

Avez-vous peur que mon visage frôle

Votre visage ?

 

DES GRIEUX

Indiscrète Manon !

 

MANON

Oui, je lisais sur votre épaule

Et j'ai souri, voyant passer mon nom !...

 

DES GRIEUX

J'écris à mon père et je tremble

Que cette lettre, où j'ai mis tout mon cœur,

Ne l'irrite...

 

MANON

Vous avez peur ?

 

DES GRIEUX

Oui, Manon, j'ai très peur !...

 

MANON

Eh bien ! il faut relire ensemble...

 

DES GRIEUX

Oui ! C'est cela, ensemble relisons !

 

MANON (lisant ; simplement)

On l'appelle Manon, elle eut hier seize ans.

En elle tout séduit, la beauté, la jeunesse,

La grâce ! Nulle voix n'a de plus doux accents,

Nul regard, plus de charme avec plus de tendresse...

 

DES GRIEUX (répétant avec ardeur)

Nul regard, plus de charme avec plus de tendresse !

 

MANON (s'arrêtant de lire)

Est-ce vrai ? Moi, je n'en sais rien ;

(tendrement)

Mais je sais que vous m'aimez bien !

 

DES GRIEUX (avec élan)

Vous aimer ?... Vous aimer ! Manon... je t'adore !

 

MANON (se dégageant)

Allons, monsieur, lisons encore !...

 

DES GRIEUX (lisant)

Comme l'oiseau qui suit en tous lieux le printemps,

Sa jeune âme à la vie, sa jeune âme est ouverte sans cesse ;

Sa lèvre en fleur sourit et parle

Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse !

 

[ MANON (répétant)

[ Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse !

[

[ DES GRIEUX

[ Au zéphyr qui passe et la caresse !

 

MANON (pensive)

Il ne te suffit pas alors de nous aimer ?

 

DES GRIEUX (avec enthousiasme)

Non ! Je veux que tu sois ma femme !

 

MANON

Tu le veux ?...

 

DES GRIEUX

Je le veux, et de toute mon âme !

 

MANON

Embrasse-moi donc, chevalier !

(Ils s'embrassent.)

Et va porter ta lettre.

 

DES GRIEUX

Oui, je vais la porter !

(Il se dirige vivement vers la porte, et s'arrête.)

Voilà des fleurs qui sont fort belles ;

D'où te vient ce bouquet, Manon ?

 

MANON (vivement)

Je ne sais pas…

 

DES GRIEUX

Comment, tu ne sais pas ?

 

MANON (riant)

Beau motif de querelles !

(avec une feinte insouciance)

Par la fenêtre, on l'a lancé d'en bas...

Comme il était joli, je l'ai gardé... Je pense

Que tu n'es pas jaloux ?

 

DES GRIEUX (tendrement)

Non, je puis te jurer

Que je n'ai de ton cœur aucune défiance...

 

MANON

Et tu fais bien ! Ce cœur et à toi tout entier !

(On entend un bruit de voix au dehors.)

 

DES GRIEUX

Qui donc se permet un tel tapage ?

 

LA SERVANTE (entrant effarée)

Deux gardes du corps sont là qui font rage ;

L'un se dit le parent de Madame...

 

MANON

Lescaut !

C'est Lescaut !

 

LA SERVANTE (bas à Manon et vite)

L'autre, c'est... ne parlons pas trop haut,

L'autre, c'est quelqu'un qui vous aime,

Ce fermier général qui loge près d'ici...

 

MANON (bas)

Monsieur de Brétigny ?...

 

LA SERVANTE (bas)

Monsieur de Brétigny.

(Le bruit redouble.)

 

DES GRIEUX

Cela devient trop fort et je vais voir moi-même...

(Au moment où il va s'élancer, la porte s'ouvre. Entrent Brétigny, costumé en garde du corps, et Lescaut.)

 

(livret, édition de mars 1902)

 

 

ACTE DEUXIÈME

 

L'APPARTEMENT DE DES GRIEUX ET DE MANON, RUE VIVIENNE

 

Porte d'entrée à droite, une porte à gauche. — A gauche, premier plan, un petit bureau-secrétaire. — Une table près de la cheminée à droite. — Ameublement des plus simples. — Au fond, une fenêtre à petites vitres donnant sur la rue.

 

Prélude

 

 

SCÈNE I

MANON, DES GRIEUX, puis LA SERVANTE.

 

Des Grieux est assis devant le bureau, Manon s'avance doucement derrière lui et cherche à lire ce qu'il écrit.

 

DES GRIEUX, s'arrêtant d’écrire et d'un ton de reproche ; souriant.

Manon !...

 

MANON, gaîment.

Avez-vous peur que mon visage frôle

Votre visage ?...

 

DES GRIEUX.

Indiscrète Manon !...

 

MANON.

Oui, je lisais sur votre épaule,
Et j'ai souri, voyant passer mon nom !

 

DES GRIEUX.

J'écris à mon père et je tremble

Que cette lettre, où j'ai mis tout mon cœur,

Ne l'irrite...

 

MANON.

Vous avez peur ?

 

DES GRIEUX.

Oui, Manon, j'ai peur, j'ai très peur...

 

MANON.

Eh bien ! il faut relire ensemble...

 

DES GRIEUX.

C'est cela, relisons ensemble !

 

MANON, lisant.

« On l'appelle Manon ; elle eut hier seize ans.
En elle tout séduit, la beauté, la jeunesse,

La grâce ! Nulle voix n'a de plus doux accents,

Nul regard, plus de charme avec plus de tendresse... »

 

DES GRIEUX, répétant.

Nul regard plus de charme avec plus de tendresse !

 

MANON, s'arrêtant de lire.

Est-ce vrai ? Moi, je n'en sais rien ;

Mais je sais que vous m'aimez bien !

 

DES GRIEUX, avec élan.

Vous aimer ?... Manon... je t'adore !

 

MANON, se dégageant.

Allons, monsieur, lisons encore !...

 

DES GRIEUX, lisant.

« Comme l'oiseau qui suit en tous lieux le printemps,

Sa jeune âme à la vie est ouverte sans cesse ;

Sa lèvre en fleur sourit et parle par instants

Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse ! »

 

MANON, répétant.

Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse !

Réfléchissant.

Il ne te suffit pas alors de nous aimer ?

 

DES GRIEUX, avec enthousiasme.

Non ! je veux que tu sois ma femme !

 

MANON, rassurée.

Tu le veux ?...

 

DES GRIEUX.

Je le veux, et de toute mon âme !

 

MANON.

Embrasse-moi donc, chevalier,

Et va porter ta lettre.

 

DES GRIEUX.

Oui, je cours la porter !

Il s'arrête et regarde un bouquet qui est placé sur la cheminée.

Voilà des fleurs qui sont fort belles,

D'où te vient ce bouquet, Manon ?

 

MANON, vivement.

Je ne sais pas.

 

DES GRIEUX.

Comment, tu ne sais pas ?

 

MANON, riant.

Beau motif de querelles !

Par la fenêtre, on l'a lancé d'en bas...

Comme  il était joli, je l'ai gardé... Je pense

Que tu n'es pas jaloux ?

 

DES GRIEUX, tendrement.

Non, je puis te jurer

Que je n'ai de ton cœur aucune défiance...

 

MANON.

Et tu fais bien ! Ce cœur est à toi tout entier !

On entend un bruit de voix au dehors.

 

DES GRIEUX.

Qui donc se permet un pareil tapage ?

Entre la servante effarée.

 

LA SERVANTE.

Deux gardes du corps sont là qui font rage !

L'un se dit le parent de madame...

 

MANON.

Lescaut !

C'est Lescaut !

 

LA SERVANTE, bas à Manon et vite.

L'autre c'est... ne parlons pas trop haut !

L'autre, c'est quelqu'un qui vous aime,

Ce fermier général qui loge près d'ici...

 

MANON, bas.

Monsieur de Brétigny ?...

 

LA SERVANTE, bas.

Monsieur de Brétigny.

 

DES GRIEUX.

Cela devient trop fort et je vais voir moi-même...

Au moment où il va s'élancer, la porte s'ouvre. Entrent Brétigny et Lescaut.

 

 

 

 

   

 

 

 

"On l'appelle Manon"

Marguerite Carré (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Pathé saphir 90 tours n° 674, réédité sur 80 tours n° 2534, enr. en 1904

 

 

    

 

"On l'appelle Manon"

Lucette Korsoff (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G.C.-34150, mat. 5793o, enr. à Paris en 1906

 

    

 

"On l'appelle Manon"

Aline Vallandri (Manon), Albert Vaguet (Des Grieux) et Orchestre

Pathé saphir 90t n° 227, réédité sur 80t n° 2503, enr. en 1910

 

 

         

 

"On l'appelle Manon"

Berthe César (Manon), Léon Campagnola (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G.C.-34290, mat. 16929 1/2.u, réédité sur Disque Pour Gramophone U 22, enr. à Paris le 03 novembre 1911

 

 

         

 

"On l'appelle Manon"

Geraldine Farrar (Manon), Enrico Caruso (Des Grieux) et Orchestre Victor

Victor 89059, mat. C-12750, réédité sur Gramophone DM 110 (2-034018), enr. à New York, le 30 décembre 1912

 

 

    

 

"On l'appelle Manon"

Ninon Vallin (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Pathé saphir 90t 1458, réédité sur 80t 2519, enr. en décembre 1913

 

 

         

 

"On l'appelle Manon"

Emma Luart (Manon), Gaston Micheletti (Des Grieux) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 123.529, mat. XXP 6617-2 et XXP 6618-2, enr. le 06 septembre 1928

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

11. Quatuor (début)

Columbia D 15161

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12. Quatuor (fin)

Columbia D 15161

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

Quatuor

Emma Luart (Manon), Charles Friant (Des Grieux), Roger Bourdin (Lescaut), Jean Vieuille (Brétigny) et Grand Orchestre dir. Gustave Cloëz

Odéon 123.581, mat. XXP 6743-2 et XXP 6744-1, enr. vers 1929

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, LESCAUT, DE BRÉTIGNY.

 

LESCAUT (brusquement)

Enfin les amoureux,

Je vous tiens tous les deux !

 

BRÉTIGNY

Soyez clément, Lescaut, songez à leur jeunesse…

 

LESCAUT (à Des Grieux, avec insolence)

Vous m'avez, l'autre jour, brûlé la politesse,

Monsieur le drôle !

 

DES GRIEUX (vivement)

Hé ! là ! Parlez plus doucement !

 

LESCAUT (ironique)

Plus doucement ?

 

DES GRIEUX (calme et menaçant)

Plus doucement !

 

LESCAUT

C'est à tomber foudroyé sur la place !

J'arrive pour venger l'honneur de notre race,

Je suis le redresseur, je suis le châtiment,

Et c'est à moi qu'on dit de parler doucement ! de parler doucement !

 

BRÉTIGNY

Contiens-toi...

 

LESCAUT (presque parlé)

Coquin !

 

BRÉTIGNY

Retiens-toi...

 

DES GRIEUX

C'est bien, je vais vous couper les oreilles !

 

LESCAUT (presque parlé, à Brétigny, feignant de n'avoir rien compris)

Hein ? Qu'est-ce qu'il dit ?

 

BRÉTIGNY (à Lescaut, en riant)

Qu'il va vous couper les oreilles !

 

LESCAUT

Vit-on jamais insolences pareilles ?

Il menace...

 

BRÉTIGNY

Ça m'en a l'air...

 

LESCAUT

Par la mort !

 

BRÉTIGNY (le contenant)

Lescaut !...

 

LESCAUT

Par l'enfer !...

 

[ MANON

[ Ah ! chevalier, je meurs d'effroi ! je meurs d'effroi !

[ Je le sais bien, je suis coupable !

[ Veillez sur moi !

[ Ah ! chevalier, je meurs d'effroi !

[ Veillez sur moi !

[ Ah ! c’en est fait !...

[ Son regard courroucé m’accable !

[ Je meurs d'effroi ! Je meurs d'effroi !

[

[ DES GRIEUX

[ O Manon, soyez sans effroi !

[ Comptez sur moi !

[ Seul de nous deux, je suis coupable !

[ Comptez sur moi !

[ O cher amour ! Ne tremblez pas !

[ Comptez sur moi !

[ Il sera bientôt plus traitable !

[ Manon ! Comptez sur moi !

[ Manon ! Comptez sur moi ! Comptez sur moi !

[

[ LESCAUT

[ Coquin ! Retenez-moi ! Retenez-moi !

[ Retenez-moi ! Drôle !... Retenez-moi !

[ Je sais de quoi je suis capable !

[ Retenez-moi ! Je sais de quoi je suis capable !

[ Quand il faut punir un coupable !

[ Retenez-moi ! Retenez-moi !

[ Drôle ! Coquin ! Drôle ! Retenez-moi ! Retenez-moi !

[ Coquin ! Je veux punir ! Retenez-moi ! Retenez-moi ! Retenez-moi !

[

[ BRÉTIGNY

[ Contiens-toi, Lescaut !

[ Allons, contiens-toi, Lescaut !

[ Le remords les accable !

[ Vois ! Chacun d'eux est coupable !

[ Le remords les accable !

[ Allons ! de l’indulgence,

[ Contiens-toi, Lescaut !

[ Lescaut, contiens-toi ! Retiens-toi !

 

BRÉTIGNY (à Lescaut, s'interposant)

Lescaut ! Vous montrez trop de zèle !

Expliquez-vous plus posément !

 

LESCAUT (avec importance)

Soit ! J'y consens !

(à Des Grieux)

Mademoiselle

Est ma cousine et je venais très poliment...

 

DES GRIEUX (menaçant encore)

Très poliment ?

 

LESCAUT

Très poliment ;

Oui, je venais très poliment

Dire : Monsieur, sans vous chercher querelle...

Répondez : oui, répondez : non,

Voulez-vous épouser Manon ?

 

[ LESCAUT

[ La chose est claire,

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ La chose est claire,

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ Voilà l’affaire !

[

[ BRÉTIGNY

[ La chose est claire,

[ Entre lurons

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ La chose est claire,

[ Entre lurons

[ Oui c’est ainsi : c’est l’affaire !

 

BRÉTIGNY (à Des Grieux, riant)

Eh bien ! Etes-vous satisfait ?

 

DES GRIEUX (riant)

Ma foi, je n'ai plus de colère,

Et votre franchise me plaît.

 

[ BRÉTIGNY (riant)

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ La chose est claire,

[ Entre lurons,

[ Oui c’est ainsi : c’est l’affaire !

[

[ LESCAUT

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ La chose est claire,

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ Voilà l’affaire !

[

[ DES GRIEUX

[ Ma foi, je n'ai plus de colère,

[ Je n'ai plus de colère !

 

DES GRIEUX (à Lescaut)

Je venais d'écrire à mon père,

(montrant sa lettre)

Avant qu'on y mette un cachet,

Vous lirez bien ceci, j'espère...

 

LESCAUT (prenant la lettre)

Volontiers... mais voici le soir...

(observant Manon et Brétigny)

Allons tous deux pour y mieux voir...

(éloignant Des Grieux avec intention)

Nous placer près de la fenêtre,

Et là nous lirons votre lettre.

(Il remonte vers le fond avec Des Grieux. Brétigny se trouve près de Manon.)

 

MANON (à Brétigny, furtivement)

Venir ici sous un déguisement...

 

BRÉTIGNY (à Manon, de même)

Vous m'en voulez ?

 

MANON

Certainement…

Vous savez que c'est lui que j'aime.

 

BRÉTIGNY

J'ai voulu vous avertir moi-même

Que ce soir, de chez vous, on compte l'enlever...

 

MANON

Ce soir ?...

 

BRÉTIGNY

Par ordre de son père.

 

MANON (avec émotion et surprise)

Par ordre de son père ?...

 

BRÉTIGNY

Oui, ce soir, ici-même

On viendra l'arracher…

 

MANON (faisant un pas)

Ah ! je saurais bien empêcher...

 

BRÉTIGNY (l'arrêtant)

Prévenez-le, c'est la misère

Pour lui, pour vous...

(à voix basse, de très près)

Ne le prévenez pas !

Et c'est la fortune au contraire...

Qui vous attend...

 

MANON (vivement et avec crainte)

Parlez plus bas !

 

[ LESCAUT (lisant et accusant chaque syllabe)

[ « On l'appelle Manon...

[ Elle eut hier seize ans…

[ En elle, tout séduit… »

[ (changeant de ton)

[ Que ces mots sont touchants !

[ Que ces mots sont touchants !

[ Vous l’épousez ?

[ (lisant)

[ « Comme l’oiseau qui suit… le printemps…

[ (se reprenant)

[ En tous lieux le printemps ! »

[ Poésie… Amour !

[ (lisant)

[ « Sa jeune âme à la vie… »

[ (à lui)

[ Poésie !

[ (lisant)

[ « Est ouverte sans cesse… » Amour !

[ Vous l’épousez ! Vraiment !

[

[ BRÉTIGNY (bas à Manon, avec fièvre)

[ Ne le prévenez pas !

[ Cédez… C’est la fortune !

[ Manon ! Manon ! Voici l’heure prochaine

[ De votre liberté !

[ Manon ! Manon ! Bientôt vous serez reine,

[ Reine par la beauté !

[ Manon, vous serez reine par la beauté !

[ Vous serez reine ! Ecoutez-moi !

[ Vous serez reine par la beauté !

[ Ah ! Manon c’est la fortune !

[

[ MANON (à Brétigny)

[ Jamais... Parlez plus bas…

[ Jamais ! Parlez plus bas !

[ (à part)

[ Quel doute étrange et quel tourment !

[ Dans mon cœur quel délire !

[ Quel doute étrange et quel tourment !

[ Ah ! quel tourment pour mon cœur troublé, quel tourment !

[ Ah ! quel tourment pour mon cœur ! Partez !

[ Ah ! quel tourment pour mon cœur troublé !

[ Ah ! partez ! Ah ! partez !

[

[ DES GRIEUX

[ Ah ! Lescaut, c'est que je l'adore !

[ (simplement)

[ Laissez-moi vous le dire encore !

[ C'est que je l'adore !

[ C'est que je l'adore !

[ Lescaut ! Laissez-moi vous le dire encore…

[ C'est que je l'adore !

[ C'est que je l'adore !

[ Ah ! je l’adore !

 

LESCAUT

C'est parfait, on ne peut mieux dire

Et je vous fais mon compliment !

Cousine, et vous cousin, (avec importance) je vous rends mon estime !

Prenez ma main, car ce serait un crime

De vous tenir rigueur. Enfants, je vous bénis...

(avec un attendrissement comique)

Les larmes... le bonheur...

(à Brétigny, à part, changeant de ton)

Partons-nous ?

 

BRÉTIGNY

Je vous suis…

 

[ LESCAUT (en s’en allant)

[ La chose est claire !

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ (Ils sortent.) (dehors, en s’éloignant)

[ Entre lurons… Voilà l’affaire !

[

[ BRÉTIGNY (de même, entre eux)

[ La chose est claire !

[ Entre lurons

[ C'est ainsi qu'on traite une affaire !

[ Entre lurons

[ Et bons garçons,

[ (Ils sortent.) (dehors, en s’éloignant)

[ Et bons garçons, c’est l’affaire !

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, LESCAUT, DE BRÉTIGNY, costumé en garde du corps.

LESCAUT.

Enfin, les amoureux,

Je vous tiens tous les deux !

 

BRÉTIGNY.

Soyez clément, Lescaut, songez à leur jeunesse !

 

LESCAUT.

Vous m'avez, l'autre jour, brûlé la politesse,

Monsieur le drôle !

 

DES GRIEUX.

Hé là ! parlez plus doucement !

 

LESCAUT, ironique.

Plus doucement ?

 

DES GRIEUX, calme.

Plus doucement !... vraiment !

 

LESCAUT.

C'est à tomber foudroyé sur la place !

J'arrive pour venger l'honneur de notre race,

Je suis le redresseur, je suis le châtiment,

Et c'est à moi qu'on dit de parler doucement !

Coquin !

 

DES GRIEUX.

C'est bien ! Je vais vous couper les oreilles !

 

LESCAUT, se reculant.

Qu'est-ce qu'il dit ?...

 

BRÉTIGNY, riant.

Qu'il va vous couper les oreilles !

 

LESCAUT.

Il menace...

 

BRÉTIGNY.

Ça m'en a l'air...

 

LESCAUT.

Par la mort, par l'enfer...

Vit-on jamais insolences pareilles !

 

ENSEMBLE
BRÉTIGNY.

Contiens-toi, Lescaut, retiens-toi !

Chacun d'eux sans doute est coupable ;

Mais, vois, le remords les accable !

Contiens-toi, Lescaut, retiens-toi !

 

DES GRIEUX.

O Manon, soyez sans effroi !

Seul de nous deux, je suis coupable,

Bientôt il sera plus traitable ;

O Manon, je veille sur toi !

 

LESCAUT.

Retenez-moi ! retenez-moi !

Je sais de quoi je suis capable,

Quand il faut punir un coupable !

Retenez-moi ! retenez-moi !

 

MANON.

Ah ! chevalier, je meurs d'effroi !

Je le sens bien ! je suis coupable,

Son regard courroucé m'accable.

Ah ! chevalier, veillez sur moi !

 

BRÉTIGNY.

Lescaut, vous montrez trop de zèle !
Expliquez-vous plus posément.

 

LESCAUT.

Soit, j'y consens.

A Des Grieux.

Mademoiselle

Est ma cousine, et je venais très poliment...

 

DES GR1EUX, ironique.

Très poliment ?

 

LESCAUT.

Très poliment,

Oui, je venais très poliment

Dire : monsieur, sans vous chercher querelle...

Répondez : Oui, répondez : Non,

Voulez-vous épouser Manon ?

 

BRÉTIGNY et LESCAUT.

La chose est claire ;

Entre lurons

Et bons garçons,

C'est ainsi qu'on traite une affaire !

 

BRÉTIGNY, à Des Grieux, riant.

Eh bien, êtes-vous satisfait ?

 

DES GRIEUX, de même.

Ma foi, je n'ai plus de colère,

Et votre franchise me plaît,

A Lescaut.

Je venais d'écrire à mon père...

Montrant sa lettre.

Avant qu'on y mette un cachet,

Vous lirez bien, ceci, j'espère...

 

LESCAUT.

Volontiers ! Mais, voici le soir...

Allons tous deux, pour y mieux voir,

Nous placer près de la fenêtre,

Et là nous lirons votre lettre...

Il remonte vers le fond avec Des Grieux. Brétigny se trouve près de Manon.

 

MANON, à Brétigny.

Venir ici sous un déguisement !...

 

BRÉTIGNY.

Vous m'en voulez ?

 

MANON.

Certainement...

Vous savez que c'est lui que j'aime !

 

BRÉTIGNY.

J'ai voulu vous avertir, moi-même,

Que ce soir de chez vous on compte l'enlever,

Par ordre de son père !

 

MANON.

Par ordre de son père !

 

BRÉTIGNY.

Oui, ce soir, d'ici même on viendra l'arracher…

 

MANON, faisant un pas.

Ah ! je saurai bien empêcher...

 

BRÉTIGNY, l'arrêtant.

Prévenez-le, c'est la misère

Pour lui, pour vous ; ne le prévenez pas,

Et c'est la fortune, au contraire,

Qui vous attend...

 

MANON.

Parlez plus bas !

 

LESCAUT, lisant.

« On l'appelle
Manon, elle eut hier seize ans...
En elle
Tout séduit !... » Que ces mots sont touchants !...

 

DES GRIEUX.

Ah ! Lescaut, c'est que je l'adore,

Laissez-moi vous le dire encore !

 

BRÉTIGNY.

Répondez, Manon !

 

MANON.

Non, non !

Partez, je vous en prie,

C'est lui que j'aime et pour la vie.

 

LESCAUT.

Je veux relire, laissez-moi !

Lisant.

« Sa jeune âme à la vie est ouverte sans cesse. »

O poésie ! amour !... Cette délicatesse...

M'enchante, par ma foi !...

 

BRÉTIGNY, à Manon.

Manon, voici l'heure prochaine

De votre liberté !

Manon, bientôt vous serez reine,
Reine par la beauté !

 

MANON.

Dans mon cœur troublé quel délire !

Quel doute étrange et quel tourment !

 

LESCAUT, redescendant avec Des Grieux.

C'est parfait, on ne peut mieux dire

Et je vous fais mon compliment !

Cousine, et vous cousin, je vous rends mon estime !

Prenez ma main, car ce serait un crime

De vous tenir rigueur. Enfants, je vous bénis...

Les larmes... le bonheur...

Changement de ton, à Brétigny.

Partons-nous ?

 

BRÉTIGNY.

Je vous suis !

 

LESCAUT et BRÉTIGNY, s'éloignant.

La chose est claire !

Entre lurons

Et bons garçons,

C'est ainsi qu'on traite une affaire !

Ils sortent.

 

 

 

 

 

   

 

 

l'acte II de Manon à l'Opéra-Comique avec Mary Garden (Manon) et Adolphe Maréchal (Des Grieux), en décembre 1898 (nouvelle production)

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13. "Adieu, notre petite table"

Columbia D 15162, mat. LX 676-2

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Adieu, notre petite table" - le Rêve

distribution

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Adieu, notre petite table"

Fanny Heldy (Manon) et Orch dir Piero Coppola

Gramophone DA 1250, mat. BV 297-2, enr. le 14 novembre 1928

 

 

 

"Adieu, notre petite table"

Geori Boué (Manon) et Orchestre

 

 

 

 

SCÈNE III

MANON, DES GRIEUX, LA SERVANTE.

 

[ MANON (pensive, à elle-même)

[ Dans mon cœur... quel tourment…

[

[ DES GRIEUX (à lui-même, heureux)

[ Puisse du bonheur où j'aspire,

[ Le jour se lever souriant...

(Entre la servante avec une lumière.)

Que nous veut-on ?

 

LA SERVANTE

C'est l'heure du souper, Monsieur.

 

DES GRIEUX

C'est vrai pourtant. Et je n'ai pas encore

Porté ma lettre !

(La Servante dispose le couvert pour le souper.)

 

MANON

Eh bien ! Va la porter !

 

DES GRIEUX (indécis)

Manon…

 

MANON

Après ?

 

DES GRIEUX

Je t'aime, je t'adore !

Et toi, dis, m'aimes-tu ?

 

MANON

Oui, mon cher chevalier, je t'aime...

 

DES GRIEUX (avec un ton de reproche)

Tu devrais, en ce cas, me promettre...

 

MANON

Quoi ?

 

DES GRIEUX (changeant de ton)

Rien du tout, je vais porter ma lettre !

(Il sort.)

 

 

SCÈNE IV

 

MANON (très troublée)

Allons !... il le faut ! Pour lui-même…

Mon pauvre chevalier !... Oh, oui ! c'est lui que j'aime,

Et pourtant j'hésite aujourd'hui !

Non ! Non ! Je ne suis plus digne de lui !

J'entends cette voix qui m'entraîne

Contre ma volonté :

« Manon ! Manon, tu seras reine,

Reine par la beauté ! »

Je ne suis que faiblesse et que fragilité !...

Ah ! Malgré moi, je sens couler mes larmes…

Devant ces rêves effacés !

L'avenir aura-t-il les charmes

De ces beaux jours déjà passés ?

(Elle s'est rapprochée peu à peu de la table toute servie.)

Adieu, notre petite table,

Qui nous réunit si souvent !

Adieu,… adieu, notre petite table,

Si grande pour nous cependant !

(avec un triste sourire)

On tient, c'est inimaginable,

Si peu de place en se serrant !

Adieu, notre petite table !

Un même verre était le nôtre,

Chacun de nous, quand il buvait,

Y cherchait les lèvres de l'autre...

Ah ! Pauvre ami, comme il m'aimait !...

Adieu, notre petite table !

(avec un sanglot)

Adieu !

(entendant Des Grieux ; à part et vivement)

C'est lui ! Que ma pâleur ne me trahisse pas !

 

 

SCÈNE III

MANON, DES GRIEUX, LA SERVANTE.

 

Entre la servante.

 

DES GRIEUX.

Que nous veut-on ?

 

LA SERVANTE

C'est l'heure du souper,

Monsieur.

 

DES GRIEUX, souriant.

C'est vrai pourtant. Et je n'ai pas encore

Porté ma lettre !

 

MANON.

Eh bien, va la porter !

 

DES GRIEUX, s'approchant de Manon.

Manon !

 

MANON, distraite.

Après ?

 

DES GRIEUX.

Je t'aime, je t'adore !

Et toi, dis, m'aimes-tu ?

 

MANON, de même.

Oui, mon cher chevalier...

Je t'aime...

 

DES GRIEUX.

Tu devrais en ce cas, me promettre...

 

MANON.

Quoi ?

 

DES GRIEUX

Rien du tout !... Je vais porter ma lettre !

Il sort.

 

 

 

 

 

SCÈNE IV

 

MANON, très troublée.

Allons !... il le faut !...
Pour lui-même !

Nous séparer déjà !.. Rêve fini trop tôt !

Mon pauvre chevalier !... Oh ! oui, c'est lui que j'aime

Et pourtant j'hésite aujourd'hui !

Non ! non ! je ne suis plus digne de lui !

J'entends cette voix qui m'entraîne

Contre ma volonté :

« Manon, tu seras reine,

Reine par la beauté ! »

Je ne suis que faiblesse et que fragilité !...

Ah !malgré moi je sens couler mes larmes

Devant ces rêves effacés !

L'avenir aura-t-il les charmes

De ces beaux jours déjà passés ?

Peu à peu elle s'est approchée de la table toute servie.

Adieu, notre petite table

Qui nous réunit si souvent !

Adieu, notre petite table,

Si grande pour nous cependant

O tient, c'est inimaginable,

Si peu de place en se serrant !

Un même verre était le nôtre,

Chacun de nous, quand il buvait,

Y cherchait les lèvres de l'autre...

Ah ! Pauvre ami, comme il m'aimait !...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Jeanne Rousselière (Manon) et Piano

Disque Pour Gramophone G.C.-33314, mat. 1797-P, enr. à Paris en 1903

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Jane Marignan (Manon) et Piano

Pathé 90t n° 1004, enr. à Paris en 1905

 

 

         

 

"Adieu, notre petite table"

Geraldine Farrar (Manon) et Orchestre

Victor 88146, mat C6653-1, édité sur Disque Pour Gramophone 033080, enr. à Camden, New Jersey, le 08 décembre 1908

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Aline Vallandri (Manon), Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone GC 34197, mat 5716h, enr. à Paris en 1908

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Berthe César (Manon), Léon Campagnola (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone GC 34291, mat. 16930u, réédité sur Disque Pour Gramophone U 22, enr. à Paris le 03 novembre 1911

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Marcelle Ragon (Manon) et Orchestre

Gramophone P 776, mat. 2-33081, enr. à Paris le 27 juin 1928

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Ninon Vallin (Manon) et Grand Orchestre dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.862, mat. KI 5104-2, enr. le 15 décembre 1931

 

 

    

 

"Adieu, notre petite table"

Maria Callas (Manon) et Orchestre dir. Georges Prêtre

enr. en 1963 (disque), et Paris le 18 mai 1965 (vidéo)

 

 

 

"Adieu, notre petite table"

Andrée Esposito (Manon) et Orchestre de chambre de l'ORTF dir. Pierre Dervaux

enr. le 30 septembre 1966

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14. le Rêve

Columbia D 15162, mat. LX 677-4

distribution

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Adieu, notre petite table" - le Rêve

distribution

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Rêve

Edmond Clément (Des Grieux) et Frank La Forge au piano

Victor 74258, mat. C-11191, édité sur Disque Pour Gramophone 032259, réédité sur Gramophone DB 166, enr. à Camden, New Jersey, le 06 novembre 1911

 

 

SCÈNE V

MANON, DES GRIEUX.

 

DES GRIEUX (avec élan)

Enfin, Manon, nous voilà seuls ensemble !

(Il s'approche d'elle.)

Eh quoi ? Des larmes ?

 

MANON

Non !

 

DES GRIEUX

Si fait, ta main tremble...

 

MANON (s'efforçant de sourire)

Voici notre repas !

 

DES GRIEUX

C'est vrai, ma tête est folle !

Mais le bonheur est passager,

Et le ciel l'a fait si léger

Qu'on a toujours peur qu'il s'envole !

A table !

 

MANON

A table !

 

DES GRIEUX

Instant charmant

Où la crainte fait trêve,

Où nous sommes deux seulement !

Tiens, Manon, en marchant, je viens de faire un rêve.

 

MANON (à part, avec amertume)

Hélas ! Qui ne fait pas de rêve ?

 

DES GRIEUX (à Manon, avec intimité)

En fermant les yeux, je vois

Là-bas une humble retraite,

Une maisonnette

Toute blanche au fond des bois !

Sous ses tranquilles ombrages

Les clairs et joyeux ruisseaux,

Où se mirent les feuillages,

Chantent avec les oiseaux !

C'est le paradis !... Oh non !

Tout est là triste et morose,

Car il y manque une chose :

Il y faut encor Manon !

 

MANON (doucement)

C'est un rêve, une folie !

 

DES GRIEUX

Non !... Là sera notre vie,

Si tu le veux, ô Manon !

(On entend frapper à la porte.)

 

 

SCÈNE V

MANON, DES GRIEUX.

 

DES GRIEUX, avec élan.

Enfin, Manon, nous voilà seuls ensemble !

Il s'approche d'elle.

Quoi ?... des larmes ?

 

MANON.

Non pas !

 

DES GUEUX, pressant.

Si fait votre main tremble...

 

MANON, s'efforçant de sourire.

Voici notre repas.

 

DES GRIEUX.

C'est vrai, ma tête est folle !

Mais le bonheur est passager,

Et le ciel l'a fait si léger

Qu'on a toujours peur qu'il s'envole !

A table!

 

MANON.

A table!

 

DES GRIEUX.

Instant charmant

Où la crainte fait trêve,

Où nous sommes deux seulement !

Tiens, Manon, en marchant, je viens de faire un rêve.

 

MANON, avec amertume, à part.

Hélas ! qui ne fait pas de rêve ?

 

DES GRIEUX.

En fermant les yeux, je vois

Là-bas une humble retraite,

Une douce maisonnette

Toute blanche au fond des bois !

Sous ses tranquilles ombrages

Les clairs et joyeux ruisseaux,

Où se mirent les feuillages,

Chantent avec les oiseaux !

C'est le paradis !... Oh non

Tout est là triste et morose,

Car il y manque une chose :

Il y faut encor Manon !

 

MANON, doucement.

C'est un rêve, une folie !

 

DES GRIEUX.

Non ! Si tu le veux, ô Manon,

Là sera notre vie!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

le Rêve

Roméo Berti (Des Grieux) et Piano

Homophone 8523, enr. à Paris vers 1905

 

 

    

 

le Rêve

Francisco Nuibo (Des Grieux) et Orchestre

Pathé 90t n° 4578, enr. à Paris en 1906/1907

 

 

    

 

le Rêve

Léon Beyle (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G.C.-3-32795, mat. 5628h, enr. à Paris en 1908

 

 

    

 

le Rêve

Albert Vaguet (Des Grieux) et Orchestre

Pathé saphir 90t n° 137, enr. en 1910

 

 

         

 

le Rêve

Léon Campagnola (Des Grieux) et Orchestre

Disque Pour Gramophone 4-32244, mat. 16868 3/4.u, réédité sur Gramophone U 48, enr. à Paris le 03 octobre 1911

 

 

 

le Rêve

César Vezzani (Des Grieux) et Orchestre

Odéon 111890, mat. XP 6409, enr. à Paris en 1914

 

 

    

 

le Rêve

David Devriès (Des Grieux) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.505, mat. KI 1079-2, enr. à Paris en janvier/février 1927

 

 

    

 

le Rêve

Joseph Rogatchewsky (Des Grieux) et Orchestre dir. Elie Cohen

Columbia D 15011, mat. LX 107, enr. le 19 octobre 1927

 

 

    

 

le Rêve

Miguel Villabella (Des Grieux) et Orchestre

Pathé X 0654, mat. N 201582-1, enr. en 1929

 

 

 

le Rêve

Miguel Villabella (Des Grieux) et Orchestre

enr. vers 1930

 

 

    

 

le Rêve

Paul-Henry Vergnes (Des Grieux) et Grand Orchestre dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.847, mat. KI 4829-1, enr. le 08 octobre 1931

 

 

    

 

le Rêve

Jean Planel (Des Grieux) et Orchestre dir François Rühlmann

Pathé X 90036, mat. 250.223, enr. vers 1932

 

 

    

 

le Rêve

André d'Arkor (Des Grieux) et Orchestre de la Monnaie de Bruxelles dir. Maurice Bastin

Columbia RF 63, mat. LB 323-1, enr. à Bruxelles le 22 octobre 1932

 

 

    

 

le Rêve

Giuseppe Lugo (Des Grieux) et Orchestre symphonique dir Elie Cohen

Polydor 561.099, mat. 2108 1/2 HPP, enr. en 1935

 

 

    

 

le Rêve

Georges Thill (Des Grieux) et Orchestre dir. Eugène Bigot

Columbia LFX 478, mat. LX 1948-1, enr. à Paris le 02 avril 1937

 

 

 

le Rêve

Janine Micheau (Manon), Libero de Luca (Des Grieux) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Albert Wolff

enr. en 1951

 

 

 

le Rêve

Victoria de Los Angeles (Manon), Henri Legay (Des Grieux) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Pierre Monteux

enr. à Paris en avril/juin 1955

 

 

 

le Rêve

Michel Cadiou (Des Grieux) et Orchestre dir Jésus Etcheverry

enr. vers 1960

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MANON (à part)

Oh ! Ciel ! déjà !

 

DES GRIEUX

Quelqu'un ?...

(gaiement)

Il ne faut pas de trouble-fête...

(se levant)

Je vais renvoyer l'importun

(souriant)

Et je reviens !

 

MANON (troublée)

Adieu !...

 

DES GRIEUX (étonné)

Comment ?

 

MANON (avec embarras et émotion contenue)

Non !... Je ne veux pas...

 

DES GRIEUX (insistant)

Pourquoi ?

 

MANON

Ah ! Tu n'ouvriras pas cette porte !

Je veux rester dans tes bras !...

 

DES GRIEUX (se dégageant doucement)

Enfant !... Laisse-moi !

 

MANON

Non !

 

DES GRIEUX

Que t'importe !

 

MANON

Non !

 

DES GRIEUX

Allons !

 

MANON

Je ne veux pas !

 

DES GRIEUX

Quelque inconnu !... C'est singulier !

Je le congédierai d’une façon polie,

Je reviens, nous rirons tous deux de ta folie !

(Il sort. On entend un bruit de lutte. Manon se lève et court vers la fenêtre. Roulement de voiture)

 

MANON

Mon pauvre chevalier !

(Manon paraît en proie à la plus vive douleur. Le rideau baisse lentement.)

 

 

MANON, suffoquant.

Ah !

On entend doucement frapper à la porte.

A part.

Oh ciel ! déjà !

 

DES GRIEUX.

Quelqu'un !

Il ne faut pas de trouble fête,..

Se levant.

Je vais renvoyer l'importun

Qui veut rompre le tête-à-tête,

Souriant.

Et je reviens.

 

MANON, troublée.

Adieu !

 

DES GRIEUX, étonné.

Comment !...

 

MANON, avec embarras et émotion contenue.

Je ne veux pas !...

Tu n'ouvriras pas cette porte !

Non... je veux rester dans tes bras !...

 

DES GRIEUX, se dégageant doucement.

Enfant !... laisse-moi... que t'importe !

Allons !...

Quelque inconnu !... c'est singulier !

Je le congédierai d’une façon polie,

Je reviens, nous rirons tous deux de ta folie !

Il l'embrasse et sort. On entend un bruit de lutte.

 

MANON, se lève et court vers la fenêtre. — Roulement de voiture.

Mon pauvre chevalier ! mon pauvre chevalier !

Rideau.

 

 

 

 

 

 

Acte III. 1er tableau. estampe de Jules Gaildrau du décor de la création

 

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

15. Entr'acte-Menuet

Columbia D 15163, mat. LX 680-2

distribution

 

 

 

16. "C'est fête au Cours-la-Reine !"

Columbia D 15163, mat. LX 740-2

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17. "A quoi bon l'économie"

Columbia D 15164

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

divers enregistrements

 

 

Menuet

le Double Quintette dir. Lensen

Disque Pour Gramophone 38097, mat. 16558u, enr. à Paris vers 1910

 

 

 

Menuet

Orchestre dir. François Rühlmann

Pathé saphir 90t n° 5213, réédité sur 80t n° 6428, enr. vers 1910

 

 

 

Menuet

Orchestre Pasdeloup dir Piero Coppola

Gramphone DA 4869, mat. OLA 199-1, enr. salle Rameau à Paris le 28 novembre 1934

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"A quoi bon l'économie"

Hector Dufranne (Lescaut) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G. C.-3-32767, mat. 5330h, enr. à Paris en nov./déc. 1907

 

(version de la partition)

 

 

ACTE TROISIÈME

 

 

PREMIER TABLEAU


LA PROMENADE DU COURS-LA-REINE

 

La promenade du Cours-la-Reine, un jour de fête populaire. A droite, l'enseigne d'un bal. Entre les grands arbres, des boutiques de marchands de toutes sortes : modistes, marchands de jouets, saltimbanques, marchands de chansons, etc. Grand mouvement au lever du rideau : des marchands et des marchandes poursuivent des passants, seigneurs, bourgeois et bourgeoises, en leur offrant divers objets. Au fond, on aperçoit les rives de la Seine et la coupole des Invalides.

 

 

Prélude (Entr'acte-Menuet)

 


SCÈNE I

CHŒURS, MODISTES, MARCHANDS, CUISINIERS, BOURGEOIS et BOURGEOISES.

 

[ UNE MARCHANDE

[ Rouge, mouches et manchettes,

[ Plumes et fines aigrettes !

[ Rouge, mouches et manchettes !

[

[ LES MODISTES

[ Voyez ! Mules à fleurettes !

[ Fichus et coqueluchons !

[ Bonnets, paniers, collerettes !

[ Gaze, linons et manchons !

[ Voyez ! Mules à fleurettes !

[ Fichus et coqueluchons !

[

[ LES MARCHANDS

[ Billets pour la loterie,

[ Rubans, cannes et chapeaux !

[ Bonbons et pâtisserie,

[ Jouets, balles et sabots !

[ Billets pour la loterie !

[

[ UN MARCHAND DE CHANSONS

[ Achetez-moi mes chansons ! (ter)

[

[ UN MARCHAND

[ Poudres, râpes à tabac. (ter)

[

[ UN MARCHAND D’ELIXIR

[ Elixir pour l’estomac ! (ter)

[

[ UN CUISINIER

[ Il est temps qu'on se régale,

[ Ma cuisine est sans égale !

[ Il est temps qu'on se régale !

 

MARCHANDS, BOURGEOISES, BOURGEOIS

C'est la fête au Cours-la-Reine !

On y rit, on y boit,

A la santé du Roi !

On y rit, on y boit,

Pendant une semaine,

On y rit, on y boit,

A la santé du Roi ! A la santé du Roi !

C'est la fête au Cours-la-Reine !

On y boit à la santé du Roi !

(Musique du bal dans le lointain. Poussette et Javotte sortent du bal. Deux petits clerc qui paraissent chercher quelqu’un dans la foule les aperçoivent et, sur un signe d'elles, courent à leur rencontre. Rosette paraît à son tour.)

 

POUSSETTE et JAVOTTE

La charmante promenade !

Ah ! Que ce séjour est doux !

Que c'est bon, que c’est bon une escapade

Loin des regards d'un jaloux !

 

POUSSETTE (aux petits clercs avec précaution)

C'est entendu !

 

JAVOTTE

Tenez-vous bien !...

 

ROSETTE

Un mot pourrait nous compromettre !

 

POUSSETTE

C'est entendu !

 

JAVOTTE

Mon cœur veut bien tout vous promettre !...

 

POUSSETTE

Tout !...

 

ROSETTE

Mais que Guillot n'en sache rien !...

 

POUSSETTE et JAVOTTE (changeant de ton)

La charmante promenade !

Ah ! Que ce séjour est doux !

Que c'est bon, que c’est bon une escapade

Loin des regards d'un jaloux !

 

POUSSETTE

Que c’est bon !

 

JAVOTTE

La charmante promenade ! Que c’est bon !

 

POUSSETTE

La charmante promenade !

 

POUSSETTE et JAVOTTE

Loin des regards d'un jaloux !

Que c’est bon !

(Poussette et Javotte rentrent dans le bal, Rosette s'est éloignée.)

 

[ UNE MARCHANDE

[ Rouge, mouches et manchettes !

[

[ LES MODISTES

[ Voyez, mules à fleurettes !

[ Fichus et coqueluchons !

[

[ UN MARCHAND DE CHANSONS

[ Achetez-moi mes chansons !

[

[ LES MARCHANDS

[ Billets pour la loterie !

[ Rubans, cannes et chapeaux !

[

[ UN MARCHAND

[ Poudre, râpes à tabac !

[

[ MARCHAND D’ELIXIR

[ Elixir pour l’estomac !

[

[ UN CUISINIER

[ Il est temps qu’on se régale !

 

MARCHANDS, BOURGEOISES, BOURGEOIS

C'est la fête au Cours-la-Reine !

On y rit, on y boit,

A la santé du Roi !

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, LESCAUT.

 

MARCHANDES et MARCHANDS (poursuivant Lescaut fendant la foule)

Tenez, monsieur !

Tenez, monsieur !

Prenez, monsieur ! monsieur !

Monsieur, choisissez ! Prenez ! Choisissez !

 

LESCAUT

Choisir ! et pourquoi ?

Donnez ! Donnez ! Donnez ! Donnez ! Donnez encore !

Ce soir j'achète tout !

C'est pour la beauté que j'adore,

Je m'en rapporte à votre goût ! à votre goût !

(Il prend tous les objets qu'on lui donne et paie tout le monde.)

 

MARCHANDES et MARCHANDS

Tenez ! monsieur, tenez, prenez !

 

LESCAUT

A quoi bon l'économie

Quand on a trois dés en main,

Et que l'on sait le chemin

De l'hôtel de Transylvanie !

A quoi bon !... A quoi bon l'économie !

A quoi bon !... A quoi bon l'économie !

 

MARCHANDES et MARCHANDS

Tenez ! Monsieur ! Tenez ! prenez ! tenez ! prenez !

 

LESCAUT

Assez ! Assez !

(avec sentiment)

O Rosalinde,

Il me faudrait gravir le Pinde,

Pour te chanter comme il convient !

Que sont les sultanes de l'Inde

Et les Armide et les Clorinde,

Près de toi, que sont-elles ? Rien…

Rien du tout, rien du tout, rien du tout !

O ma Rosalinde !

Je veux gravir le Pinde

Pour te chanter comme il convient !

Ma Rosalinde ! Ma Rosalinde ! Ma Rosalinde !

Choisir ! choisir ! non, ma foi !

A quoi bon l'économie

Quand on a trois dés en main

Et que l'on sait le chemin

De l'hôtel de Transylvanie !

A quoi bon !... A quoi bon l'économie !

Approchez, ô belles, approchez...

J'offre un bijou… J'offre un bijou. J'offre un bijou pour deux baisers...

(Sortie de Lescaut, mouvement dans la foule.)

 

(livret, édition de mars 1902)

 

 

ACTE TROISIÈME

 

 

PREMIER TABLEAU


LA PROMENADE DU COURS-LA-REINE

 

La promenade du Cours la Reine un jour de fête populaire. A droite, l'enseigne d'un bal. Entre les grands arbres, des boutiques de marchands de toutes sortes : modistes, marchands de jouets, saltimbanques, marchands de chansons, etc., grand mouvement au lever du rideau : des marchands et des marchandes poursuivent des passants, seigneurs, bourgeois et bourgeoises, en leur offrant divers objets. Au fond on aperçoit les rives de la Seine et la coupole des Invalides.

 

 

Prélude (Entr'acte-Menuet)

 

 

SCÈNE I

CHŒURS, MODISTES, MARCHANDS, CUISINIERS, BOURGEOIS et BOURGEOISES.

 

CHŒUR GÉNÉRAL.

C'est fête au Cours la Reine !

On y rit, on y boit,

Pendant une semaine,

A la santé du Roi !

 

LES MODISTES.

Voyez ! mules à fleurettes,

Fichus et coqueluchons,

Bonnets, paniers, collerettes,

Gaze, linons et manchons !

 

UN MARCHAND.

Elixir pour l'estomac !

 

UNE MARCHANDE.

Rouge, mouches et manchettes,

Plumes et fines aigrettes !

 

LE MARCHAND.

Poudre, râpes à tabac !

 

UN MARCHAND DE CHANSONS.

Achetez-moi mes chansons !

 

UN CUISINIER.

Il est temps qu'on se régale,

Ma cuisine est sans égale !

 

LE MARCHAND DE CHANSONS.

J'en ai de toutes façons !

 

UN GROUPE DE MARCHANDS.

Billets pour la loterie,

Rubans, cannes et chapeaux !

Bonbons et pâtisserie,

Jouets, balles et sabots !

Au loin, musique du bal. — Poussette et Javotte, puis Rosette paraissent dans la foule ; trois petits clercs les aperçoivent et, sur un signe d'elles, courent à leur rencontre.

 

POUSSETTE, JAVOTTE.

La charmante promenade !

Ah ! que ce séjour est doux !

Que c'est bon une escapade,

Loin des regards d'un jaloux !

La charmante promenade !

 

POUSSETTE, aux petits clercs avec précaution.

C'est entendu !

 

JAVOTTE.

Tenez-vous bien !...

 

ROSETTE.

Un mot pourrait me compromettre !

 

JAVOTTE.

Mon cœur veut bien tout vous promettre…

 

POUSSETTE, JAVOTTE et ROSETTE.

Mais que Guillot n'en sache rien !...

Poussette, Javotte et Rosette s'éloignent.

 

REPRISE DU CHŒUR.

C'est fête au Cours la Reine !

On y rit, on y boit,

Pendant cette semaine,

A la santé du roi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE II

LES MÊMES, LESCAUT, fendant la foule.

MARCHANDS, le poursuivant.

Tenez, monsieur ! Achetez-moi !

Prenez ! Choisissez !

 

LESCAUT.

Choisir, et pourquoi ?

Donnez ! donnez encore !

Ce soir j'achète tout !

C'est pour la beauté que j'adore,

Je m'en rapporte à votre goût.

Il prend tous les objets qu'on lui donne et paie tout le monde.

A quoi bon l'économie

Quand on a trois dés en main,

Et que l'on sait le chemin

De l'hôtel de Transylvanie !

 

LES MARCHANDS.

Tenez ! Prenez !

 

LESCAUT, montrant qu'il a les bras remplis de ses achats.

Assez !

Avec sentiment.

O Rosalinde,

Il me faudrait gravir le Pinde,

Pour te chanter comme il convient

Que sont les sultanes de l'Inde

Et les Armide et les Clorinde

Près de toi, que sont-elles ? Rien,

Rien du tout, ô ma Rosalinde !

 

LES MARCHANDS.

Voyez, monsieur ! achetez-moi !

Prenez ! choisissez !

 

LESCAUT.

Choisir, non ma foi !

A quoi bon l'économie

Quand on a trois dés en main

Et que l'on sait le chemin

De l'hôtel de Transylvanie !

Approchez, belles, approchez...

J'offre un bijou pour deux baisers...

Il sort, poursuivi par les marchands.

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"A quoi bon l'économie"

Paul Parmentier (Lescaut) et Orch.

Pathé saphir 80t n° 235, mat. 2808, enr. le 24 décembre 1920

 

 

    

 

"A quoi bon l'économie"

André Baugé (Lescaut) et Orch.

Pathé saphir 80t n° 0413, mat. 1432, enr. le 05 mai 1924

 

 

    

 

"A quoi bon l'économie"

Roger Bourdin (Lescaut) et Orch. de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.508, mat. KI 1156-1, enr. en 1927

 

décor du 1er tableau de l'acte III de Manon à l'Opéra-Comique (nouvelle production de 1898)

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18. "Suis-je gentille ainsi ?"

Columbia D 15164

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

distribution

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Janine Micheau (Manon), Chœurs et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Albert Wolff

enr. en 1951

 

 

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Mado Robin (Manon) et Orchestre de l'Opéra dir. Pierre Dervaux

enr. à Paris en 1957

 

 

SCÈNE III

GUILLOT, POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE et les PETITS CLERCS.

 

Poussette, Javotte et Rosette sortent du bal.

 

GUILLOT (les apercevant).

Bonjour Poussette !

 

POUSSETTE (avec un cri)

Ah ! Ciel !

 

GUILLOT

Bonjour Javotte !

 

JAVOTTE (de même)

Ah ! Dieu !

 

GUILLOT

Bonjour Rosette !

 

ROSETTE (de même)

Ah !

 

GUILLOT

Par la morbleu !

Elles me plantent là. Coquine ! Péronnelle !

Et j'en avais pris trois !... pourtant il me semblait

Pouvoir compter, si l'une me trompait,

Qu'une autre au moins serait fidèle...

La femme est, je l'avoue, un méchant animal !

 

BRÉTIGNY (qui est entré sur ces dernières paroles)

Pas mal, Guillot, ce mot-là n'est pas mal !

Mais il n'est pas de vous.

(Guillot le regarde avec fureur,)

Dieu ! Quel sombre visage !

Dame Javotte, je le gage,

Vous aura fait des traits...

 

GUILLOT

Javotte, c'est fini !...

 

BRÉTIGNY

Et Poussette ?...

 

GUILLOT

Poussette aussi !...

 

BRÉTIGNY

Vous voilà libre alors ?

(ironiquement)

Guillot, je vous en prie,

N'allez pas m'enlever Manon !

 

GUILLOT

Vous enlever...

 

BRÉTIGNY (suppliant de même)

Non, jurez-moi que non !

 

GUILLOT

Laissons cette plaisanterie !

Mais dites-moi, mon cher, on m'a conté

A propos de Manon, que, vous ayant prié

De faire venir l'Opéra chez elle,

Vous avez, en dépit des larmes de la belle,

Répondu : Non !

 

BRÉTIGNY

C'est très vrai ; la nouvelle

Est exacte !...

 

GUILLOT

Il suffit ; souffrez que je vous quitte

Pour un instant,… mais je reviendrai vite !

(Il sort en se frottant les mains et en fredonnant)

Dig et dig et don ! Dig et dig et don !

On te la prendra ta Manon !

Dig et dig et don !

On te la prendra ta Manon !

 

 

SCÈNE IV

BRÉTIGNY, rentrée des PROMENEURS et des MARCHANDS, puis MANON, suivie de sa chaise à porteurs, et accompagnée d'un coureur, de deux petits nègres et de porteurs à grande livrée.

 

Les Promeneurs et les Marchands reviennent.

 

[ MARCHANDES et BOURGEOISES

[ Voici les élégantes,

[ Les belles indolentes,

[ Maîtresses des cœurs,

[ Aux regards vainqueurs !

[ Voici les élégantes,

[ Aux regards vainqueurs !

[

[ MARCHANDS

[ Voici les élégantes,

[ Les belles indolentes,

[ Voici les élégantes,

[ Aux regards vainqueurs !

[

[ BOURGEOIS

[ Voici les élégantes,

[ Aux regards vainqueurs !

[ Voici les élégantes,

[ Aux regards vainqueurs !

(Manon paraît, Brétigny l’accompagne, ainsi que plusieurs jeunes Seigneurs.)

 

BOURGEOIS (entre eux)

Quelle est donc cette princesse ?

 

MARCHANDS (de même)

C'est au moins une Duchesse !

 

MARCHANDES (aux promeneurs)

Eh ! Ne savez-vous pas son nom ?

C'est Manon !

 

MARCHANDS et BOURGEOIS

C'est Manon !

 

MARCHANDES

C'est la belle Manon !

 

[ MARCHANDS

[ Voici les élégantes !

[ Les belles indolentes,

[ Maîtresses des cœurs !

[

[ MARCHANDES et BOURGEOISES

[ Voici les élégantes !

[ Les belles indolentes,

[ Aux regards vainqueurs !

[

[ BOURGEOIS

[ Voici les élégantes,

[ Aux regards vainqueurs !

 

BRÉTIGNY (à Manon)

Ravissante Manon !

 

SEIGNEURS (avec empressement)

Ravissante Manon !

 

MANON

Suis-je gentille ainsi ?

 

BRÉTIGNY et LES SEIGNEURS

Adorable ! Divine ! Divine !

 

MANON

Est-ce vrai ? Grand merci !

(avec coquetterie)

Je consens, vu que je suis bonne,

A laisser admirer ma charmante personne...

(Avec impertinence et gaieté)

Je marche sur tous les chemins

Aussi bien qu'une souveraine ;

On s'incline, on baise ma main,

Car par la beauté je suis reine ! Je suis reine !

Mes chevaux courent à grands pas ;

Devant ma vie aventureuse,

Les grands s'avancent chapeau bas ;

Je suis belle, je suis heureuse !

Je suis belle ! Autour de moi, tout doit fleurir !

Je vais à tout ce qui m'attire

Et si Manon devait jamais mourir,

Ce serait, mes amis, dans un éclat de rire !

(en riant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

 

BRÉTIGNY et LES SEIGNEURS

Bravo ! Bravo ! Manon !

 

 

SCÈNE III

GUILLOT, POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE et les PETITS CLERCS.

 

GUILLOT, les apercevant.

Bonjour, Poussette !

 

POUSSETTE, avec un cri, se sauvant.

Ah ! ciel !

 

GUILLOT

Bonjour, Javotte !

 

JAVOTTE, de même.

Ah ! Dieu !

Même jeu entre Guillot et Rosette.

 

GUILLOT.

Par la morbleu !

Elles me plantent là. Coquine ! Péronnelle !

Et j'en avais pris trois !... pourtant il me semblait

Pouvoir compter, si l'une me trompait,

Qu'une autre au moins serait fidèle...

La femme est, je l'avoue, un méchant animal !

 

BRÉTIGNY, entrant.

Pas mal, Guillot, ce mot-là n'est pas mal !

Mais il n'est pas de vous.

Guillot le regarde avec fureur.

Dieu ! quel sombre visage !

Dame Javotte, je le gage,

Vous aura fait des traits...

 

GUILLOT, vexé.

Javotte ? c'est fini !...

 

BRÉTIGNY.

Et.... Poussette ?...

 

GUILLOT.

Poussette aussi !...

 

BRÉTIGNY.

Vous voilà libre alors Guillot, je vous en prie,
N'allez pas m'enlever Manon !

 

GUILLOT.

Vous enlever ?...

 

BRÉTIGNY, suppliant.

Non, jurez-moi que non !

 

GUILLOT.

Laissons cette plaisanterie !

Avec une finesse affectée.

Mais dites-moi, mon cher, on m'a conté

A propos de Manon, que vous ayant prié

De faire venir l'Opéra chez elle,

Vous avez, en dépit des larmes de la belle,

Répondu non ?

 

BRÉTIGNY.

C'est très vrai ; la nouvelle

Est exacte !... et, l'on dit ?...

 

GUILLOT.

Il suffit !

Souffrez que je vous quitte

Pour un instant ; mais je reviendrai vite !

Il sort en se frottant les mains et en fredonnant.

Et dig et dig et don,
On te la prendra, ta Manon !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCÈNE IV

BRÉTIGNY, rentrée des PROMENEURS et des MARCHANDS, puis MANON, suivie de sa chaise à porteurs, et accompagnée d'un coureur, de deux petits nègres et de porteurs à grande livrée.

 

ENSEMBLE.

Voici les élégantes,

Les belles indolentes,

Maîtresses des cœurs,

Aux regards vainqueurs !

 

PROMENEURS.

Mais quelle est cette princesse ?

C'est au moins une duchesse !

 

MARCHANDES.

Eh ! ne savez-vous pas son nom ?

C'est Manon, la belle Manon !

 

ENSEMBLE.

Voici les élégantes

Les belles indolentes !

Pendant ce temps, Brétigny s'est avancé avec quelques seigneurs de ses amis et a aidé Manon à descendre de sa chaise.

 

BRÉTIGNY.

Ravissante Manon !

 

MANON.

Suis-je gentille ainsi ?

 

LES SEIGNEURS.

Adorable, divine !

 

MANON.

Est-ce vrai ? Grand merci !

Je consens, je suis bonne,

A laisser admirer ma charmante personne...

Je marche sur tous les chemins

Aussi bien qu'une souveraine ;

On s'incline, on baise mes mains,

Car par la beauté je suis reine !

Mes chevaux courent à grands pas ;

Devant ma vie aventureuse

Les grands s'avancent chapeau bas ;

Je suis belle, je suis heureuse !

Autour de moi, tout doit chanter, fleurir !

Je vais à tout ce qui charme et m'attire

Et si Manon devait jamais mourir,

Ce serait, mes amis, dans un éclat de rire !

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Lucette Korsoff (Manon) et Orchestre

Disque Pour Gramophone G.C.-33690, mat. 5747h, enr. à Paris en 1908

 

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Mlle Vois (Manon) et Orchestre

Aérophone 979, enr. vers 1911

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Geneviève Vix (Manon) et Orchestre

Pathé saphir 80t n° 302, mat. 2991, enr. en 1921

 

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Emma Luart (Manon) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.514, mat. KI 1153-2, enr. en 1927

 

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Germaine Féraldy (Manon) et Orchestre dir Elie Cohen

Columbia D 13055, mat. L 1191-1, enr. en 1928

 

 

    

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Yvonne Brothier (Manon) et Orchestre dir. Georges Lauweryns

Gramophone P 819 (2-33095), mat. BS 3696, enr. le 21 mai 1929

 

 

 

"Suis-je gentille ainsi ?"

Andrée Esposito (Manon) et Orchestre de chambre de l'ORTF dir. Pierre Dervaux

enr. le 30 septembre 1966

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

19. Gavotte

Columbia D 15165, mat. LX 827

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

 

Gavotte

Amelita Galli-Curci et Orchestre dir. Rosario Bourdon

Victor 1018, mat. B-28467, enr. à Camden, New Jersey, le 13 septembre 1923

 

 

 

Gavotte

Ninon Vallin (Manon) et Grand Orchestre dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.863, mat. KI 5105-1, enr. le 15 décembre 1931

 

 

 

 

 

 

 

Gavotte

 

MANON

Obéissons quand leur voix appelle

Aux tendres amours,

Toujours, toujours, toujours,

Tant que vous êtes belle,

Usez sans les compter vos jours

Tous vos jours !

Profitons bien de la jeunesse,

Des jours qu'amène le printemps,

Aimons, rions, chantons sans cesse,

Nous n'avons encor que vingt ans !

 

[ BRÉTIGNY et LES SEIGNEURS

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Rions ! (en riant) Ah ! Ah !

[

[ MANON

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Aimons, rions, chantons sans cesse,

[ Nous n'avons encor que vingt ans !

[ (en riant) Ah ! Ah !

 

MANON

Le cœur, hélas ! le plus fidèle,

Oublie en un jour l'amour, l'amour, l'amour,

Et la jeunesse ouvrant son aile

A disparu sans retour, sans retour.

Profitons bien de la jeunesse !

Bien court, hélas ! est le printemps,

Aimons, chantons, rions sans cesse !

Nous n'aurons pas toujours vingt ans !

 

[ BRÉTIGNY et LES SEIGNEURS

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Rions ! (en riant) Ah ! Ah !

[

[ MANON

[ Profitons bien de la jeunesse,

[ Aimons, chantons, rions sans cesse,

[ Nous n'avons encor que vingt ans !

[ (en riant) Ah ! Ah !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

Gavotte

Geneviève Vix (Manon) et Orchestre

Pathé saphir 80t n° 302, mat. 2990, enr.  en 1921

 

 

    

 

Gavotte

Gabrielle Ritter-Ciampi (Manon) et Orchestre

Pathé saphir 80t n° 0439, mat. 4001, enr. le 09 décembre 1924

 

 

    

 

Gavotte

Emma Luart (Manon) et Orchestre de l'Opéra-Comique dir. Gustave Cloëz

Odéon 188.522, mat. KI 1184-2, enr. en 1927

 

 

    

 

Gavotte

Marcelle Ragon (Manon) et Orchestre

Gramophone P 776, mat. 2-33081, enr. à Paris le 27 juin 1928

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

Fabliau

Germaine Féraldy (Manon) et Orch. de l'Opéra-Comique dir. Elie Cohen

Columbia D 15034, mat. LX 349-2

enr. 13 avril 1928

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

 

 

divers enregistrements

 

 

Fabliau

Georgette Bréjean-Gravière (Manon), créatrice du Fabliau, et Piano

Fonotipia 39225, mat. xPh 679, enr. à Paris en 1905

 

 

 

Fabliau

Yvonne Brothier (Manon) et Orch. dir. Georges Lauweryns

Gramophone P 819 (2-33096), mat. BS 3697, enr. le 21 mai 1929

 

 

 

Fabliau

Janine Micheau (Manon), Guy Godin (Brétigny), Chœurs et Orch. de l'Opéra-Comique dir. Albert Wolff

enr. en 1951

 

 

Fabliau (qui peut être chanté à la place de la Gavotte)

 

BRETIGNY

Ah ! vous êtes vraiment la reine des amours,

O Manon, qui riez toujours !

 

MANON

Toujours ?... Vous vous trompez !

Peut-être mon cœur est-il moins gai

Qu'il ne veut paraître !

(Le fabliau commence alerte et léger.)

Oui, dans les bois et dans la plaine

Rien que pour rire et sans raison

Manon riait jadis et de sa voix lointaine

L'écho, son compagnon, riait avec Manon

Du rire de Manon ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

L'écho riait ainsi du rire de Manon ! Ah ! Ah !

L'écho riait du rire de Manon !

 

LA FOULE

L'écho riait du rire de Manon !

 

MANON

Parfois, voyant des colombes fidèles,

Manon les admirait... et pensait à leurs ailes !

Et le soir qui tombait souvent la retrouvait

Pensive encor ! Manon rêvait !

Ah ! pensive encor, Manon rêvait ! Manon rêvait !

(vif, alerte et léger)

Bientôt fuyait le rêve

Et dans les airs passait le son d'une chanson !

Et comme l'alouette pour nous saluer la vie,

Alors Manon chantait l'amour et la jeunesse !

Alors Manon chantait ! Ah !

 

[ MANON

[ Manon chantait l'amour, l'amour et la jeunesse !

[ Ah ! Manon chantait la jeunesse !

[

[ LA FOULE

[ Manon chantait l'amour !

[ Manon chantait !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                             Manon                                       Brétigny

 

le 1er tableau de l'acte III de Manon à l'Opéra-Comique avec Mary Garden (Manon) et Maurice Cazeneuve (Brétigny), en décembre 1898 (nouvelle production)

 

version intégrale (1929)

dir Cohen

 

 

 

20. Scène et Duo (début)

Columbia D 15165, mat. LX 828

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21. Duo (fin)

Columbia D 15166

distribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22. Ballet (début)

Columbia D 15166

distribution

 

 

 

23. Ballet (fin)

Columbia D 15166

distribution

 

version anthologique (1956)

dir Etcheverry

 

 

divers enregistrements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Pardon... mais j'étais là"

Aline Vallandri (Manon), Hector Dufranne (le Comte) et Orch.

Disque Pour Gramophone 034021, mat. 600i, enr. à Paris en 1908

 

 

 

"Pardon... mais j'étais là"

Ninon Vallin (Manon), André Balbon (le Comte) et Orchestre

Pathé X 2621, mat. 250.024, enr. vers 1929

 

 

MANON (à Brétigny)

Et maintenant, restez seul un instant…

Je veux faire ici quelque emplette…

 

BRÉTIGNY (galamment)

Avec vous disparaît tout l'éclat de la fête !

Ravissante Manon !

Avec vous disparaît tout l'éclat de la fête !

 

MANON

Une fadeur !... C'est du dernier galant !

On n'est pas grand seigneur sans être un peu poète !

(Manon s'éloigne et se dirige vers les petites boutiques du fond, escortée des curieux qui sortent peu à peu.)

 

PROMENEURS, MARCHANDES et MARCHANDS

Voici les élégantes !

Les belles indolentes,

Maîtresses des cœurs,

Aux regards vainqueurs !

(en s’éloignant)

Les élégantes…

Les élégantes…

 

UN MARCHAND (au loin)

Poudre, râpes à tabac !...

 

 

SCÈNE V

BRÉTIGNY, LE COMTE, MANON, au fond.

 

BRÉTIGNY

Je ne me trompe pas, le Comte Des Grieux ?

 

LE COMTE

Monsieur de Brétigny...

 

BRÉTIGNY

Moi-même ! C'est à peine

Si je puis en croire mes yeux,

Vous, à Paris ?...

 

LE COMTE

C'est mon fils qui m'amène...

 

BRÉTIGNY

Le Chevalier ?...

 

LE COMTE

Il n'est plus Chevalier,

C'est l'abbé Des Grieux qu'à présent il faut dire...

 

MANON (qui s'est rapprochée, tout en feignant de parler à un marchand.)

Des Grieux !...