Nadia BOULANGER

 

Nadia Boulanger, photo Harcourt

 

 

Juliette Nadia dite Nadia BOULANGER

 

professeur, compositrice, pianiste et chef d'orchestre français

(35 rue de Maubeuge, Paris 9e, 16 septembre 1887* – Paris 9e, 22 octobre 1979)

 

Fille d'Ernest BOULANGER, compositeur ; sœur aînée de Lili BOULANGER, compositrice.

 

 

Second grand prix de Rome (1908), elle est l’auteur d’une Rapsodie pour piano et orchestre, d’un cycle de mélodies en collaboration avec Raoul Pugno sur les vers de Verhaeren : les Heures claires (1909-1912) ; elle a terminé en 1913 la Ville morte, opéra inachevé de Raoul Pugno d’après un drame de D’Annunzio. Elle s’est surtout consacrée à l’enseignement. Professeur d’histoire de la musique, de composition, de direction d’orchestre et de chœur, d’abord à l’Ecole normale de musique de Paris (1920-1939), puis aux Etats-Unis, titulaire de la classe d’accompagnement au Conservatoire de Paris (1945-1957), elle professa au Conservatoire américain de Fontainebleau de 1921 à 1950, et dirigea cette institution de 1949 à sa mort. Elle a réintégré en 1957 l’Ecole normale de musique. Parmi ses élèves les plus doués, citons Jean Françaix et Igor Markevitch. Elle était maître de chapelle du prince de Monaco. Chef d’orchestre, chef de chœur, elle a ressuscité de nombreuses œuvres de Monteverdi, de Bach.

De 1904 à sa mort, elle a habité 36 rue Ballu à Paris 9e.

 

 

 

 

œuvres lyriques

 

la Ville morte, opéra, livret de Gabriele D'Annunzio, d'après son drame la Città morta (1898), musique de Raoul Pugno et Nadia Boulanger, terminé par Nadia Boulanger (1910-1913)

 

mélodies

 

les Heures claires, cycle, poèmes d'Emile Verhaeren, composé avec Raoul Pugno (1909)

 

 

 

 

 

Nadia Boulanger

 

 

 

le Comité de la S.M.I.C. [Société Internationale pour la Musique Contemporaine] chez Albert Roussel à Dieppe en 1936

(de g. à dr. Arthur Honegger, Nadia Boulanger, Arthur Hoérée, Albert Roussel, Henry Prunières, Darius Milhaud)

 

 

 

Encylopédie