Charles ROUSSELIÈRE

 

 

 

Charles ROUSSOULIÈRE dit Charles ROUSSELIÈRE

 

ténor français

(11.Saint-Nazaire-d'Aude, 17 janvier 1875 – 37.Joué-lès-Tours, 11 mai 1950)

 

Epouse à 75009.Paris le 16 novembre 1901 Jeanne Suzanne HUCHET, dite Jeanne ROUSSELIÈRE, cantatrice ;  parents de Jean ROUSSELIÈRE, chanteur d'opérette.

 

 

Après avoir fait ses études classiques dans sa ville natale, il vint à Paris et entra au Conservatoire national de musique, où il eut pour professeurs Vergnet (chant), Girardot (opéra) et Achard (opéra-comique). En 1899, il obtint un second accessit de chant et un second prix d'opéra. Il fut aussitôt engagé à l’Opéra et débuta dans Samson et Dalila avec un succès qui le plaça d’emblée au nombre des artistes en vue et qui, ensuite, ne s’est pas démenti.

Le 26 août 1900, il a participé à la création de Prométhée (Andros) de Gabriel Fauré aux Arènes de Béziers, et le 26 avril 1906, à celle du Clown (le Clown) d'Isaac de Camondo au Nouveau-Théâtre, à Paris. Cet excellent ténor s’est également produit brillamment aux Concerts Lamoureux à Paris.

Il a fait une carrière internationale qui le conduisit notamment à la Scala de Milan et au Metropolitan Opera de New York. A Monte-Carlo, il participa aux créations d'Amica (Giorgio) de Pietro Mascagni le 16 mars 1905 ; de l'Ancêtre (Tebaldo) de Camille Saint-Saëns le 24 février 1906 ; de Théodora (Andréas) de Xavier Leroux le 19 mars 1907 ; du Vieil Aigle (Tolaïk) de Raoul Gunsbourg le 13 février 1909 ; de Pénélope (Ulysse) de Gabriel Fauré le 04 mars 1913 ; de Béatrice (Lorenzo) d'André Messager le 21 mars 1914.

Il faut noter qu'avant d'entrer à l'Opéra, Rousselière se produisait principalement au café-concert. Il était à ce titre l’une des vedettes du Petit Ramponneau, établissement de Montmartre, tenu à cette époque par Théophile Pathé, frère de Charles Pathé, le directeur de la maison Pathé frères pour qui il enregistrait alors des cylindres.

En 1901, il habitait 51 rue Rennequin à Paris 17e ; en 1934, il habitait 84 rue de Longchamp à Paris 16e. Il est décédé dans la maison de retraite "la Résidence" à Joué-lès-Tours.

 

=> sa discographie

 

 

 

 

Sa carrière à l'Opéra de Paris

 

Il a débuté le 05 octobre 1900 dans Samson et Dalila (Samson).

 

Il a chanté la Walkyrie (Siegmund, 1901) ; Aïda (Radamès, 1901) ; Faust (Faust, 1901) ; les Barbares (Marcomir, 1901) ; Salammbô (Mathô, 1902) ; Paillasse (Canio, 1903) ; Roméo et Juliette (Roméo, 1903) ; Siegfried (Siegfried, 1904) ; le Trouvère (Manrique, 1904) ; le Freischütz (Max, 1905) ; l'Or du Rhin (Loge, 1912).

 

Il a participé à la première à l'Opéra le 26 juin 1909 du Vieil Aigle (Tolaïk) de Raoul Gunsbourg.

 

Il a créé le 27 janvier 1901 Daria (Boris) de Georges Marty ; 23 octobre 1901 les Barbares (le Veilleur) de Camille Saint-Saëns.

 

 

Sa carrière à l'Opéra-Comique

 

Il a débuté le 04 juin 1913 en créant Julien (Julien) de Gustave Charpentier.

 

Il a participé à la première à l'Opéra-Comique le 20 janvier 1919 de Pénélope (Ulysse) de Gabriel Fauré.

 

Il a créé également le 01 décembre 1913 Céleste (Jacques) d'Emile Trépard.

 

 

 

 

 

Charles Rousselière dans Céleste (Jacques) à l'Opéra-Comique, dessin de Paul Charles Delaroche, 1913

 

 

 

 

              

 

 

 

 

 

 

Duo "Une fièvre brûlante"

extrait de l'acte II de Richard Cœur de Lion de Grétry

Charles Rousselière (Richard), Alexis Boyer (Blondel) et Piano

Disque Pour Gramophone 34023, mat. 2350F, enr. à Paris en 1903

 

 

 

Cavatine "Salut, demeure chaste et pure"

extrait de l'acte III de Faust de Gounod

Charles Rousselière (Faust) et Orchestre

Pathé saphir 90 tours n° 4713, réédité sur 80 tours n° 39, enr. 1907

 

 

    

 

Aubade "Vainement, ma bien-aimée"

extrait de l'acte III du Roi d'Ys de Lalo

Charles Rousselière (Mylio) et Orchestre

Pathé saphir 4711, enr. 1907

 

 

 

"N'oublions pas les sacrifices"

extrait de la scène 1 de l'acte III des Barbares de Saint-Saëns

Charles Rousselière (le Veilleur) et Piano

 

 

 

Invocation à la Nature "Nature immense"

extrait de la Damnation de Faust de Berlioz

Charles Rousselière (Faust) et Orchestre

 

 

 

"Heure d'angoisse"

extrait de la Walkyrie de Wagner [version française]

Charles Rousselière et Orchestre

 

 

 

 

 

 

Encylopédie