Encylopédie     © l’Art Lyrique Français

ŒUVRES LYRIQUES FRANÇAISES

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

 

W

 

 

WALKYRIE (LA)

 

[Die Walküre]

Drame lyrique allemand en trois actes, constituant la première journée de l’Anneau du Nibelung (voir ce titre), poème et musique de Richard Wagner.

 

Personnages : Siegmund (ténor) ; Wotan (baryton ou basse chantante) ; Hunding (basse) ; Sieglinde (soprano) ; Brunnhilde (soprano) ; Fricka (mezzo-soprano) ; Helmwige (soprano) ; Gerhilde (soprano) ; Ortlinde (soprano) ; Waltraute (mezzo-soprano) ; Siegrune (mezzo-soprano) ; Schwerleite (contralto) ; Grimgerde (contralto) ; Rossweisse (contralto).

 

L’action se déroule à l’époque légendaire, dans la cabane de Hunding ; sur un promontoire rocheux ; au sommet d’une montagne rocheuse (le rocher de Brünnhilde).

 

Créé au Théâtre de la Cour, à Munich, le 26 juin 1870.

 

Première fois, dans le cadre de l’Anneau du Nibelung, le 14 août 1876, à Bayreuth.

 

Première fois en français, dans la version de Victor Wilder, le 09 mars 1887, au théâtre de la Monnaie, à Bruxelles.

 

 

MUNICH

Th. de la Cour

26.06.1870

BAYREUTH

Festival

14.08.1876

NEW YORK

Metropolitan

30.01.1885

BRUXELLES

Monnaie

09.03.1887

LONDRES

Covent Garden

29.06.1892

Brunnhilde

Sophie STEHLE

MATERNA

MATERNA

LITVINNE

ANDRIESSEN

Sieglinde

Therese VOGL

SCHEFZKY

SEIDL-KRAUS

MARTINI

BETTAQUE

Fricka

Anna KAUFFMANN

GRUN

BRANDT

BALENSI

SCHUMANN-HEINK

 

 

 

 

LEGAULT, THURINGER, WOLF et 5 élèves du Conservatoire : Mlles PAUER, HELLEN, VAN BESTEN, COOMANS, BAUDELET

 

 

 

 

 

 

 

Siegmund

Heinrich VOGL

NIEMANN

SCOTT

ENGEL

ALVARY

Hounding

Karl BAUSEWEIN

NIERING

KOGEL

BOURGEOIS

WIEGAND

Wotan

August KINDERMANN

BETZ

STAUDIGL

SEGUIN

REICHMANN

Chef d’orchestre

Franz WÜLLNER

RICHTER

L. DAMROSCH

J. DUPONT

G. MAHLER

 

Première à Paris, au Théâtre de l'Opéra (Palais Garnier) le 12 mai 1893, dans la version française de Victor Wilder. Mise en scène d'Alexandre Lapissida. Décors d'Auguste Rubé et Philippe Chaperon (1er acte), Marcel Jambon (2e acte), Eugène Carpezat (3e acte). Costumes de Charles Bianchini.

 

 

12.05.1893

1e

13.03.1899

100e

18.06.1902

 

10.12.1910

200e

05.01.1921

229e

Brunnhilde

Lucienne BRÉVAL

BREVAL

BREVAL

BREVAL

DEMOUGEOT

Sieglinde

Rose CARON

MARCY

CARRÈRE

BOURDON

LUBIN

Fricka

Blanche DESCHAMPS-JEHIN

FLAHAUT

HÉGLON-LEROUX

MATY

LAPEYRETTE

Guerhilde

CARRERE

MATHIEU

MATHIEU

CARO-LUCAS

LAVAL

Helmwige

Jane MARCY

DE NOCE

DE NOCE

LAUTE-BRUN

LAUTE-BRUN

Ortlinde

Lucy BERTHET

DARCEY

AGUSSOL

CAMPREDON

HARAMBOURE

Waltraute

AGUSSOL

AGUSSOL

GOULANCOURT

GOULANCOURT

LEROY

Siegrune

Louise JANSSEN

Andrée SAUVAGET

BEAUVAIS

DUBOIS-LAUGER

DUBOIS-LAUGER

Rossweisse

FAYOLLE

BEAUVAIS

SAUVAGET

LACOMBE-OLIVIER

DAGNELLY

Grimguerde

VINCENT

VINCENT

VINCENT

CHARNY

ARNE

Schwertleite

Meyriane HEGLON

DUPUY

DUPUY

LAPEYRETTE

ROYER

 

 

 

 

 

 

Siegmund

VAN DYCK

COURTOIS

ROUSSELIÈRE

FRANZ

FRANZ

Hounding

L. GRESSE

L. GRESSE

CHAMBON

LEQUIEN

A. GRESSE

Wotan

DELMAS

DELMAS

DELMAS

JOURNET

DELMAS

Chef d’orchestre

COLONNE

TAFFANEL

 

MESSAGER

CHEVILLARD

 

 

06.08.1925

300e

09.10.1929

 

29.08.1932

400e

23.04.1934

403e

13.09.1935

420e

08.07.1938

439e

11.03.1941

456e

Brunnhilde

BOURDON

Germaine LUBIN

CROS

M. LAWRENCE

M. LAWRENCE

M. LAWRENCE

ZWINGENBERG

Sieglinde

FERRER

FERRER

HOERNER

Marisa FERRER

HOERNER

Marisa FERRER

SCHEIBENHOFER

Fricka

CARO

LAPEYRETTE

TESSANDRA

MANCEAU

SCHENNEBERG

SCHENNEBERG

ZIEGLER

Guerhilde

MARILLIET

 

MASSON

Andrée MARILLIET

 

MAHE

SCHMITT

Helmwige

LAUTE-BRUN

Charlotte TIRARD

Milly MORÈRE

 

Milly MORÈRE

 

Milly MORÈRE

 

SCHIMPRE

Ortlinde

NESPOULOUS

 

HAMY

Germaine HAMY

 

HAMY

DIETRICH

Waltraute

ARNE

 

MAHIEU

Marcelle MAHIEU

 

LALANDE

SCHMUCK

Siegrune

REX

 

MANCEAU

MANCEAU

 

RICQUIER

LANDERICH

Rossweisse

FROZIER-MARROT

 

LUMIERE

BACHILLAT

 

SCHENNEBERG

SCHUBERT

Grimguerde

CARO

 

TESSANDRA

ALMONA

 

ALMONA

SCHREIBER

Schwertleite

MONTFORT

 

MONTFORT

MONTFORT

 

MONTFORT

ZIEGLER

 

 

 

 

 

 

 

 

Siegmund

FRANZ

 

FORTI

FRANZ

 

MAISON

FASSNACHT

Hounding

MAHIEUX

 

GROMMEN

ETCHEVERRY

 

MEDUS

HOLZLIN

Wotan

DELMAS

 

PERNET

CABANEL

 

PERNET

SCHWESKA

Chef d’orchestre

BÜSSER

GAUBERT

SZYFER

F. RÜHLMANN

F. RÜHLMANN

GAUBERT

ELMENDORFF

 

La reprise à l’Opéra de 1941 fut faite avec les artistes de l'Opéra de Manheim, dans une mise en scène de Friederich BRANDENBURG.

 

 

09.01.1948

461e

13.09.1950

500e

20.06.1956

516e

07.09.1958

527e et dernière

Brunnhilde

JUYOL

JUYOL

LUCAZEAU

VARNAY

Sieglinde

FERRER

VARENNE

CRESPIN

CRESPIN

Fricka

CHABAL

BOUVIER

GORR

SCHARLEY

Guerhilde

BONNI-PELLIEUX

BONNI-PELLIEUX

BONNI-PELLIEUX

BONNI-PELLIEUX

Helmwige

SEGALA

CAMART

ALLARD

ALLARD

Ortlinde

HAMY

MAS

DESMOUTIERS

DESMOUTIERS

Waltraute

CHAUVELOT

CHAUVELOT

DISNEY

G. SERRES

Siegrune

RICQUIER

RICQUIER

RICQUIER

RICQUIER

Rossweisse

SCHENNEBERG

COUVIDOUX

CHABAL

GAYRAUD

Grimguerde

CHABAL

Y. PONS

DARBANS

DARBANS

Schwertleite

DISNEY

DISNEY

LEROY-THIEBAULT

KAHN

 

 

 

 

 

Siegmund

FRONVAL

FRONVAL

FRONVAL

FRONVAL

Hounding

HUC-SANTANA

MEDUS

MEDUS

MEDUS

Wotan

ETCHEVERRY

FROUMENTY

VAILLANT

HUC-SANTANA

Chef d’orchestre

SEBASTIAN

SEBASTIAN

SEBASTIAN

CLUYTENS

 

La reprise à l’Opéra de 1948 fut mise en scène par Pierre CHEREAU, dans des décors projetés de Klausz ; celle de 1956 fut signée de Pierre FROUMENTY.

 

Le 20 mars 1961, le 1er acte fut représenté seul à l’Opéra avec Mme CRESPIN (Sieglinde), MM. Hans BEIRER (Siegmund), SERKOYAN (Hounding) sous la direction de Louis FOURESTIER.

 

Autres interprètes des principaux rôles à l'Opéra :

Brunnhilde : Mmes DUFRANE (1893), CHRETIEN-VAGUET (1893), BOURGEOIS (1894), CANNE (1896), PICARD (1898), MARCY (1901), GRANDJEAN (1905), BORGO (1906), FEART (1906), LITVINNE (1907), LE SENNE (1909), MERENTIE (1913), GOZATEGUY (1921), CLAESSENS (1921), BALGUERIE (1923), BEAUMONT (1924), POOLMAN-MEISSNER (1926), WILBRUNN (1928), LUBIN (1928), MAHIEU (1928), RETHBERC (1930), PANIS (1931), DAVID (1932), LEIDER (1932), LARSEN-TODSEN (1932), BUNLET (1935), GILLY, (1938), VERON-GRUNWALD (1939), HENDERICHS (1943), FLAGSTAD (1949), BRAUN (1950), MOEDL (1955).

Sieglinde : Mmes BOSMAN (1893), MARTINI (1893), CARRERE (1894), KUTSCHERRA (1896), COURTY (1901), HATTO (1904), PAQUOT d'ASSY (1907), MERENTIE (1907), CARLYLE (1909), HENRIQUEZ (1910), DAUMAS (1911), ISNARDON (1923), FORCADE (1923), CARO (1923), BONAVIA (1924), DE MEO (1927), Lotte LEHMANN (1928), OLZEWSKA (1930), DJANEL (1938), MAC ARDEN (1933), KONETZNI (1943), YOSIF (1948), DOREE (1949), RYSANEK (1955).

Fricka : Mmes Renée RICHARD (1893), DOMENECH (1893), HEGLON (1893), DUFRANE (1894), FLAHAUT (1899), MARGYL (1906), DURIF (1907), LAUTE-BRUN (1908), CHARBONNEL (1909), ARBELL (1909), DUBOIS-LAUGER (1910), COURSO (1921), Mad. CARON (1923), FROZIER-MARROT (1926), ANDAY (1928), LANDRAL (1930), RANZOW (1932), KALTER (1933), POPOVA (1933), MANCEAU (1934), BACHILLAT (1934), CAVELTI (1949), KLOZE (1950), POWERS (1951), MALANIUK (1955).

Siegmund : MM. SALEZA (1893), DUPEYRON (1893), ALVAREZ (1893), DUFFAUT (1896), LAFARGE (1896), DUMAUROIS (1899), ROUSSELIERE (1901), DUBOIS (1906), GODARD (1909), SWOLFS (1910), VERDIER (1913), DARMEL (1921), GOFFIN (1922), E. AUDOIN (1923), PERRET (1924), VERDIERE (1927), GRAARUD (1928), MELCHIOR (1930), FANIARD (1930), DE TREVI (1933), SATTLER (1943), LORENZ (1949), SUTHAUS (1955), TREPTOW (1955).

Hounding : MM. CHAMBON (1893), DUBULLE (1893), PATY (1896), NIVETTE (1905), D'ASSY (1907), JOURNET (1909), VALLIER (1910), MARVINI (1912), A. HUBERTY (1921), H. LEGROS (1921), NARÇON (1928), MARKHOFF (1928), KIPNIS (1930), ETCHEVERRY (1933), WEBER (1949), GREINDL (1955), ERNSTER (1955), PACTAT (1956).

Wotan : MM. FOURNETS (1893), BARTET (1896), WHITEHILL (1909), A. GRESSE (1921), BALDOUS (1922), ARNAL (1923), CARBELLY (1923), A. HUBERTY (1925), PEYRE (1927), SCHIPPER (1928), SCHORR (1930), J. CLAVERIE (1933), CABANEL (1934), BERNASCONI (1938), KOCH (1943), SCHOEFFLER (1949), FRANTZ (1950), BECKMANS (1951), S. BJOERLING (1955), HOTTER (1955), SAVIGNOL (1956), PEASE (1957).

 

527 représentations à l’Opéra au 31.12.1961.

  

« Opéra représenté au théâtre de Munich le 26 juin 1870. La Walkyrie est la première partie de la trilogie des Nibelungen. Malgré les fulgurantes annonces qui ont précédé la représentation, l'accueil a été froid ; de sourds murmures d'improbation se sont même fait entendre là où le maître a son piédestal, ou plutôt un trépied royal. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

« Il n'est pas très facile de faire une analyse de ce poème étrange de la Walkyrie ; aussi vais-je l'emprunter, entrés grande partie, à un compte rendu que M. Charles Tardieu, un wagnérien de la première heure, a fait naguère de cet ouvrage. Qu'est-ce que cette fin éternelle dont les dieux sont menacés, ainsi qu'Erda l'a donné à entendre à Wotan à la fin du Rheingold ? Tout en le sachant, Erda n'a pas voulu le dire, et Wotan, inquiet, a perdu sa sérénité. D'ailleurs mécontent de lui, il a touché l'anneau maudit par Alberich, il l'a volé, introduisant ainsi dans le monde le parjure, la violence et même le meurtre, dont Fafner a donné le signal en assassinant son frère Fasolt pour demeurer seul maître du trésor du Nibelung. Si la fin du règne des dieux doit être le châtiment de ces crimes, n'est-il aucun moyen de l'ajourner, de la reculer autant que possible ? Il descend donc dans les profondeurs de la terre pour consulter la sage et savante Erda... et cette consultation donne naissance aux neuf Walkyries, dont Brunehilde est l’aînée. Filles des désirs de Wotan, les neuf sœurs personnifient ses volontés, et le dieu compte sur elles pour écarter la réalisation des prophéties d'Erda, l'écroulement de sa souveraineté. Elles ont mission de stimuler l'héroïsme parmi les hommes, de les relever sur les champs de bataille pour les emporter à travers les nuages sur leurs chevaux ailés, et de les amener dans les vastes salles du Walhalla, où Wotan les réveille et les rassemble pour l'aider à combattre, le moment venu, les ennemis de la suprématie divine. Ce n'est pas tout. Wotan, qui sous plus d'un rapport ressemble au lubrique Jupiter, a fait, sous le nom de Velse ou Wolfe (loup) une excursion sur la terre, où il a eu, d'une femme que l'auteur ne nous fait pas connaître, deux enfants, Siegmund et Sieglinde. Cette dernière, réduite en esclavage, a été achetée par le guerrier Hunding, qui en a fait sa femme. Quant à Siegmund, élevé par son père au fond des bois, il se trouve seul un jour, Wotan ayant disparu sans laisser de trace, après lui avoir annoncé qu'au moment de sa plus profonde détresse, il trouverait une épée qui lui donnerait la victoire. Tels sont les événements qui nous sont révélés par Siegmund et par Wotan au premier et au second acte de la Walkyrie et qui remplissent l'intervalle qui sépare le Rheingold de cet ouvrage.

Au premier acte, nous sommes dans la demeure sauvage de Hunding, dont un frêne immense aux puissants rameaux soutient la toiture de bois. Le soir approche, l'habitation semble déserte, lorsque Siegmund, meurtri, brisé, y pénètre brusquement pour échapper à la poursuite d'une tribu qu'il vient d'outrager en voulant protéger une jeune fille que sa famille prétendait contraindre à une union détestée. Hunding appartient à cette famille, ce que Siegmund ignore. Celui-ci, épuisé, se jette et s'étend sur une peau de bête, lorsque entre Sieglinde. Siegmund ignore qu'elle est sa sœur, qu'il n'a pas revue depuis longues années et qu'il croit morte. Elle le console, le réconforte, et déjà une tendresse innommée germe dans le cœur de ces deux êtres, que les liens du sang unissent à leur insu. Bientôt Hunding paraît, et, trouvant Siegmund, lui offre l'hospitalité. Mais il ne tarde pas à apprendre, par le récit même de celui-ci, qu'il est son ennemi, et, tout en le laissant sous son toit, il le provoque pour le lendemain en combat mortel. Resté seul, Siegmund est bientôt rejoint par Sieglinde, qui a versé un narcotique à Hunding pour l'endormir, à Hunding, qui lui fait horreur et qu'elle voudrait fuir. Elle montre au proscrit désarmé une épée qu'un vieillard enfonça dans le frêne qui soutient la cabane, le jour de son union avec Hunding. Ce vieillard, dont nul ne sait le nom, c'est Wotan, et l'épée est celle qui donnera la victoire à qui saura l'arracher du frêne. Siegmund se rappelle alors la promesse de son père ; il saisit l'épée et s'en empare : elle sera tout à la fois le gage de sa victoire et de la délivrance de Sieglinde, car le frère et la sœur, amoureux l'un de l'autre, vont s'enfuir et commettre un inceste. Wagner n'y regarde pas de si près : « Tu seras pour ton frère, dit Siegmund, la fiancée et la sœur à la fois ; et maintenant, fleurisse le sang des enfants de Velse ! » Et ils s'éloignent de la demeure maudite !

Nous voici au second acte, dans un site sauvage, traversé au fond par un gigantesque pont de roches. Quelle est cette jeune femme cuirassée, coiffée d'un casque ailé d'où s'échappent ses cheveux, et vêtue d'une robe blanche que recouvre un manteau couleur de sang ? C'est Brunehilde, l'aînée des Walkyries, la fille chérie de Wotan, qui accourt à l'appel de son père en jetant au ciel des exclamations étranges : Hojotoho ! Heiaha! Hahei! Heiaho ! Wotan lui ordonne de se préparer à porter la victoire à Siegmund, que poursuit Hunding. Wotan prend donc parti pour son fils Siegmund, une des espérances de son armée de héros du Walhalla, contre Hunding, l'époux outragé. Mais arrive Fricka, qui ne l'entend pas ainsi, Fricka, l'épouse de Wotan, la Junon Scandinave. Dans une scène interminable, et de nature à décourager les auditeurs les plus intrépides, Fricka fait à Wotan tout un cours de morale, en lui reprochant de vouloir favoriser l'inceste et l'adultère. Wotan se défend mollement mais longuement, et se rend — enfin ! — aux raisons de Fricka. Vient alors une nouvelle scène entre Wotan et Brunehilde, aussi longue, hélas ! dans laquelle le père commande à sa fille tout le contraire de ce qu'il lui avait ordonné d'abord : tout à l'heure la victoire de Siegmund, maintenant sa mort. Elle n'y comprend rien, mais, désolée, elle promet pourtant d'obéir. Mais Wotan parti, Siegmund et Sieglinde paraissent, et la Walkyrie s'attendrit. Elle offre à Siegmund le séjour du Walhalla, où ses sœurs lui verseront les boissons les plus délicieuses, mais Sieglinde ne l'y suivra pas. Il refuse, et, plutôt que d'abandonner Sieglinde, il la tuera pour mourir après elle. Alors Brunehilde n'y tient plus ; pour la première fois, elle a l'intuition de l'amour : en dépit des ordres de Wotan, dont la volonté révolte sa raison, elle promet à Siegmund de lui donner la victoire. Et voici qu'au loin, sur le sommet de la roche, derrière une nue transparente, on voit paraître Hunding, qui appelle Siegmund au combat. Celui-ci s'élance et le rejoint. Les deux hommes sont aux prises. Siegmund, protégé par Brunehilde, va percer Hunding de son épée, lorsque la lance de Wotan s'abat sur elle et la brise en deux morceaux. Et, tandis que Brunehilde les ramasse et s'enfuit à cheval avec Sieglinde, Siegmund est tué par Hunding, qui lui-même est foudroyé par Wotan, furieux d'avoir été obligé de lui donner raison, mais décidé pourtant à punir Brunehilde d'avoir essayé de lui donner tort !

Il ne faut pas moins que les splendeurs du troisième acte pour faire oublier les longueurs cruelles et meurtrières du second. Ce troisième acte, qui nous transporte sur « le rocher du Brünhildenstein », s'ouvre par un tableau superbe, une scène d'une grandeur épique et sublime en son genre, la chevauchée des Walkyries. Elles arrivent l'une après l'autre, fendant l'espace sur leurs chevaux ailés, bondissant à travers les nuages, déchirant l'air de leurs cris stridents, dominant la tempête elle-même, et, tandis qu'on les voit passer comme l'éclair, le galop fantastique et les hennissements sauvages de leurs coursiers ont leur écho dans les sonorités haletantes et tourmentées d'un orchestre déchaîné. Cela est superbe, et l'on sait si cette scène est célèbre depuis le premier jour où elle s'est imposée à l'admiration du public... Mais Brunehilde manque au rendez-vous des Walkyries. La voici pourtant avec Sieglinde, à qui elle ordonne de vivre pour donner naissance au fils de Siegmund, le futur Siegfried, qu'elle porte dans ses flancs. Elle la met en sûreté, puis bientôt, soumise et repentante, se présente devant Wotan, qui arrive plein de courroux. Son père l'accable de reproches et prononce sa condamnation. Elle n'est plus la Walkyrie, le Walhalla est fermé pour elle. « Tu m'as désobéi, lui dit-il, tu t'es levée contre moi ! Tu descendras au rang d'une simple mortelle. Abandonnée sur la terre, condamnée aux durs labeurs de la vie, c'est à un homme que tu appartiendras ! » A cette malédiction, les Walkyries, ses sœurs, poussent un cri d'horreur et disparaissent. Restée seule avec son père, Brunehilde implore vainement son pardon. Wotan, quoique ému, reste inébranlable. « Enfin, lui dit-elle, tu sais quel sang coule en mes veines. Fille d'un dieu, puis-je, sans honte pour celui à qui je dois le jour, tomber entre les mains du premier venu ? Fais du moins que celui qui m'éveillera sur ce rocher ne soit pas un lâche. » « Soit ! répond Wotan. Je vais t'entourer d'un feu de fiançailles comme mortelle n'en connut jamais. Que ce rocher, environné de flammes, se dresse terrible, mur effroyable, et que tout lâche recule devant, épouvanté ! Seul, mortel plus puissant qu'un dieu, un héros pourra te réveiller. » Wotan étend alors sa fille au pied d'un arbre, la couvre de son bouclier, la baise au front, et, tandis que la Walkyrie s'endort, il évoque Loge, le dieu du Feu. Celui-ci allume autour du rocher une flamme immense, un brasier gigantesque, qui dévorera l'insolent, fera reculer le lâche et ne se laissera traverser que par le héros véritable, le guerrier hardi, sans peur et méprisant le danger, digne époux d'une vierge sans tache. Toute cette scène du demi-pardon et de l'incantation du feu forme l'un des tableaux scéniques et lyriques les plus admirables que l'on puisse imaginer.

Musicalement, la Walkyrie constitue une œuvre profondément inégale, dans laquelle Wagner n'a pas su éviter les longueurs cruelles, les hors-d'œuvre inutiles auxquels il condamne trop volontiers ses auditeurs. Mais il faut ajouter qu'en certaines parties il semble avoir reculé ici les bornes de la beauté connue. Si le récit de Siegmund et le « lied du printemps » au premier acte, ainsi que le combat des deux hommes au second, sont des pages extrêmement remarquables, que dire du troisième, qui, à part quelques longueurs encore dans le duo de Wotan et de sa fille, est un chef-d'œuvre incomparable ? Il n'y a pas de mots pour exprimer l'admiration qu'excite un tel tableau : la chevauchée des Walkyries, les plaintes de Brunehilde dans la scène avec son père, les tendres paroles par lesquelles lui répond celui-ci tout en maintenant le châtiment qu'il lui inflige, l'épisode de l'incantation, tout cela est d'une beauté resplendissante, en quelque sorte surhumaine, qui produit une émotion indescriptible et que rien ne saurait dépasser.

A Munich, en 1870, la Walkyrie fut représentée isolément. Ce n'est qu'à Bayreuth, en 1876, qu'elle prit son rang dans la représentation générale de l'Anneau du Nibelung. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément d’Arthur Pougin, 1903]

 

 

WALLACE ou LE MÉNESTREL ÉCOSSAIS

 

Opéra héroïque en trois actes, livret de Jean-Victor Fontanès dit de Saint-Marcellin, musique de Charles-Simon Catel.

 

Création à l'Opéra-Comique (salle Feydeau) le 24 mars 1817.

 

Reprise à l’Opéra-Comique (2e salle Favart) le 04 décembre 1844, avec un nouveau livret d’Henri de Saint-Georges et une musique révisée par Victor Rifaut, Alexis Gauthier de Garaudé, Ernest Boulanger et Narcisse Girard.

 

« La pièce est un mélodrame de la couleur la plus sombre et dénuée d'action. Elle a été refaite par M. de Saint-Georges qui, tout en conservant le caractère général de l'ouvrage, a su y introduire quelques scènes intéressantes ; elle fut représentée sous cette forme le 4 décembre 1844. La partition de Wallace est considérée comme la meilleure de Catel. Le sentiment dramatique y a de la puissance ; la mélodie est franche ; le style, qui est un peu froid, est toujours pur, élégant. Quant à l'harmonie, on peut dire qu'elle offre les formes les plus parfaites qu'on puisse imaginer. Les chants écossais sont d'une grande fraîcheur. L'orchestration se fait remarquer par un heureux emploi des instruments à. vent. Le musicien Rifaut avait déjà retouché la partition du maître. Après lui, Ernest Boulanger fut chargé de la remanier encore pour la reprise de cet ouvrage, qui eut lieu en 1844. Il ajouta même des couplets, chantés par Mme Darcier, un air pour Hermann-Léon et un duo pour Mocker et Mme Darcier. Parmi les morceaux les plus remarquables de cet opéra, nous signalerons le magnifique duo en si mineur du dernier acte, entre Robert Bruce et Wallace : La voix de la patrie, et la romance de Wallace, qui est un chef-d'œuvre de sensibilité, de mélancolie et qui respire le plus tendre sentiment d'amour conjugal. Chollet a chanté avec succès cette belle romance dramatique. »

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

WENZEL ou LE MAGISTRAT DU PEUPLE

 

Drame lyrique en trois actes, livret de Fabien Pillet, musique de Ladurner, représenté au Théâtre-National (Montansier) en 1794. C'est une pièce patriotique dont l'action se passe dans une petite ville sur les frontières de l'Allemagne. Un jeune officier français en est le héros ; on arbore au dénouement le drapeau tricolore. Cet opéra eut un succès de circonstance. Ladurner fut le professeur de piano de M. Auber et de l'excellent organiste Boëly. Cette circonstance, plus que ses productions, assure à son nom une place dans l'histoire de la musique.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

WERTHER

 

Drame lyrique en quatre actes, livret d'Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, musique de Jules Massenet. Création à Vienne le 16 février 1892. Première à l'Opéra-Comique le 16 janvier 1893. => fiche technique

 

 

WERTHER ET CHARLOTTE

 

Comédie en un acte, en prose, mêlée d'ariettes, livret de Jean-Elie Dejaure, musique de Rodolphe Kreutzer. Création à l’Opéra-Comique (1re salle Favart) le 01 février 1792. Le roman de Goethe n'offre pas assez d'action pour être mis sur une scène lyrique ; la description analytique des mouvements de la passion ne saurait convenir au compositeur dramatique. La musique de Kreutzer fut néanmoins appréciée ; on remarqua particulièrement l'invocation à la nature, chantée sur des paroles imitées d'Ossian.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, 1869]

 

 

WILFRIDE

 

Opéra-comique, livret de M. ***, Marseillais, musique de M. Ginouvès, musicien également marseillais ; représenté au Grand-Théâtre de Marseille en avril 1869. Le sujet a été emprunté à la littérature allemande. La partition a obtenu un succès local très marqué. Chanté par Ismaël, Falchieri et Mme Geraizer.

[Félix Clément, Dictionnaire des opéras, supplément, 1872]

 

 

WILLIAM RATCLIFF

 

Drame musical en trois actes et quatre tableaux, livret de Louis de Gramont, musique de Xavier Leroux, représentée à Nice le 22 janvier 1906.

 

 

WINKELRIED

 

Grand opéra héroïque en quatre actes, livret de Moreau-Sainti fils et Lionel Bonnemère, musique de Louis Lacombe. Création au Grand-Théâtre de Genève le 17 février 1892. => fiche technique

 

 

WOZZECK

 

Opéra allemand en trois actes, livret et musique d'Alban Berg, d'après Woyzeck, pièce de Georg Büchner, représenté au Staatsoper de Berlin le 14 décembre 1925. Première en France au Théâtre des Champs-Elysées le 02 mai 1952. Première à l'Opéra de Paris (Palais Garnier) le 29 novembre 1963 dans la version originale, avec H. Horn et H. Pilarczyck, sous la direction de Pierre Boulez. Reprise le 21 janvier 1966 avec E. Wien et W. Berry.

 

 

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Encylopédie     © l’Art Lyrique Français