Raoul LAPARRA

 

Raoul Laparra en 1931

 

 

Raoul Louis Félix Émile Mary LAPARRA dit Raoul LAPARRA

 

compositeur français

(17 bis rue Turenne, Bordeaux, Gironde, 13 mai 1876* – 10 quai Gallieni, Suresnes, Seine [auj. Hauts-de-Seine], 04 avril 1943*), enterré à Chézy-sur-Marne.

 

Fils de Joseph Edouard LAPARRA (1840 – ap. 1902), négociant, et de Marguerite MOLLO (1845 – ap. 1902).

Frère de William Julien Émile Édouard LAPARRA (Bordeaux, 25 novembre 1873* – Hecho, Aragon, Espagne, 05 septembre 1920), peintre [épouse 1. à Paris 8e le 27 décembre 1902* Franciszka Joanna Wanda LANDOWSKI (Paris, 12 août 1879 –), sœur du sculpteur Paul LANDOWSKI ; épouse 2. à Saint-Jean-de-Luz, Basses-Pyrénées, auj. Pyrénées-Atlantiques, le 14 septembre 1908 Fanny CÉLINE] ; et de Marcel William Édouard LAPARRA (Bordeaux, 30 septembre 1877* – Paris 14e, 19 décembre 1950*), violon solo des Concerts Colonne et de l'Orchestre national.

Epouse Marie SHANAFELT (– ap. 1943).

Père de Jules Pagès dit Giulio ou Julio Pagès LAPARRA (Los Angeles, Etats-Unis, 1914 – 1978), peintre.

 

 

Il entra très jeune au Conservatoire de Paris, où il travailla le piano avec Louis Diémer, l'harmonie avec Lavignac, et la composition avec Jules Massenet et Gédalge. Il y obtint en 1894 un second prix de piano, en 1897 un second prix d’harmonie. Elève de Gabriel Fauré, il remporta le grand prix de Rome en 1903 avec sa cantate Alyssa. Il fut toujours inspiré par l'Espagne où il fit de nombreux séjours. Il a surtout composé pour le théâtre, utilisant fréquemment dans ses œuvres, des thèmes basques et espagnols. On lui doit des œuvres fortes, colorées, émouvantes : Peau d’âne (1899) ; la Habanera (Opéra-Comique, 1908 ; Londres et Boston, 1910), qui a été jouée tant en France qu’à l’étranger avec un grand succès et qui le plaça d'emblée parmi les grands compositeurs lyriques ; Amphitryon, inspiré de Plaute et Molière, et modifié un peu à l'orientale ; la Jota (Opéra-Comique, 1911) ; le Joueur de viole (Opéra-Comique, 1925) ; l’Illustre Fregona (Opéra, 1931). Il a écrit également de nombreuses mélodies pour chant et piano, entre autres : Nuages, Voici le soir, Un Rêve, le Missel chantant (suite de mélodies sur de vieilles poésies françaises), un Quatuor à cordes, une suite d'orchestre : Danses basques, envoi de Rome exécuté à l'Institut (novembre 1907), plusieurs pièces pour piano seul, des œuvres symphoniques et une suite pour piano et orchestre : Un dimanche basque, d’une expression vigoureuse et sincère. Il a écrit lui-même les paroles de plusieurs de ses mélodies, et a été également son propre librettiste. Il a signé une étude, Musique et danse populaire en Espagne (1920), une autre sur Bizet et l'Espagne (1935). Il est mort pour la France à titre civil car il fut tué lors du bombardement du 4 avril 1943.

En 1942, il habitait avec sa femme au 13 rue de l’Abbaye à Paris 6e, où il était domicilié lors de son décès, survenu à soixante-six ans.

 

 

 

œuvres lyriques

 

Peau d’âne, opéra-comique (Bordeaux, 03 février 1899)

Alyssa, légende irlandaise, livret de Marguerite Coiffier et Eugène Adenis (Institut, 27 juin 1903 avec Mlle Marcelle Demougeot (Alyssa, la fée), MM. David Devriès (Braïzil, jeune chef irlandais), Félix Vieuille (le Barde, porte-glaive)) => partition

la Habanera, drame lyrique en 3 actes et un prologue, livret du compositeur (Opéra-Comique, 26 février 1908) => fiche technique

Amphitryon, comédie lyrique d'après la comédie de Molière, envoi de Rome (1905) (Conservatoire, 30 décembre 1908)

la Jota, conte lyrique en 2 actes, livret du compositeur (Opéra-Comique, 26 avril 1911) => fiche technique

le Joueur de Viole, conte lyrique en 4 actes, livret du compositeur (Opéra-Comique, 24 décembre 1925) => fiche technique

las Toreras, zarzuela en 1 acte suivie d'un ballet, d'après Tirso de Molina (Lille, 17 janvier 1929)

l’Illustre Frégona, zarzuela en 3 actes, livret du compositeur (Opéra, 16 février 1931) => fiche technique

 

mélodies

 

Amour de moi s’y est enclose (l’), poésie du XVe siècle => partition

Chanson de mon tout petit (la), poésie de Robert Dieudonné (1909) => partition

Comment se peut-il faire ainsi ?, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

Dieu, qu’il la fait bon regarder !, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

En regardant ces belles fleurs, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

En voyant sa dame au matin, poésie du XVe siècle => partition

Gardez le trait de la fenestre, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

Is sont trois cornemuseux, chanson, poésie populaire du Berry => partition

Jamais, poésie d’Alfred de Musset, musique tirée de la Fantaisie pour piano de Schubert (1907)

Lettre à une Espagnole, poésie du compositeur (1907) => partition

Lieds de notre amour, poésies du compositeur (1902) => partition

Matinale, poésie du compositeur (1909) => partition

Missel chantant (le), 48 mélodies sur des vieilles poésies françaises

Montrez-les-moi, ces pauvres yeux, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

Moulins moulant (les), poésie populaire du Languedoc => partition

Nuages

Petit mercier, petit panier !, chanson, poésie de Charles d’Orléans => partition

Quand je fus pris au pavillon, rondel, poésie de Charles d’Orléans => partition

Seize Mélodies sur des thèmes populaires d’Espagne => partition

Siège de Vire (le), poésie d’Olivier Basselin => partition

Un Rêve

Voici le soir

 

œuvres instrumentales

 

Danses basques, suite d'orchestre (Institut, novembre 1907)

Rythmes espagnols, pour piano (1913) => partition

Sonate n°1 pour violon (1911) => partition

Suite ancienne en marge de Don Quichotte (1921) => partition

Suite pour piano (1927)

Un dimanche basque, suite pour piano et orchestre

 

 

                             

 

Jamais

poésie d’Alfred de Musset, musique de Raoul Laparra tirée de la Fantaisie pour piano de Schubert

 

 

 

 

liste des mélodies du Missel chantant de Raoul Laparra

 

 

 

 

Une bombe a tué, dimanche, Raoul Laparra dans une clinique où il était en traitement, mettant ainsi brutalement en deuil la musique française.

Laparra était un des compositeurs qui ont marqué le plus vigoureusement notre théâtre lyrique contemporain. Né à Bordeaux le 13 mai 1876, de famille bordelaise, ayant deux frères : l'aîné William, peintre de talent puissant, mort prématurément ; le cadet, violoniste, qui fait actuellement partie de l'Orchestre national, Raoul Laparra, prix de Rome à vingt-sept ans, avait le tempérament, les aspirations, l'aspect d'un homme du Midi. Du sang maure devait bien certainement couler dans les veines de cet artiste ardent à l'expression directe, généreux, étranger par ailleurs aux cénacles et aux modes, et qui a consacré à la péninsule ibérique – si l'on excepte le Joueur de viole – la plus significative partie de son œuvre.

D'abord la Habanera, représentée en 1908 et dont l'Opéra-Comique vient de fêter la centième représentation : dernière joie du compositeur. Puis la Jota. Enfin une « zarzuela » pleine de couleur et de vie, pour laquelle l'Opéra inaugurait une ingénieuse scène tournante : l'Illustre Frégona.

Laparra était vraiment l'unique auteur de son œuvre. Il en écrivit les livrets, en prévoyait les décors, en esquissait les costumes, estimant qu'aucun de ces éléments n'avait d'importance moindre, concourant au même but, avec des moyens différents, mais se rejoignant, se complétant.

Il disparaît atrocement, injustement, trop tôt.

(le Petit Parisien, 08 avril 1943)

 

 

 

 

 

Son œuvre, malgré quelques brillantes pages symphoniques ou de musique de chambre, est principalement axée sur le théâtre. On lui doit quelques ouvrages de qualité, dont il écrivit également les livrets et dessina les costumes et les décors ; il a su y faire vivre une Espagne assurément moins authentique que celle de Falla, mais stylisée avec bonheur : la Habanera, créée à l'Opéra-Comique en 1808, la Jota (1911), le Joueur de viole (1925), l'Illustre Frégona (1929).

 

(André Hodeir, Larousse Mensuel Illustré, 1951)

 

 

 

 

 

Raoul Laparra en 1903

 

 

 

Encylopédie