CHANTEURS DE L’OPERA-COMIQUE

 

Encylopédie

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

 

 (La plupart des chanteurs affichés en solistes avant 1900 y figurent ; cependant, en 1762, la troupe de l'Opéra-Comique de la Foire ayant fusionné avec celle de la Comédie-Italienne, il est malaisé pour cette période d'en extraire les seuls chanteurs. En revanche, tous ceux ayant été affichés de 1900 à 1972 y sont mentionnés.)

 

 

ABDOUN Georges. — Basse. Chante entre 1954 et 1972.

 

ABEL. — Débute le 31 juillet 1821 dans le Tableau parlant (Cassandre).

 

ABRAMOFF (petit). — Crée Gianni Schicchi (Ghérardino) le 06 novembre 1922, interprète la Habanéra (un petit garçon).

 

ACHARD Charles. — Ténor. Débute en juillet 1865. => biographie

 

ACHARD Léon. — Ténor. Débute le 04 octobre 1862. => biographie

 

ALBERS Henri. — Baryton (Amsterdam, 01 février 1866 – Paris, 12 septembre 1925). Débute le 26 octobre 1899 dans les Pêcheurs de perles (Zurga). Est affiché dans l’Attaque du moulin (Merlier), Carmen (Escamillo), le Chemineau (Chemineau), Fidelio (Pizzaro), la Habanera (Ramon), Iphigénie en Tauride (Oreste), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), le Pardon de Ploërmel (Hoel), Pelléas et Mélisande (Golaud), Polyphème (Polyphème), le Rêve (Hautecœur), le Roi d'Ys (Karnac), la Tosca (Scarpia), le Vaisseau fantôme (le Hollandais), Werther (Albert). Est le créateur, salle Favart, de l'Ancêtre (Raphaël), les Cadeaux de Noël (Père Jean), Gismonda (Zaccaria) ; le 24 décembre 1925 le Joueur de Viole (le Roy) de Raoul Laparra ; Lorenzaccio (Cardinal Cibo), Macbeth (Macbeth), Nausicaa (Ulysse), Paillasse (Tonio), la Plus forte (Pierre), Sur le Front (la Française), Tristan et Isolde (Kurwenal). A participé le 19 mai 1911 à la première de Thérèse (André Thorel) de Jules Massenet.

(Débute en 1891 à Anvers, chante au Havre, à Bordeaux, à Monte-Carlo, à Londres, et part en 1898 avec Nellie Melba, Emma Calvé et les frères de Reszké pour une tournée à New York, San Francisco et La Nouvelle-Orléans. En 1899 il débute à l'Opéra-Comique, puis devient en 1901 pensionnaire de la Monnaie de Bruxelles et en 1908 de l'Opéra de Paris. Poursuivant une carrière internationale, il reste cependant fidèle à la salle Favart où il est encore affiché trois mois avant sa mort. C'était un artiste de grande classe, saisissant et humain dans des rôles comme Golaud, le Chemineau, Scarpia ou Merlier de l'Attaque du moulin.)

 

 

 

Henri Albers vers 1907

 

 

ALBINI. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1929. Est affiché dans la Bohème (Parpignol).

 

ALCAIDE Tomás (Tomás de AQUINO CARMELO ALCAIDE dit). — Ténor portugais (Estremoz, 16 février 1901 Lisbonne, 09 novembre 1967). Débute le 19 avril 1936 dans la Bohème (Rodolphe). Chante la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

ALEXIS. — Débute vers 1822.

 

ALLAIRE. — Basse-taille. Débute vers 1818. Crée le 22 décembre 1824 les Deux Mousquetaires (un Notaire) d'Henri Montan Berton ; le 09 juillet 1827 les Petits appartements (un Capitaine des gardes) d'Henri Montan Berton.

 

ALLAN. — Débute le 07 avril 1826 dans Ma tante Aurore (Valsain).

 

ALLARD Louis Ernest André dit André. — Baryton (75009.Paris, 10 mars 1874* – Paris, 1938). Epouse à 75009.Paris le 12 février 1901 (divorce le 18 novembre 1920) Rose Douroux. Débute dans Manon (Lescaut) le 10 août 1900. A créé Aphrodite (Timon), la Carmélite (le Comte), la Coupe enchantée (Josselin), la Fiancée vendue (Ketzal), la Fille de Roland (Duc de Nayme), la Fille de Tabarin (d'Availlé), Forfaiture (Jones), Intermezzo, Léone (Négroni), Madame Dugazon (Dugazon), les Noces Corinthiennes (Hermas), le Poirier de Misère (le Chantre), les Quatre Journées (Frantz), la Reine Fiammette (Sforza), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Frère Ange), Sœur de Jocrisse (Duval), Solange (de Beaucigny) ; le 20 janvier 1903 Titania (Obéron) de Georges Hüe ; la Troupe Jolicœur (Paul). A été d'autre part affiché dans Alceste (Hercule), la Basoche (l'Ecuyer du Roi, le Duc de Longueville), le Barbier de Séville (Figaro, Bartholo), les Bavards (Sarmiento), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Cendrillon (Pandolfe) de Massenet, le Clown (Barbazan), les Contes d’Hoffmann (Crespel), Roi Candaule (Candaule), Don Quichotte (Sancho), les Dragons de Villars (Bellamy), la Fille de Madame Angot (Larivaudière), Fortunio (Clavaroche, Maître André), Gianni Schicchi (Gianni Schicchi), Grisélidis (le Diable), Iphigénie (Thoas), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), l'Irato (Pandolphe), Lakmé (Frédéric, Nilakantha), Louise (Chansonnier, Peintre), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (le Comte), Mireille (Ourrias), Madame Butterfly (Scharpless), la Navarraise (Bustamente), Résurrection (Simonson), les Noces de Jeannette (Jean), Paillasse (Tonio), Philémon et Baucis (Vulcain), Phryné (Arogagine, Dicéphile), les Rendez-vous bourgeois (Cesar), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Roi d'Ys (Karnac), la Bohème (Schaunard), la Vivandière (la Balafre), Werther (Albert), la Marseillaise (Dietrich), les Cadeaux de Noël (Père Jean). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (le Prieur) de Jules Massenet ; le 23 mai 1905 à celle de Chérubin (le Comte) de Massenet ; le 07 février 1925 de Véronique (Coquenard) d'André Messager. Il a débuté à l’Opéra de Paris le 16 mai 1912. Il n'a pas de lien de parenté avec le chanteur d'opérette Robert Allard (75007.Paris, 31 mai 1893* – 83.Toulon, 19 août 1989).

 

 

 

André Allard en 1907

 

 

ALLER. — Crée le 13 septembre 1813 Valentin (un Ecuyer) d'Henri Montan Berton.

 

ALTÉRY Mario (Philippe Mario ALTARE dit). — Ténor (06.Nice, 12 septembre 1892 – 83.Hyères, 14 mars 1974). Débute le 30 mai 1935 dans Lakmé (Gérald). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (Don José), Cavalleria rusticana (Torrido), la Habanera (Pedro), Louise (le Noctambule), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhem Meister), Mireille (Vincent), Paillasse (Canio), les Pêcheurs de perles (Nadir), Philémon et Baucis (Philémon), le Rêve (Félicien), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Julien (Julien) et Werther (Werther). Il a débuté à l’Opéra de Paris en 1940.

 

ALVAREZ Albert. — Ténor. Débute le 02 octobre 1902. => biographie

 

ALVÈS Georges. — Baryton (Paris, 19 juillet 1907 –). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

AMADE Raymond. — Ténor (Tunis, 15 mai 1915 – Paris, 15 juin 1969). Débute le 17 février 1946 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Crée Guignol (Léandre), Ciboulette (Antonin) et le Oui des Jeunes Filles (Don Carlos). Est affiché dans Cosi fan tutte (Fernand), Falstaff (Fenton), Fortunio (d'Azincourt, Fortunio), l'Heure espagnole (Gonzalve), Isoline (Isolin), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Roi malgré lui (d'Elbœuf), la Traviata (le Vicomte).

 

ANDAL Pierre. — Baryton. Débute dans Madame Butterfly (Commissaire impérial) le 03 décembre 1910. A créé l'Ancêtre (Léandry), le Carillonneur (le Héraut), la Danseuse de Pompéi (Livius) ; le 26 avril 1911 la Jota (Rancapinos) de Raoul Laparra ; Julien (un Rapin), Noël (un Ouvrier), la Sorcière (Oliviera). A été affiché dans Carmen (Moralès, le Remendado), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Fortunio (Landry), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Joseph (Dan), Louise (Peintre), le Maître de Chapelle (Barnabé), Manon (Brétigny), les Noces de Jeannette (Jean), Richard Cœur de Lion (Mathurin), le Roi d'Ys (Jahel), la Traviata (le Baron). A participé le 19 mai 1911 à la première de Thérèse (un Officier municipal) de Jules Massenet.

 

ANDRÉ (petit). — Joue Louise (l'Apprenti) et crée les Quatre Journées (petite Marie) le 25 décembre 1916.

 

ANDREOZZI Robert. — Ténor (83.La Seyne-sur-Mer, 17 août 1932 –). Débute le 27 novembre 1960 dans Paillasse (Arlequin). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

ANDRIEU Edouard. — (33.Bordeaux, 29 septembre 1801 –). Débute le 20 mars 1824 dans Zémire et Azor (le Prisonnier).

 

ANDRIEUX. — Crée le 15 avril 1799 Montano et Stéphanie (Altamont) d'Henri Montan Berton ; le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Florval) d'Henri Montan Berton.

 

ANGEL Charles. — Ténor. Débute le 02 juillet 1921 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Manon (Des Grieux), Lakmé (Gérald), Werther (Werther) et la Bohème (Rodolphe).

 

ANGOT Jean. — Baryton. Chante entre 1954 et 1972.

 

ANSSEAU Fernand. — Ténor belge (Boussu-Bois, près de Mons, 06 mars 1890 – Bruxelles, 01 mai 1972). Débute en octobre 1920 dans Werther (Werther). Chante Carmen (don José), Manon (Des Grieux), la Tosca (Mario), Julien (Julien) et Orphée (Orphée).

 

ANTHELME. — Débute le 28 mai 1874 dans Mignon (Wilhelm).

 

ANZANI Jean. — Ténor (1902 ). Débute le 22 juin 1930 dans la Tosca (Mario). Chante Werther (Werther).

 

AQUISTAPACE Jean. — Basse (06.Nice, 1888 – 06.Nice, octobre 1952). Débute le 02 octobre 1913 dans la Tosca (Scarpia). Chante Mireille (Ramon).

 

ARBEAU André. — Débute le 09 juillet 1925 dans Werther (Albert). Chante Carmen (Escamillo), Lakmé (Nilakantha), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio), le Roi d’Ys (Karnac). Par ailleurs, il avait créé au Trianon-Lyrique le 21 février 1924 la Belle de Haguenau (le Notaire) de Maurice Fouret.

 

ARJAC d'. — Débute dans la Tosca (Spoletta) le 26 octobre 1925. Crée la Femme et le Pantin (un Spectateur), Sarati le Terrible (Marchande de grenades, un Assistant), la Tisseuse d'Orties (le Guetteur). Est affiché dans Angelo (3e invité, l'Intendant, 2e Buveur), Béatrice (un Matelot), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), le Joueur de Viole (un Galant ; 1er Marchand), Lorenzaccio (Pierre Strozzi), Mignon (Laerte), les Noces de Figaro (Bazile), Pénélope (Léodès), Werther (Schmidt), Carmen (Remendado), l’Enfant et Sortilèges (la Théière), Paillasse (Beppe).

 

ARKOR André d' (Arsène VAN HAM dit). — Ténor belge (Tilleur, près de Liège, 23 février 1901 – Bruxelles, 19 décembre 1971). Débute dans Manon (Des Grieux) le 05 janvier 1931.

 

ARMON Luc. — Ténor. Débute dans Mignon (Wilhelm Meister) le 04 juin 1944. Chante le Barbier de Séville (Almaviva).

 

ARNOLD. — Ténor. Débute le 25 mai 1947 dans Carmen (don José).

 

ARNOULT Louis Charles dit Louis. — Ténor (Paris, 28 mars 1901 ). Débute dans Louise (Noctambule) le 12 décembre 1928. A créé salle Favart : A quoi rêvent les jeunes filles (Sylvio), la Chambre Bleue (Léon), Cyrano de Bergerac (Christian), l’École des maris (Valère), Esther de Carpentras (Vaucluse), la Femme et le Pantin (un Spectateur), Frasquita (Armand), Marie l'Égyptienne (le Matelot, le Lépreux). A été affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), le Bon roi Dagobert (Dagobert), Djamileh (Haroun), l’Enlèvement au sérail (Belmont), Gargantua (Gargantua), Grisélidis (Alain), la Habanera (Pedro), l'Heure espagnole (Gonzalve), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), Lakmé (Gérald), la Lépreuse (Ervoanik), Manon (Des Grieux), Madame Butterfly (Pinkerton), le Médecin malgré lui (Léandre), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), les Pêcheurs de perles (Nadir), Phryné (Nicias), le Pré aux Clercs (Mergy), la Princesse Jaune (Kornélis), la Reine Fiammette (Danièlo), le Rêve (Félicien), le Roi malgré lui (de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques), la Traviata (Rodolphe), la Vie brève (Paco), Sapho (Jean Gaussin), Werther (Werther), Paillasse (Beppe), la Bohême (Rodolphe), Carmen (don José), le Roi d'Ys (Mylio).

 

ARSCHODT Gustave. — Basse. Débute le 26 juin 1946 dans les Noces de Figaro (Antonio). Crée Madame Bovary (un Paysan). Est affiché dans le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga, Dancaïre, Lillas Pastia), l'Étoile (Zalzal), le Jongleur de Notre-Dame (un ivrogne), Louise (un Agent), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Portier, Hôtelier, Brétigny), Mignon (le Souffleur), Mireille (Ambroise), la Tosca (Geôlier), Werther (Johann), Guignol (Coquard).

 

ARTUS Henri Joseph. — Basse (75010.Paris, 27 juin 1868 –). A débuté en 1892. Est le créateur de l'Attaque du Moulin (un jeune homme). Il a participé le 16 janvier 1893 à la première de Werther (Johann) de Jules Massenet. Est affiché à partir de 1900 dans Carmen (Zuniga), le Chalet (Max), Mignon (Jarno), Mireille (le passeur, Ambroise, Ramon), les Pêcheurs de perles (Nourabad), le Pré-aux-Clercs (Girot), Falstaff (Pistolet).

 

AUBERT. — Basse. A débuté en 1879.

 

AUDINOT Nicolas-Médard. — Acteur (08 juin 1732 – 21 mai 1801). Joua à l'Opéra-Comique de 1762 à 1767.

 

AUDISIO Victor Pierre Joseph dit Victor. — Ténor d'origine italienne (Suze, Piémont, 1867 –). Epouse Violette Claire Euphémie Bosse (1871-) professeur de piano ; parents de Gabriel Audisio (13.Marseille, 27 juillet 1900 – 92.Issy-les-Moulineaux, 26 janvier 1978), écrivain. Débute dans Julien (Julien) le 08 octobre 1901. Il fut nommé directeur du Théâtre Municipal d'Alger en 1910 (qui deviendra l'Opéra d'Alger).

 

AUDOIN Eric. — Ténor. Débute dans Carmen (don José) le 14 septembre 1906. Chante Julien (Julien), Cavalleria rusticana (Torrido), la Flûte enchantée (Monostatos), Werther (Werther) et le Jongleur de Notre-Dame (Jean).

 

AUDOIN Hubert. — Débute dans Werther (le Bailli) le 08 mars 1914. Est affiché dans Alceste (l'Oracle, Tanato), l'Attaque du Moulin (Capitaine ennemi), le Barbier de Séville (Bazile), Carmen (Zuniga, Escamillo), le Chalet (Max), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc., Crespel), Don Juan (Mazetto), les Dragons de Villars (le Pasteur), la Bohème (Colline), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien), le Juif Polonais (Walter), la Fille de Madame Angot (Louchard), Lakmé (Nilakantha), la Légende du Point d'Argentan (Pierre), Louise (1er Philosophe, le Père), Madame Butterfly (le Bonze), Manon (le Comte), Mârouf (le Pâtissier, un Mameluck), Mireille (le Passeur), Noces Corinthiennes (Hermas), les Noces de Figaro (Figaro, Bartholo), Paillasse (un Paysan, Tonio), la Reine Fiammette (Pompéo Cortès), le Rêve (Hubert), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Frère Ange), la Traviata (Marquis), la Tosca (Goelier, Angelotti, Scarpia). Crée le Cloître (Thomas), Cosi fan tutte (Guillaume), la Griffe (Stano), le Hulla (Taher), Mârouf (un Marchand), Pénélope (Clésippe), Sauteriot (Docteur), Gismonda (Évêque Sophron). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (le vieux Pêcheur) d'André Messager.

 

AUDRAN Pierre-Marius. — Ténor (13.Aix-en-Provence, 1816 – 13.Marseille, 1887). Epouse Louise-Caroline Massy. Père du compositeur Edmond Audran. Débute en 1842. Créé le 10 août 1847 la Cachette (le comte de Derby) d'Ernest Boulanger.

 

AUGIER Léon-Jean-Baptiste-Achille. — (Paris, 27 mars 1843 –).

 

AUGUSTE. — Débute le 10 juillet 1822 dans les Deux journées (Mikéli).

 

AUTRAN Victor. — Basse. Débute le 19 février 1935 dans le Barbier de Séville (Bazile). Chante Carmen (Zuniga), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon).

 

AZÉMA Louis. — Basse (34.Agde, 24 mai 1876 – 95.Montmorency, 10 janvier 1963). Enterré au Père Lachaise (26e division). Epouse 93.Villemomble, le 03 juin 1903, Jeanne Billa-Azéma. Père de Marie-Louise Azéma. Débute le 20 septembre 1905 dans le Barbier de Séville (Bazile). Est le créateur, salle Favart, de : Angelo (Gaboardo, l'archiprêtre), Ariane et Barbe-Bleue (Vieux Paysan), Chiquito (Grand Prêtre), le Cloître (Dom Milicien), la Coupe Enchantée (Anselme), Iphigénie en Aulide (Patrocle) ; le 26 avril 1911 la Jota (Catchano Fanton) de Raoul Laparra ; Eros Vainqueur (Cardinal-Evêque), la Fiancée Vendue (Micha), Forfaiture (le Juge), Fugitifs (le Sergent), le Mariage de Télémaque (Alkinoos), la Légende du Point d'Argentan (Pierre), la Lépreuse (le Sénéchal), Macbeth (Meurtrier), Madame Butterfly (Yakusidé), le Hulla (Danischmendt), Mârouf (Pâtissier) ; le 08 décembre 1909 Myrtil (le Grand-Prêtre) d'Ernest Garnier ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (Mariano) de Georges Hüe ; Pêcheurs de Saint-Jean (l'Hôtelier), Pépita Jimenez (don Pèdro), la Pie Borgne (Olivier), la Plus Forte (le Curé), le Poème du Soir (Landorge), Poirier de Misère (le Bouffon), Résurrection (Gardien-chef), Roi Candaule (Hermanax), Sarati le Terrible (Hudéro), Sauteriot (le Curé), la Sorcière (Cardénos), la Victoire (un Vieillard) ; le 26 avril 1911 le Voile du bonheur (Li-Kiang) de Charles Pons ; la Griffe (Mirko). A été affiché en outre dans Alceste (l'Oracle, un héraut), Aphrodite (Grand Prêtre), Ariane et Barbe-Bleue (Barbe-Bleue), les Armaillis (Vieux Domestique), la Basoche (Louis XII), les Bavards (Cristobal), le Caïd (Aboul-y-Far), le Chalet (Max), le Chemineau (Maître Pierre), les Contes d’Hoffmann (Crespel), le Domino Noir (Gil Pérez), Don Juan (Commandeur), la Fille de Madame Angot (Louchard), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte enchantée (un Prêtre), Fortunio (Guillaume), la Habanéra (le Vieux), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine peintre ; le Prieur), Joseph (Zabulon), le Juif Polonais (le Polonais), Lakmé (Nilakantha), Lorenzaccio (Philippe Strozzi, Scoronconcolo), Louise (Chiffonnier, le Père), Madame Butterfly (le Bonze), Macbeth (Macduff), Manon (l'Hôtelier, le Comte), Marie-Magdeleine (un Disciple), Mârouf (le Sultan), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon), la Navarraise (Garrido), Noces Corinthiennes (Théognis), les  Noces de Figaro (Bartholo), Pelléas et Mélisande (Arkel), Philémon et Baucis (Jupiter), la Reine Fiammette (le Promoteur), Richard Cœur de Lion (Williams), le Roi d'Ys (Saint Corentin, le Roi), Sapho (le Patron, Césaire), la Tosca (Angelotti), la Traviata (le Docteur), le Vaisseau Fantôme (Daland), la Bohème (Benoît, Colline), Werther (le Bailli), Gismonda (Évêque Sophron), Madame Sans-Gêne (Fouché), Carmen (Zuniga). Il quitta l'Opéra-Comique en 1930, devint directeur du Capitole de Toulouse.

(Sorti du Conservatoire en 1901, il fut engagé par l'Opéra de Lyon puis par le théâtre Graslin de Nantes (1903), enfin par le théâtre royal de La Haye (1904). En 1905 il débutait à l'Opéra-Comique. Il ne devait plus quitter ce théâtre où il parut dans 90 rôles, assurant 35 créations, qu'il marquait chaque fois de silhouettes originales car il possédait un sens aigu du maquillage. C'était d'ailleurs un excellent comédien au service d'une voix de très belle qualité. Sa carrière lyrique ne lui fit pas abandonner la peinture, qu'il avait étudiée aux Beaux-Arts avec Gustave Moreau.)

 

 

 

 

Louis Azéma en 1907

 

 

BACCANAUD (petit). — Joue Madame Butterfly (l’Enfant) en 1945-1946.

 

BACQUIÉ Guillaume. — Basse. Débute le 05 avril 1878. => biographie

 

BACQUIER Gabriel. — Baryton (34.Béziers, 17 mai 1924 –). Débute en 1956. Chante la Bohème (Marcel), Madame Butterfly (Sharpless), Mireille (Ourrias), Lakmé (Nilakantha), Cavalleria rusticana (Alfio), la Tosca (Scarpia), Carmen (Escamillo), Isoline (Eros, Obéron), Werther (Albert, février 1959). Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage (Abdul) de Gian Carlo Menotti.

 

BADIALI Eugène. — Baryton. Débute le 03 octobre 1892. => biographie

 

BAILLON. — Débute le 08 juin 1919 dans Mârouf (un Muezzin).

 

BAILLY. — Baryton. Débute le 08 novembre 1905 dans le Jongleur de Notre-Dame (un Loustic). Joue Louise (un Agent). Crée le 26 février 1908 la Habanera (un Homme) de Raoul Laparra. Participe à la première de la Tosca (un Pâtre) de Giacomo Puccini [version française de Paul Ferrier].

 

BAKLANOFF Georges [Baklanov]. — Baryton russe (Riga, 23 décembre 1880 – Bâle, 06 juillet 1938). Epouse Lydia Lipkowska. Débute dans la Tosca (Scarpia) le 19 septembre 1929.

 

BALANQUÉ Charles. — Baryton. Débute en 1885. => biographie

 

BALBON André. — Basse (75004.Paris, 04 juin 1902 – Alicante, Espagne, 30 mars 1984). Débute le 01 novembre 1928 dans Lorenzaccio (un Officier). A créé le Bourgeois de Falaise (Sottencourt), Comme ils s'aiment (de Lustrac), Esther de Carpentras (Cacan), l'Étoile (Sirocco), Fou de la Dame (Cavalier noir), Frasquita (Aristide), George Dandin (de Sottenville), le Mariage Secret (Comte Robinson), la Nuit embaumée (Ali), Mon Oncle Benjamin (de Pontcassé), Rayon de Soieries (Monsieur Loyal) ; le 17 décembre 1928 Riquet à la houppe (Marquis de Carabas, 3e Ministre) de Georges Hüe ; le Roi d'Yvetot (Renaud), le Testament de la Tante Caroline (Maître Corbeau), Tout Ank Amon (Hapousemb), Vieux garçons (von Petersboon) ; le 24 juin 1938 de Zadig (Arimage) de Jean Dupérier. D'autre part, a été affiché dans Angélique (le Nègre), le Barbier de Séville (Bazile), la Bohème (Colline), le Bon roi Dagobert (Éloi), les Brigands (Chef des Carabiniers), Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Gargantua (4e Buveur, Baiseluc, Marquet), Gianni Schicchi (Gianni), la Habanera (le Vieux), Louise (Bricoleur, Chiffonnier), Madame Butterfly (Scharpless), Manon (le Comte), le Médecin malgré lui (Sganarelle), Mignon (Lothario), Philémon et Baucis (Vulcain), le Roi malgré lui (de Villequier), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (d'Astarac), le Roi d'Ys (le Roi), la Tosca (Angelotti), la Traviata (Docteur), Werther (Brühlmann).

 

BALDOUS Jules. — Baryton (34.Montpellier, 18 août 1884 –). Débute le 05 juillet 1927 dans Lakmé (Nilakantha). A créé le Bon roi Dagobert (Odoric), Cantegril (Père Bireben), la Femme Nue (Roussel), Gargantua (Grandgousier), Mariage Secret (Géromino), Quatre-vingt-treize (Cimourdain), Rayon des Soieries (Vieux Monsieur), le Roi d'Yvetot (le Doyen), Tarass Boulba (le Voievode). A chanté Angélique (le Nègre), le Barbier de Séville (Bazile), la Basoche (Louis XII), les Brigands (Campotasso), le Chalet (Max), le Chemineau (François, Maître Pierre), Frasquita (Aristide), Louise (le Père), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), la Fiancée vendue (Katzal), Carmen (Zuniga), Paillasse (Tonio), les Pêcheurs de perles (Nourabad), Mireille (Ramon), les Noces de Figaro (Antonio), Philémon et Baucis (Vulcain), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), le Roi d'Ys (le Roi), Sapho (Césaire), le Sicilien (don Pèdre), le Sourd (Doliban), la Tosca (Scarpia), la Traviata (le Baron), la Bohème (Schaunard, Colline), Vieux Garçons (van Petersboon), Werther (le Bailli), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Madame Butterfly (Scharpless).

 

BALLETTI Antoine-Etienne-Louis. — Acteur (mai 1724 - 09 mars 1789). Joua à l'Opéra-Comique de 1762 au 15 mars 1769.

 

BANULS Francis. — Débute dans la Bohème (Rodolphe) le 02 juillet 1927. Chante Carmen (don José), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Mignon (Wilhelm Meister), Cavalleria rusticana (Torrido), Mireille (Vincent), la Tosca (Cavaradossi), Paillasse (Canio), Manon (Des Grieux) et Werther (Werther).

 

BAPTISTE. — Crée le 03 septembre 1803 Aline, reine de Golconde (Osmin) d'Henri Montan Berton.

 

BARBERO Henri. — Débute le 10 octobre 1937 dans la Bohème (le Père la Pêche). Crée le 24 juin 1938 Zadig (un Pêcheur) de Jean Dupérier. Chante Gargantua (le Prieur, Tyravant), Lakmé (le Kouravar), Madame Butterfly (le Bonze), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), Mireille (le Passeur), les Noces de Jeannette (Thomas), la Tosca (Angelotti), la Traviata (le Baron), la Bohème (un Douanier, Colline), Werther (Brühlmann, le Bailli), Carmen (Zuniga).

 

BARBIER DE SAINT-PREUX. — Débute vers 1822.

 

BARBOT Joseph. — Ténor. Débute le 12 mars 1856. => biographie

 

BARNIER Roger. — Ténor. Débute le 22 avril 1945 dans Carmen (don José). Chante Cavalleria rusticana (Torrido), Julien (Julien), la Tosca (Cavaradossi) et Werther (Werther).

 

BARNOLT Paul (Paul FLEURET dit). — Ténor (Paris, 1842 ou 1844 – 92.Bois-Colombes, 17 juin 1900). A débuté le 23 août 1870 dans Zampa (Dandolo). A créé le 10 mai 1875 Don Mucarade (Luc) d'Ernest Boulanger ; le 25 septembre 1893 Madame Rose (Mathurin) d'Antoine Banès ; le 30 mai 1890 la Basoche (Maître Guillot) d'André Messager ; le 03 mars 1875 Carmen (le Remendado) de Georges Bizet ; Falstaff (Bardolphe), la Flûte enchantée (Bambalado), le Médecin malgré lui (Lucas), Phryné (Cynalopex), Proserpine (Gil), le Roi malgré lui (Bazile). Il a participé aux premières : le 16 janvier 1893 Werther (Schmidt) de Jules Massenet ; la Bohème (Parpignol). A été d'autre part affiché dans le Caïd (Ali-bajou), Carmen (Lillas Pastias), la Dame blanche (Dickson), le Déserteur (Bertrand), les Dragons de Villars (Thibault), Fra Diavolo (Beppo), Galathée (Midas), l’Irato (un Valet), Louise (le Poète), le Maître de Chapelle (Benetto), Mignon (Frédéric), les Noces de Figaro (Bazile), le Nouveau Seigneur du village (Blaise), le Pré-aux-Clercs (Cantarelli), les Rendez-vous bourgeois (Berrand), Richard Cœur de Lion (Guillaume), la Servante maîtresse (Scapin), le Sourd (Danières) et Zampa (Dandolo).

"Trial, à l'Opéra-Comique depuis plus de vingt ans. Ce fut son second théâtre : il avait débuté aux Fantaisies-Parisiennes, fondées par M. Martinet, où se trouvent aujourd'hui les Nouveautés.

C'est dans l'Amour médecin que Barnolt eut son premier succès ; nous nous rappelons aussi Groschaminet, Duprato, et l'acte charmant de Poise : les Deux Billets. Barnolt avait une jolie voix de trial ; avec cela un étonnant naturel. Il n'a rien perdu de ses premières qualités. Barnolt créa le Remendado, de Carmen ; il l'a joué plus de six cents fois."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Barnolt

 

 

BARONI Carlo. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BARRÉ Auguste Armand. — Baryton. Débute en 1858. => biographie

 

BARRÈS Jean. — Ténor (– près de 42.Roanne, 25 juillet 1964). Chante vers 1961-1964.

 

BARREIRO Denis. — Débute le 30 juin 1947 dans le Barbier de Séville (Almaviva).

 

BARSAC Roger. — Baryton (1906 1960). Débute le 15 juin 1944 dans la Tosca (Scarpia).

 

BARTHEZ. — Basse. Débute le 13 septembre 1903 dans Lakmé (le Kouravar). A créé le 26 février 1908 la Habanera (un Homme entre deux âges) de Raoul Laparra ; la Lépreuse (un Paysan), On ne badine pas avec l'Amour (un Paysan) et Sanga (Ruff). A été affiché dans le Barbier de Séville (le Notaire), Cendrillon (1er Ministre), la Fille de Madame Angot (un Cabaretier), la Fille du Régiment (un Caporal), le Jongleur de Notre-Dame (Moine Sculpteur), Louise (un Agent), Manon (le Portier, un Soldat), Mireille (Ambroise, le Passeur), Paillasse (un Paysan), la Bohème (un Douanier).

 

BASSET Jean. — Basse. Chante la Bohème (Schaunard) en 1967.

 

BASSI Amedeo. — Ténor italien (Montespertoli, Florence, 29 juillet 1874 – Florence, 15 janvier 1949). En représentation, débute dans la Tosca (Mario) le 05 juin 1913.

 

BATAILLE Eugène. — Basse. Débute le 05 septembre 1863. => biographie

 

BATISTE Jean Mathias. — (mai 1748 ). Prend sa retraite en 1822.

 

BATTAILLE Charles. — Basse. Débute le 22 juin 1848. => biographie

 

BATTISTINI Mattia. — Baryton italien (Contigliano, Rieti, 08 février 1857 – Colle Buccaro, près de Rieti, 08 novembre 1928). En représentation, débute le 24 mars 1922 dans la Traviata (d’Orbel). Chante également la Tosca (Scarpia).

 

BAUCHE Alexandre. — Ténor. Débute le 31 mars 1849. => biographie

 

BAUGÉ André Gaston dit André. — Baryton (31.Toulouse, 04 janvier 1893 – 92.Clichy-la-Garenne, 25 mai 1966). Fils d’Alphonse Baugé et d'Anna Tariol-Baugé, divette. Epouse 1. (divorce) Noélie Lucienne Rose Gros dite Lucienne Baugé, cantatrice ; épouse 2. à 78.Maisons-Laffitte le 13 avril 1938 Suzanne Pauline Gabrielle Georgette Laydeker (41.Blois, 19 juillet 1909 – 41.Montlivault, 25 mars 1980), soprano. Débute dans Lakmé (Frédéric) le 01 avril 1917. Est affiché dans la Basoche (Clément Marot), Au Beau Jardin de France (Sylvanus), le Barbier de Séville (Figaro), Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Don Juan (don Juan), Fortunio (Clavaroche), Manon (Lescaut), Mârouf (Ali, Mârouf), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva), les Noces de Jeannette (Jean), Paillasse (Sylvio), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Reine Fiammette (Giorgo d'Ast), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), Werther (Albert). Crée la Brebis Égarée (Paul), Masques et Bergamasques, la plus Forte (Louis), le 06 novembre 1922 les Uns et les autres (Sylvandre) de Max d'Ollone. Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Tibério) d'André Messager ; le 07 février 1925 de Véronique (Florestan) de Messager.

(Il travailla le chant avec sa mère et débuta auprès d'elle à Grenoble sous le nom d'André Grillaud. En 1917, toujours mobilisé, il débutait à l'Opéra-Comique dans Frédéric de Lakmé. A partir de 1926 il se consacra surtout à l'opérette. Disposant d'une voix pleine de charme, d'une élégante musicalité et de dons scéniques évidents, il y réussit fort bien. Émouvant Duparquet dans Ciboulette, désinvolte Ange Pitou dans la Fille de madame Angot, il fut le créateur de Robert le pirate, Nina Rosa, Au temps des merveilleuses, Fragonard, et écrivit les livrets de certaines de ses créations. Au cinéma, il tourna l'un des premiers films parlants, la Ronde des heures, dont toute la France, longtemps, fredonna les refrains.)

 

BAUR Henri Marie Rodolphe dit Harry. — Acteur (75011.Paris, 12 avril 1880 – Paris, 08 avril 1943). En représentation, il participe à la première de la Fille de Madame Angot (Guillaume) le 28 décembre 1918.

 

BEAUPRÉ (Auguste Marie Antoine VENTRE dit). — (13.Marseille, 15 août 1826 ). Débute en 1855.

 

BECKERS André Jules. — (Moscou, 12 mars 1827 ). Débute en 1856.

 

BECKMANS José. — Baryton belge (Liège, 04 janvier 1897 1987). Il débuta à Verviers en 1916 dans Carmen (Escamillo). Débute à l'Opéra-Comique dans Carmen (Escamillo) le 22 octobre 1925. Crée le Cloître (Balthazar), Résurrection (Sinwnson) et Scemo (Giovan'anto). Chante le Barbier de Séville (Figaro), Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (François), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Grisélidis (le Diable), la Habanéra (Ramon), l’Heure espagnole (Ramiro), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Figaro), Pelléas et Mélisande (Golaud), Quand la Cloche sonnera (Akimitch), Paillasse (Tonio), le Roi malgré lui (Laski), le Roi d'Ys (Karnac), la Tosca (Scarpia), Tristan et Isolde (Kurwenal), les Voitures versées (Dormeuil), Louise (le Père), la Traviata (d'Orbel), et Faust (Méphistophélès).

 

BÉDEX Henri. — Baryton (56.Sauzon, lieu-dit Bortentrion, 1929 –). Débute en 1955. Chante de 1955 à 1957.

 

BÉKAËRT André Charles. — Ténor (59.Tourcoing, 14 avril 1906 –). Crée Cangril (Bernal) et est affiché dans Madame Butterfly (Commissaire impérial), Riquet à la houppe (Jacondus), le Roi malgré lui (d'Elbeuf), rôle de ses débuts le 14 octobre 1930.

 

BELHOMME Hippolyte Adolphe dit Hippolyte. — Baryton-basse (75012.Paris, 02 décembre 1854 – 06.Nice, 16 janvier 1923). A débuté le 11 novembre 1879 dans Lalla Roukh (Baskir). Est le créateur, à l'Opéra-Comique, de : le Barbier de Séville (Bazile), les Contes d’Hoffmann (Crespel), Falstaff (Pistolet), les Fugitifs (Cordier) ; le 26 avril 1911 la Jota (Triparlaga) de Raoul Laparra ; Louise (le Bohème), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (le Sonneur) de Tiarko Richepin, le Mariage de Télémaque (Hémistikos), Noël (le Père Vincent), On ne badine pas avec l'Amour (Landry), la Sorcière (Albornas), les Visitandines (un Cocher) ; le 26 avril 1911 le Voile du bonheur (le Précepteur) de Charles Pons ; Léone (un Aîné), la Bohème (Benoît). Il a participé à la première le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Bustamente) de Jules Massenet ; le 19 mai 1911 à celle de Thérèse (Morel) de Massenet. A été affiché, à partir de 1900, dans Bastien et Bastienne (Colas), le Caïd (Aboul-y-far), Carmen (Escamillo ; le Dancaïre), Cendrillon (Pandolfe) de Massenet, le Chalet (Max), la Dame blanche (Gaveston), le Déserteur (Jean-Louis), le Domino Noir (Gil-Pérez), la Fille du Régiment (Sulpice), la Flûte enchantée (Gardien du Temple), Fra Diavolo (Giacomo), l'Irato (Pandolphe), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine musicien), Joseph (Judas), la Légende du Point d'Argentan (Docteur), Lakmé (Nilakantha), Louise (Bricoleur), Macbeth (l'apparition), Madame Butterfly (Yakusidé, le Bonze), Manon (l'Hôtelier), Mârouf (un Marchand), Mignon (Lothario), Mireille (Ramon, Ourrias), Philémon et Baucis (Vulcain), le Pardon de Ploërmel (le Chasseur), Richard Cœur de Lion (Urbain), Sapho (le Patron), le Toréador (don Belfort), la Tosca (Sacristain), la Bohème (Schaunard), la Vivandière (Lieutenant Vernier), Werther (le Bailli). Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (2e soldat) d'Hector Berlioz.

" Sorti du Conservatoire en 1879 avec deux seconds prix de chant et d'opéra-comique, Belhomme débuta, le 11 novembre de la même année, dans le rôle de Baskir de Lalla-Roukh ; reprit ensuite le rôle de Gil Pérès dans le Domino noir et créa M. de Floridor, opéra-comique de M. de Lajarte, et le personnage de Crespel, dans les Contes d'Hoffmann. Il a joué le rôle du chasseur dans la dernière reprise du Pardon de Ploërmel.

M. Belhomme est un artiste d'avenir : un rôle lui est réservé dans la Taverne des Trabans, d'Henri Maréchal. "

(Journal spécial du Théâtre de l’Opéra-Comique, 17 décembre 1881)

" Une des voix de basse les plus franches qu'on ait entendues depuis longtemps. A sa sortie du Conservatoire, il débuta dans Lalla Roukh et créa les Contes d'Hoffmann ; puis il fit plusieurs saisons à Lyon. De retour à l'Opéra-Comique, il chanta un certain nombre de rôles du répertoire, entre autres Gil Pérès, du Domino noir, Haydée et, surtout, le Chalet, où son bel organe fait merveille. Il a créé le rôle de Daland, du Vaisseau fantôme. "

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Hippolyte Belhomme

 

 

BELLECOUR. — Débute vers 1851.

 

BELLET Félix François dit Félix. — Baryton (69.Lyon, 06 juillet 1882 –). A créé Madame Sans-Gêne (Brigode). A chanté Carmen (Moralès), le Chemineau (Thomas), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Cavalleria rusticana (Alfio), la Coupe enchantée (Bertrand), le Jongleur de Notre-Dame (Moine peintre), Lakmé (Frédéric), Louise (Chansonnier, Peintre, Marchand d'habits), Madame Butterfly (Commissaire impérial), Manon (Lescaut), Mârouf (Ali), les Noces de Jeannette (Jean), Mignon (Jarno), Ping-Sin (Kan-Si), la Reine Fiammette (Jean Vassari), les Rendez-vous bourgeois (Jasmin), le Roi d'Ys (Jahel), Sapho (Patron, Caoudal), la Tosca (Sacristain), Werther (Albert), Phryné (Arogagyne), le Juif Polonais (Yéri), Aphrodite (Callidès), le Barbier de Séville (Figaro). A débuté le 14 mars 1915 dans Paillasse (Sylvio). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Beppo) d'André Messager.

 

BELLIARD. — Débute le 27 avril 1826 dans le Muletier (Flandrinos).

 

BELLO. — Basse. A débuté dans Lakmé (Nilakantha) le 17 septembre 1891. A créé les Cadeaux de Noël (une voix), Madame Sans-Gêne (Roustan) et Scènes Alsaciennes (un Notable). A été affiché dans la Flûte enchantée (un prêtre), le Jongleur de Notre-Dame (Moine crieur).

 

BELNIE Noël Joseph Augustin. — (1799 –). Trial. Il débuta vers 1825. Il doubla Ferréol.

 

BENOÎT Jean-Christophe. — Baryton (Paris, 18 mars 1925 ). Chante les Noces de Jeannette (Jean), Pan et la Syrinx (Pan), le Mariage secret (Robinson), le Maître de chapelle (le Maître), Colombe (Poète chéri), Angélique (Charlot), Dolorès (le Mari), le Téléphone (Ben), les Contes d'Hoffmann (Nicklausse), Hop Signor (Hel Gar), le Barbier de Séville (Bartholo), le Comte Ory (Raimbaud), la Poule noire (Berbiqui), Ciboulette (Duparquet). Créé le 22 juin 1962 Princesse Pauline (Borghèse) d'Henri Tomasi. Il tint une classe d'opéra-comique au Conservatoire de Paris de 1970 à 1990.

 

BÉRARD Fernand. — Baryton. Débute en mai 1894. => biographie

 

BÉRIEL. — Baryton. A créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Pompadour) d'André Messager.

 

BÉRIOT Jacques. — Comédien, a créé Fragonard (Jean Bergeret) le 21 février 1946.

 

BERNACET. — A débuté en 1898.

 

BERNAERT César Désiré Joseph dit César. — Baryton (59.Roubaix, 14 juillet 1863 ). Epouse le 09 octobre 1886 la cantatrice Magdelaine Bernaert. A débuté en 1886. A été affiché dans les Amoureux de Catherine (Rebstock), le Caïd (Aboul-y-far), Carmen (Zuniga, le Dancaïre), la Dame blanche (Mac Irton), le Déserteur (Jean-Louis), Farfadet (le Bailli), la Fille du Régiment (Sulpice), Joseph (Zabulon), Manon (l'hôtelier, un garde), le Médecin malgré lui (Géronte), Mignon (Jarno), Mireille (le passeur, Ambroise), la Navarraise (Remiggio), les Noces de Jeannette (Jean), Phryné (Arogagine), Pré-aux-Clercs (Girot), les Rendez-vous bourgeois (César), Richard Cœur de Lion (William), le Roi d'Ys (Jahel), le Roi malgré lui (Maugiron), la Bohème (Schaunard), Werther (le Bailli), la Traviata (le Docteur). A créé le 30 mai 1890 la Basoche (Roland) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Orazio) d'Eugène Diaz ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Richelieu) d'André Messager. Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Mercure) d'Hector Berlioz.

"Prix du Conservatoire, belle voix de baryton, a débuté avec succès dans Sulpice, de la Fille du Régiment. Il a créé un rôle dans le Baiser de Suzon, et a repris Jahel, du Roi d'Ys. Jean, des Noces de Jeannette, et Sulpice, de la Fille du Régiment sont deux de ses bons rôles." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BERNARD François Laurent Gaétan dit François. — Basse (75006.Paris, 01 janvier 1841 – 75010.Paris, 05 mai 1900*). A débuté en 1867. Fut affiché dans la Dame Blanche (Mac Irton), le Domino Noir (Lord Elford), les Dragons de Villars (le Pasteur), Fra Diavolo (Mathéo), Joseph (un officier), le Maître de Chapelle (Barnabé), le Pré-aux-Clercs (Comminges), les Rendez-vous bourgeois (Dugravier), Richard Cœur de Lion (Floustan), le Roi l'a dit (Merlusse). Il a créé Mignon (Jarno) ; le 30 novembre 1872 Don César de Bazan (le Capitaine des Gardes) de Jules Massenet ; le 19 janvier 1884 Manon (un Joueur) de Jules Massenet. Joue Carmen (Lilas Pastia). Il fut Directeur de la scène à l'Opéra-Comique de 1892 à 1897.

"Un artiste, dont la carrière modeste n'en a pas moins été fort utile, Bernard, ancien régisseur de l'Opéra-Comique, s'est éteint ces jours derniers, à la suite d'une très longue maladie, à l'hospice Lariboisière. Sortant de la classe de Duvernoy père au Conservatoire, il était entré comme basse-taille à l'Opéra-Comique, jouant lord Elfort du Domino noir, Milord de Fra Diavolo, César des Rendez-vous bourgeois, etc., faisant aussi quelques créations, entre autres le bohémien Jarno dans Mignon, qu'il se vantait d'avoir joué jusqu'à sa millième représentation (incluse), sans en avoir manqué une seule. Plus tard, Bernard accepta les fonctions de régisseur, qu'il tenait avec beaucoup de zèle et de conscience. Depuis deux ans la maladie l'avait éloigné du théâtre qu'il aimait, et elle vient de le délivrer de ses souffrances." (le Ménestrel, 13 mai 1900)

 

 

 

François Bernard

 

 

BERNARD. — Baryton. Débute en 1906. Créé la Carmélite (2e Bourgeois) ; le 08 mai 1906 le Roi aveugle (un homme) d'Henry Février. Chante Iphigénie en Tauride (un Scythe), le Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne), la Traviata (le Baron). Participe le 12 avril 1906 à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Thomas) de Jules Massenet.

 

BERNARDI. — Ténor. Débute en créant Angélique (l'Anglais) le 03 juin 1930 et chante Paillasse (Canio), Madame Butterfly (Pinkerton).

 

BERNASCONI Lucien. — Basse. Débute le 05 août 1937 dans Pelléas et Mélisande (Arkel).

 

BERNAUD. — Basse. Faisait partie de la troupe en 1881.

 

BERRIEL. — A débuté en 1895.

 

BERTHAUD. — Crée Madame Sans-Gêne. Est affiché dans les Amoureux de Catherine (Heinrick), Carmen (le Dancaïre), les Contes d’Hoffmann (Spalanzani), Coupe Enchantée (Thibaut), la Fille de Madame Angot (Pomponnet), Juif Polonais (Docteur Nickel), Lakmé (Hadji), Louise (Peintre, Marchand d'habits), Madame Butterfly (Yamadori), Manon (Brétigny), Mârouf (Chef des marins), Mignon (Laërte), Paillasse (Beppe), les Rendez-vous bourgeois (Charles), Sapho (La Borderie), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), la Bohème (Parpignol), le Barbier de Séville (Pédrille), Werther (Schmidt), Fortunio (Landru). A débuté le 13 décembre 1914 dans la Vivandière (André). Participe à la première le 23 novembre 1917 de Béatrice (Fabio) d'André Messager.

 

BERTHELIER Jean François Philibert. — Ténor. Débute le 12 décembre 1856. => biographie

 

BERTIN. — Crée le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Crispin) d'Henri Montan Berton.

 

BERTIN Émile. — Ténor. Débute le 20 mai 1878. => biographie

 

BERTON Adolphe. — Ténor. Débute vers 1837. => biographie

 

BEYLE Jean Marie Baptiste Gaston dit Gaston. — Baryton (38.Chanas, 14 mars 1860 38.Le Péage-de-Roussillon, 13 avril 1932). A débuté le 10 mai 1898 dans la première de Fervaal (Arfagard). Il a créé le 24 mars 1899 Beaucoup de bruit pour rien (Léonato) de Paul Puget. Il a chanté Beaucoup de bruit pour rien (Don Pèdre d'Aragon, 10 mai 1899).

"Baryton, a créé Arfagard, de Fervaal, et joué Ourrias, de Mireille. Artiste consciencieux." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BEYLE Augustin dit Léon. — Ténor (69.Lyon, 28 février 1871 – 69002.Lyon, 17 juillet 1922). A débuté le 26 octobre 1898 dans Carmen (Don José). A créé le 24 mars 1899 Beaucoup de bruit pour rien (Claudio) de Paul Puget ; Fervaal (Arfagard), l'Ancêtre (Tébaldo), Aphrodite (Démétrios), Beaucoup de bruit pour rien (Claudio), le Carillonneur (Joris), Fille de Roland (Gérald), Fille de Tabarin (Roger), Iphigénie en Aulide (Achille), Iphigénie en Tauride (Pylade), la Lépreuse (Ervoanik), la Marseillaise (Rouget de Lisle), le 08 décembre 1909 Myrtil (Hylas) d'Ernest Garnier, Sanga (Jean), Snégourotchka (le Tzar), la Sorcière (don Enrique), la Tosca (Mario), Troupe Jolicœur (Jacques). A été en outre affiché dans Alceste (Admète), Cavalleria rusticana (Torrido), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), le Clos (Jean-Simon), la Flûte Enchantée (Tamino), Fidelio (Florestan), Lakmé (Gérald), Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), Marie-Magdeleine (Jésus), Miarka (le Roi), Mignon (Wilhelm Meister), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Danièlo), le Rêve (Félicien), Roi d'Ys (Mylio), la Traviata (Rodolphe), le Vaisseau fantôme (Erik), Werther (Werther).

"Ténor, a débuté dans Don José, de Carmen, et Wilhem Meister, de Mignon. Jolie voix. De l'avenir. A chanté à l'Opéra et en province." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

(Il débuta à l'Opéra de Paris le 01 janvier 1897 dans Ottavio de Don Juan, mais sa voix s'accommodant mal de l'immense vaisseau du palais Garnier, il préféra devenir pensionnaire de l'Opéra-Comique où il fit pratiquement toute sa carrière, y chantant tout le répertoire, y créant quinze ouvrages dont la Tosca, Aphrodite et la Lépreuse. C'était un merveilleux Werther. Il prit sa retraite en 1914, mais la guerre le ramena salle Favart privée brusquement de ses pensionnaires mobilisés.)

 

 

 

Léon Beyle en 1907

 

 

BIANCO René Germain Dominique dit René. — Baryton (Constantine, Algérie française, 21 juin 1908 – 69.Charbonnières-les-Bains, 23 janvier 2008). Débute le 02 mai 1948 dans les Contes d’Hoffmann (Dapertutto). Chante ensuite Carmen (Escamillo), Paillasse (Tonio), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), Cavalleria rusticana (Alfio) et les Contes d’Hoffmann (les 4 rôles). Crée Dolorès (Pascualo).

 

BILLOT Étienne. — Baryton-basse (13.Marseille, 1878 – 13.Marseille, 04 novembre 1962). Débute dans Lakmé (Nilakantha) le 29 septembre 1903. Crée le Clos (Gervais), le 10 mai 1904 le Cor fleuri (Obéron), les Pêcheurs de Saint-Jean (Landy). Est affiché dans Alceste (un Héraut), le Caïd (Aboul-y-far), la Basoche (Louis XII), la Dame blanche (Gaveston), Fra Diavolo (Giacomo), Louise (le Père), Manon (le Comte), la Navarraise (Remiggio), le Roi d'Ys (Saint Corentin), la Bohème (Benoît), Werther (le Bailli), Pelléas et Mélisande (Golaud), Louise (le Père), la Tosca (Scarpia), la Reine Fiammette (Pompéo Cortèz). Il a participé aux premières le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète) de Jules Massenet ; le 12 avril 1906 de la version scénique de Marie-Magdeleine (Jacques le mineur) de Jules Massenet. Quand il se retira de la scène, il se consacra à l'enseignement à Marseille.

 

BISSON Yves. — Baryton (Mostaganem, 31 mai 1936-). Débute le 21 octobre 1963 en créant le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

BLAFFARD Amilcare. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BLANC Ernest Marius Victor dit Ernest. — Baryton (83.Sanary-sur-Mer, 01 novembre 1923 – 2011). Engagé en 1954 à la RTLN. Chante, à la Salle Favart, Paillasse (Tonio), Carmen (Escamillo), Mireille (Ourrias), les Pêcheurs de perles (Zurga), Cavalleria rusticana (Alfio), Eugène Onéguine.

 

 

 

Ernest Blanc

 

 

BLANCARD. — Baryton. Débute le 04 septembre 1908 dans le Barbier de Séville (Bazile). Crée Sanga (le Chevrier) et est affiché dans Carmen (Escamillo), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Mignon (Lothario), la Navarraise (Garrido) et Sanga (Maître Vigord).

 

BLONDIN (petit). — Crée Pelléas et Mélisande (Yniold) le 03 avril 1902.

 

BOLLEY. — Chante dans les chœurs du Théâtre Feydeau, puis chante au Gymnase. Débute à l'Opéra-Comique le 24 septembre 1822 dans l'Epreuve villageoise (André).

 

BOLLY Louis Jean Marie Bernard Jacques. — Ténor (26.Die, 09 mars 1855 –). A débuté le 13 décembre 1883 dans la Fille du régiment (Tonio).

 

BONAFÉ. — Baryton-basse. Débute dans la Tosca (Geôlier) le 05 novembre 1910. Crée  ; le 26 avril 1911 la Jota (le Navarrais) de Raoul Laparra. Il est affiché dans Joseph (Gad), Louise (1er Philosophe), Macbeth (l'Apparition), Werther (Johann).

 

BONNEVAL René. — Ténor. Débute le 28 mars 1940 dans Mireille (Andreloun). A créé Ariane à Naxos (Scaramouche), Carmosine (un Marchand), la Chanson de Paris (le Colporteur), Comme ils s'aiment (Hector), l'Étoile (Tapioca), Ginevra (Lapo), Mesdames de la Halle (Marchand d'habits), Mon Oncle Benjamin (un Homme, un Paysan, le Greffier). A chanté de plus Angélique (l'Anglais), Carmen (don José), Chanson de Paris (Jean), Chemineau (Toinet), l’École des maris (un clerc), l'Enlèvement au sérail (Pédrille), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), le Médecin malgré lui (Léandre), Mireille (Vincent), les Noces de Figaro (Bazile), Pauvre Matelot (le Matelot), Rossignol de Saint-Malo (le Servant d'Amour), la Traviata (le Vicomte, Rodolphe), la Bohème (Parpignol), Werther (Schmidt ; Brühlmann), le Roi malgré lui (Liancourt).

 

BONNORON. — Débute le 03 décembre 1939 dans Werther (Brühlmann). Chante la Basoche (Jacquet) en 1940.

 

BONOMO Victor. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BORGIOLI Dino. — Ténor italien (Florence, 15 février 1891 – Londres, 13 septembre 1960). Débute le 20 octobre 1933 dans le Barbier de Séville (Almaviva). Chante la Cenerentola (don Ramiro), et Manon (Des Grieux).

 

BORTHAYRE Jean. — Baryton (64.Musculdy, 25 mai 1901 – 95.Montmorency, 25 avril 1984). Enterré au Père Lachaise (26e division). Epouse Marie-Louise Azéma-Billa, fille de Louis Azéma. Est affiché dans Carmen (Escamillo), les Contes d’Hoffmann (Dappertutto), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio) et les Pêcheurs de perles (Zurga), rôle de ses débuts le 22 février 1951. Il quitta la RTLN en 1968.

 

BOSSAN. — Crée le Hulla (un jeune homme) le 09 mars 1923, et interprète la Habanéra (un Andalou), la Bohème (Parpignol) et la Lépreuse (un Paysan).

 

BOTIAUX Gustave. — Ténor. Débute en 1956. => biographie

 

BOUDARD. — Débute dans Lakmé (Gérald) le 16 février 1928. Chante le Barbier de Séville (Almaviva) et la Bohème (Rodolphe).

 

BOUDOURESQUE Marcel. — Baryton-basse. Débute le 17 septembre 1888. => biographie

 

BOUHY Jacques. — Baryton belge. Débute le 24 février 1872. => biographie

 

BOULLARD Prosper. — Basse. Appartenait à la troupe en 1828.

 

BOULO Jean Jacques Joseph. — Ténor (31.Toulouse, 02 mai 1820 31.Toulouse, mai 1887). Chante de 1848 à 1853.

 

BOULO. — Ténor. Est affiché à partir de 1900 dans la Dame Blanche (Georges), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent).

 

BOULOGNE Raymond. — Baryton. Débute le 22 juin 1911 dans Lakmé (Nilakantha). Crée le Carillonneur (Batholoméus), la Danseuse de Pompéi (Ludius), Francesca da Rimini (Giovanni), Julien (l’Hiérophante, le Paysan, le Mage), Soldats de France (un Officier). Chante Carmen (Escamillo),  Cavalleria rusticana (Alfio), le Chemineau (le Chemineau), Louise (le Père), Mireille (Ourrias), Paillasse (Tonio), Pelléas et Mélisande (Golaud), le Roi d’Ys (Karnac), Thérèse (André Thorel), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), Manon (Comte Des Grieux), la Bohème (Marcel, Schaunard) et Tristan et Isolde (Kurwenaal).

 

BOURBON Louis dit Jean. — Baryton (58.La Machine, 08 mai 1875 ). Débute en créant l'Ouragan (Richard) le 29 avril 1901. Crée également la Carmélite (le Poète) et la Troupe Jolicœur (Jean Taureau). Chante Carmen (Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Grisélidis (Marquis de Saluces), Mireille (Ourrias), Pelléas et Mélisande (Golaud), le Roi d’Ys (Karnac) et la Vivandière (de Rieul).

 

BOURBON René. — Débute le 13 mars 1953 en participant à la première de Ciboulette (le Père Grenu) de Reynaldo Hahn.

 

BOURDIN Roger. — Baryton. Débute le 20 octobre 1922. => biographie

 

BOURET Claude-Antoine. — Acteur (06 décembre 1732 - 16 septembre 1783). Débute en 1755.

 

BOURGEOIS Georges. — Baryton. Crée Lorenzaccio (un Orfèvre) et la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Léonard Ménétrier). Chante la Basoche (Roland), les Contes d’Hoffmann (Luther, Hermann), la Coupe Enchantée (Griffon), les Amoureux de Catherine (Rebstock), la Fille de Madame Angot (Cadet, Larivaudière), l'Irato (Docteur), Louise (2e Philosophe), Mârouf (le Vizir), Mireille (Ambroise), Fortunio (de Verbois), le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga), Sapho (Césaire), Sauteriot (Mikkel), Tosca (Sacristain), la Bohème (Benoît), la Vivandière (de Rieul), Werther (Johann). A débuté le 18 novembre 1915 dans les Rendez-vous bourgeois (César).

 

BOURRILLON Paul. — Ténor. Débute le 04 septembre 1908. => biographie

 

BOUVET Nicolas-Maximilien dit Max. — Baryton (17.La Rochelle, 03 décembre 1854 – Paris, 1943). Débute le 08 novembre 1884 lors de la première du Barbier de Séville (Figaro) de Gioacchino Rossini. A créé à l'Opéra-Comique Cavalleria rusticana (Alfio), l'Attaque du Moulin (Merlier), le Chevalier Jean, Fidelio, Guernica, Iphigénie en Tauride (Oreste), la Jacquerie, le 06 mai 1886 Maître Ambros de Charles-Marie Widor, la Marseillaise (Diétrich), le Rêve (Hautecœur), le Roi d'Ys (Karnac), le Roi malgré lui, la Traviata (d'Orbel), le Vaisseau fantôme (le Hollandais), la Bohème (Marcel), et, le 15 mai 1889 Esclarmonde (l'Evêque de Blois) de Jules Massenet. Il a participé aux premières le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (3e spectre) d'Hector Berlioz ; le 16 janvier 1893 de Werther (Albert) de Jules Massenet ; le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Garrido) de Jules Massenet. A chanté en outre Carmen (Escamillo), le Déserteur (Courchemin), Don Juan (don Juan), Joseph (Jacob), Manon (Comte Des Grieux), Mireille (Ourrias), le Pardon de Ploërmel (Hoel), les Pêcheurs de perles (Zurga), Philémon et Baucis (Jupiter), Richard Cœur de Lion (Blondel). En 1883, il avait créé aux Folies Dramatiques François les Bas Bleus. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra) au Conservatoire de Paris (1905-1911).

"Elève du Conservatoire, chanta d'abord le grand répertoire à l'étranger. A Paris, il débuta aux Folies-Dramatiques, dans Fanfan la Tulipe et François les Bas-bleus et y obtint un succès éclatant. C'est dans Figaro, du Barbier de Séville, qu'il fit son apparition à l'Opéra-Comique ; il fut de la création du Chevalier Jean, du Roi malgré lui et du Roi d'Ys, où il fut surtout remarquable. Il partit à Bruxelles et revint sur notre seconde scène lyrique pour l'Attaque du moulin. Il a créé Guernica ; le général espagnol, dans la Navarraise ; Guillaume, de la Jacquerie ; il avait chanté ce rôle à Monte-Carlo, qui eut la primeur de l'œuvre de Lalo et M. Coquard ; son personnage est vivant et impressionnant. Il a créé le général Claude Rupert, dans la Femme de Claude, et repris Hoël dans le Pardon de Ploërmel. — Voix solide de baryton et beau talent de composition.

Bouvet est aussi peintre distingué. Il expose chaque année au Salon des Champs-Elysées. Un de ses tableaux a été acheté par l'Etat."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

BOUVIER (petit). — Vers 1932, interprète Gianni Schicchi (Ghérardino), Louise (l'Apprenti) et les Noces de Jeannette (Petit-Pierre).

 

BOUVIER Georges. — Débute au Trocadéro le 18 décembre 1939 dans le Barbier de Séville (un Officier). Crée Carmosine (Lyspariano), Cyrano de Bergerac (le Vicomte), Frasquita (Diégo), le 17 février 1935 Gargantua (3e Buveur, le Prieur, Ponocratès) d'Antoine Mariotte, Nèle Dooryn (Doris), Tarass Boulba (un Juif). Est affiché dans Angélique (un Voisin), Une éducation manquée (Pausanias), le Barbier de Séville (un Officier, le Notaire), Carmen (Zuniga, Escamillo), Cavalleria rusticana (Alfio), Frasquita (Aristide), Gianni Schicchi (Marco), le Jongleur de Notre-Dame (Boniface), Manon (Brétigny, Lescaut), Mireille (Ambroise, Ourrias), Madame Butterfly (le Bonze, Scharpless), le Médecin malgré lui (Valère), les Noces de Figaro (Antonio, Figaro), les Pêcheurs de perles (Zurga), Pelléas et Mélisande (un Médecin), le Pré-aux-Clercs (un Archer), Pauvre Matelot (l'Ami), la Reine Fiammette (le Promoteur), Résurrection (Gardien-chef), le Roi malgré lui (Docteur Caylus), le Roi d'Ys (Jahel, Saint Corentin), le Sicilien (Philène), le Sourd (Doliban), la Tosca (Scarpia), la Traviata (d'Orbel), la Bohème (Marcel), Werther (le Bailli, Albert), Quatre-vingt-treize (Lantenac).

 

BOYER Frédéric Hector Louis. — (31.Toulouse, 25 juillet 1849 –). A débuté en 1876.

 

BOYER Pierre Joseph Alexis dit Alexis. — Baryton (34.Cazouls d’Hérault, 03 décembre 1876 – Paris, 1954). Débute le 22 décembre 1900 dans le Maître de Chapelle (Barnabé). Chante Carmen (Moralès), Louise (Peintre, Chansonnier), Manon (de Brétigny).

 

BRAJNICK. — Ténor. Chante entre 1954 et 1972.

 

BRAZZI Jean (Jean BUIRET dit). — Ténor (10.Troyes, 30 mai 1936 –). Chante vers 1968-1972.

 

BRÉARD. — Débute en créant la Carmélite (un Soldat) le 16 décembre 1902.

 

BRÉGY Victor. — Ténor (Kiev, 03 septembre 1903 – 20 mai 1976). Débute dans Lakmé (Gérald) le 09 octobre 1931. Chante également Manon (Des Grieux) et Werther (Werther).

 

BROWNLEE John. — Baryton (Geelong, Australie, 07 janvier 1900 – New York, 12 janvier 1969). Débute dans la Tosca (Scarpia) le 10 janvier 1934. Chante le Roi d'Ys (Karnac) et les Pêcheurs de perles (Zurga).

 

BRUN. — A débuté le 15 mai 1900 dans Joseph (Judas). A créé le Carillonneur (le Vieux), la Carmélite (un Soldat), le Cloître (un Moine), la Danseuse de Pompéi (le Centurion), la Fille de Tabarin (un Buveur) ; le 26 avril 1911 la Jota (2e Carliste) de Raoul Laparra ; Mârouf (un Mameluck) ; le 07 décembre 1921 Dans l'Ombre de la Cathédrale (un Chanoine) de Georges Hüe ; On ne badine pas avec l'Amour (un Ivrogne), Résurrection (un Paysan), Sanga (André), Solange (un Révolutionnaire), la Sorcière (Torillo), la Tosca (Sciarrone). A été affiché dans Alceste (l'oracle), la Basoche (un Officier, le Veilleur de nuit, le Chancelier), Ariane et Barbe-Bleue (un Paysan), Carmen (Moralès), Cendrillon (le Premier Ministre) de Massenet, les Contes d’Hoffmann (Luther), les Armaillis (Vieux Domestique), la Fille de Madame Angot (Guillaume), la Fille du Régiment (un Caporal), la Flûte enchantée (un Esclave), Louise (2e Philosophe), Madame Butterfly (Yakusidé), Manon (l'Hôtelier, le Portier, un Garde), Mignon (Jarno), Mireille (Ambroise, le Passeur), Paillasse (un Paysan), la Reine Fiammette (le Promoteur), le Roi d'Ys (Jahel), la Tosca (le Geôlier, Sciarrone), la Traviata (le Baron, le Marquis). Il a participé à la première le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Ivrogne) de Jules Massenet.

 

BRUNSWACK. — Débute dans Louise (l'Apprenti) le 04 septembre 1923.

 

BUCK Henry. — Débute dans Carmen (le Rémendado) le 21 juin 1937. Crée Ariane à Naxos (un Perruquier), Comme ils s'aiment (un Invité), la Gageure Imprévue (Lafleur), Mon oncle Benjamin (le Maître d'école). Est affiché dans Angélique (un Voisin), le Barbier de Séville (l'Alcade, le Notaire), la Basoche (le Grand-Prévôt), le Bourgeois de Falaise (Champagne), Mignon (Frédéric, Laerte), les Contes d’Hoffmann (Andrès, etc.), l’École des Maris (le Commissaire), l’Enlèvement au Sérail (le Muet), Gargantua (Capitaine Grandgousier), Gianni Schicchi (Ghérardo), Ginevra (Grimaldi), la Habanera (2e Compère ; un Fiancé aragonais), Lakmé (Hadji), Louise (Poète), Madame Butterfly (Goro), Manon (Guillot), Masques et Bergamasques (Gilles), le Médecin malgré lui (Maître Robert), Mignon (Frédéric), les Noces de Figaro (Doublemain), la Tosca (Spoletta, Sciarrone), la Traviata (un Domestique), la Bohème (Saint-Phar), Werther (Schmidt).

 

BURDINO André. — Ténor. Débute le 06 février 1925 dans Carmen (don José). Chante Julien (Julien), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), les Pêcheurs de perles (Nadir), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), Lakmé (Gérald), les Contes d’Hoffmann (Hoffmann), la Bohème (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

BURKE Thomas Aspinall dit Tom. — Ténor (Leigh, Lancashire, 02 mars 1890 – 13 septembre 1969). Débute le 04 juin 1928 dans la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

BURLES Charles. — Ténor (13.Marseille, 21 juin 1936 –). Engagé en 1970. Chante le Barbier de Séville ; Mireille (Vincent) ; Don Pasquale (Ernesto).

 

BUSSAC. — A créé le 06 décembre 1886 Egmont (Mendez) de Gaston Salvayre ; le 07 mai 1888 le Roi d'Ys (Jahel) d'Edouard Lalo.

 

BUSSINE Prosper Alphonse. — (Paris, 22 septembre 1821 – Paris, 22 janvier 1881). Frère de Romain Bussine. Débute le 10 décembre 1845 dans Jean de Paris (le Sénéchal). En 1855, il habitait 22 rue d'Austerlitz à Paris.

« Elève de Garcia, lauréat de 1846, avant de devenir un excellent musicien, Bussine a été un excellent ébéniste. Aussi a-t-il gardé quelque chose de l'ouvrier sous l'artiste. Nous ne disons pas précisément qu'il rabote un rôle comme on rabote une planche ; mais, comédien exact et exécutant plein de propreté, il a la science, il a la voix, il a le style : aura-t-il jamais le feu sacré ?

Quelle délicieuse voix de baryton ! une voix à fleur de lèvres, comme disent les Italiens, timbrée, suave, agile ; la seule ce théâtre — et sans doute en France — qui puisse se mesurer avec les rôles exceptionnels écrits pour Martin.

Le Sage Alidor de Cendrillon fut un de ses premiers rôles de début. Il s'y montra si raide, si guindé, si empêtré, qu'il semblait qu'on vit sur la scène un des Pharaons embaumés promenant une pyramide d'Egypte. Sur l'observation que lui en fit son professeur : « Monsieur Garcia, dit gravement Bussine, je représente un savant, un sage. »

— Mais sacrebleu ! s'écria le maître, avec cette violence héréditaire qui le caractérise, un savant n'est pas un âne empaillé !

Bussine gagne 18.000 francs par an ; son engagement est de deux années.

La fiancée. — la Fête du Village voisin. — la Chanteuse voilée. — les Voitures versées. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

BUSSONNET Roger. — Baryton (18 mars 1911 – 28 février 1981). Débute dans le Jongleur de Notre-Dame (le Moine peintre) le 17 janvier 1942. Chante Carmen (Moralès), Lakmé (Frédéric), Fragonard (Hubert-Robert), Manon (Brétigny, Lescaut), le Médecin malgré lui (Valère), les Noces de Figaro (Figaro), la Bohème (Marcel), le Barbier de Séville (Figaro), Ginevra (Doria) et Werther (Albert).

 

BUSSY Max. — Débute dans Madame Butterfly (Pinkerton), le 07 juillet 1922. Crée Pépita Jimenez (don Luis) et Polyphème (Nicias). Chante Fortunio (Fortunio), la Lépreuse (Ervoanik), Manon (Des Grieux), la Tosca (Cavaradossi), le Roi d'Ys (Mylio) et Werther (Werther).

 

CABALET. — Baryton. Débute vers 1889.

 

CABANEL Jean Paul dit Paul. — Basse (Oran, Algérie, 29 juin 1891 – Paris, 05 novembre 1958). Débute le 18 janvier 1932 dans la Tosca (Scarpia). Chante Carmen (Escamillo), le Barbier de Séville (Bazile), Louise (le Père), Manon (le Comte Des Grieux), Mignon (Lothario), Nele Dooryn (Père Fredaels), les Noces de Figaro (Figaro), Paillasse (Tonio), Lakmé (Nilakantha), la Bohème (Colline) et les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.). Il tint une classe d'opéra au Conservatoire de Paris de 1942 à 1958.

 

CABEL Edmond. — Ténor. Débute en 1856. => biographie

 

CADAYÉ Jean (Jean Jacques CAPDAZÉ dit). — Basse (31.Toulouse, 11 juillet 1890 –). Débute le 07 décembre 1919 dans Mireille (Ramon). Est le créateur de Lorenzaccio (Giono le Hongrois). A chanté les Amoureux de Catherine (Rebstock), le Chalet (Max), les Contes d’Hoffmann (Luther), Fortunio (Guillaume), Louise (le Bricoleur), Madame Butterfly (le Bonze), Mârouf (le Vizir), la Tosca (le Sacristain), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Benoît), Werther (le Bailli), le Roi d'Ys (Saint-Corentin) et Manon (le Comte).

 

CADIOU Michel. — Ténor. Débute le 29 octobre 1958. => biographie

 

CAILLOT Joseph. — Baryton. Débute le 01 février 1762. => biographie

 

CAISSO Ferdinand Victor dit Victor. — Ténor (78.Saint-Germain-en-Laye, 24 octobre 1846 –). A débuté le 01 décembre 1875 dans le Val d'Andorre (Saturnin).

 

CALÈS Claude (Jean-Claude CALESTRÉMÉ dit). — Baryton (47.Saint-Sylvestre-sur-Lot, 20 avril 1934 ). Epouse Michèle Claverie. Engagé en octobre 1961. Crée le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

CAMARGO. — Ténor ( Campinas, Brésil, 16 octobre 1931). Débute le 19 juin 1922 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

CAMBON Marius Emmanuel dit Charles. — Baryton (34.Florensac, 03 mai 1892 – Paris, 15 septembre 1965). Débute le 04 décembre 1945 dans les Pêcheurs de perles (Zurga).

 

CAMBOT Henri. — Basse (Sainte-Colonne, Basses-Pyrénées, 01 octobre 1856 ). A débuté le 05 décembre 1884 dans Roméo et Juliette (le Duc). A créé le 06 décembre 1886 Egmont (Vansen) de Gaston Salvayre.

 

CAMERANI Barthélemy-André. — Acteur (1735 - 22 avril 1816). Débute en mai 1767.

 

CAMY. — Crée George Dandin (Collin) le 19 mars 1930.

 

CANAPLE Jean-Baptiste-Bazille. — Basse (80.Demuin, 15 février 1808 Paris, 04 août 1863). Débute le 23 février 1831 dans le Nouveau seigneur de village (Frontin).

 

CAPITAINE Jean Léo Alexandre Maurice dit Maurice. — Ténor (64.Bayonne, 12 décembre 1885 –). Débute le 22 octobre 1911 dans le Voile du Bonheur (Tou-Fou). Crée Julien (un Bûcheron, un Bohème, un Camarade). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Carmen (don José), Fortunio (Fortunio), Lakmé (Gérald), Louise (le Noctambule), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Pardon de Ploërmel (Corentin), la Bohème (Rodolphe) et Werther (Werther).

 

CAPOUL Joseph Amédée Victor dit Victor. — Ténor (31.Toulouse, 27 février 1839 32.Pujaudran, 18 février 1924). Débute le 26 août 1861 le Chalet (Daniel). Crée le 03 avril 1867 la Grand'Tante (le Comte Guy de Kerdrel) de Jules Massenet ; le Premier jour de bonheur d'Esprit Auber ; Vert-Vert de Jacques Offenbach ; la Déesse et le berger. Il fut directeur du Conservatoire de New York, puis directeur de la scène à l'Opéra de Paris de 1901 à 1907. Par ailleurs, il créa Paul et Virginie au Théâtre-Lyrique de la Gaîté (1876), Saïs à la Renaissance (1881), Jocelyn au Théâtre du Château-d'Eau (1888). On lui doit le livret du Clown d'Isaac de Camondo.

(Ce fut un grand ténor de demi-caractère à la voix chaude et ensoleillée. Il débuta en 1861 à l'Opéra-Comique et devint très vite une idole de la salle Favart. En 1871, est engagé au Drury Lane de Londres. L'année suivante, au Théâtre-Italien de Paris, il triomphe dans Martha, la Somnambule et Rigoletto. En 1873 il prend la direction du Conservatoire de New York. Il revient à Paris en 1876 pour créer Paul et Virginie à la Gaîté-Lyrique et diriger les saisons françaises de la salle Ventadour où il crée Roméo dans les Amants de Vérone. Il paraît au Covent Garden de 1877 à 1879 et au Metropolitan Opera de New York à partir de 1883. En 1888, il est au théâtre du Château-d'Eau le créateur de Jocelyn. Candidat malheureux à la direction de l'Opéra-Comique en 1898, il occupera au palais Garnier (où il ne fut pourtant jamais affiché) le poste de directeur de la scène.)

 

CARBONNE Raymond Jean Baptiste Ernest dit Ernest. — Ténor (31.Toulouse, 30 juillet 1866 –). Débute dans les Dragons de Villars (Silvain) le 15 janvier 1890. A créé le 30 mai 1890 la Basoche (Jehan L'Eveillé) d'André Messager ; le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Pompeo Guasconti) d'Eugène Diaz ; le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (l'Abbé Brigaud) d'André Messager ; le 24 mars 1899 Beaucoup de bruit pour rien (Borachio) de Paul Puget ; la Carmélite (Baudrillet), Intermezzo, Fidelio (Jaquinot), le Juif Polonais (Docteur Nickel), le Légataire Universel (Eraste), Louise (Noctambule), les Pêcheurs de Saint-Jean (Marc), la Reine Fiammette (Castiglione), le Violoneux (Pierre). Il a participé aux premières : le 03 octobre 1895 de la Navarraise (Ramon) de Jules Massenet ; le 10 mai 1904 du Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète) de Jules Massenet ; du Vaisseau Fantôme (le Pilote) de Richard Wagner. A été affiché à partir de 1900 dans Alceste (Evandre), le Barbier de Séville (Almaviva), Bastien et Bastienne (Bastien), le Caïd (Birotteau), la Dame Blanche (Dickson), le Chalet (Daniel), le Domino Noir (Horace), Falstaff (Fenton), la Fille du Régiment (Tonio), Fra Diavolo (Lorenzo), l’Irato (Lysandre), Mignon (Laerte, Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), l'Ouragan (Landry), Muguette (Lionel), la Navarraise (Ramon), Phryné (Nicias), le Roi l'a dit (Benoît), le Toréador (Tricolin), la Traviata (le Vicomte). En 1906, a été nommé régisseur général et directeur de la scène de l'Opéra-Comique.

"Très agréable ténor ; jolie voix sympathique et flexible. En sortant du Conservatoire, Carbonne débuta à l'Opéra-Comique dans Horace, du Domino noir. Il a créé Pris au piège et le rôle du capitaine de la Navarraise. Joue particulièrement les rôles de Couderc, et a repris avec succès le rôle de Corentin, du Pardon de Ploërmel, créé par Sainte-Foy. Il a repris le rôle de Dikson, de la Dame blanche ; a créé celui du timonier, du Vaisseau fantôme." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

CARLE Albert. — Crée Madame Bovary (Médéric) le 01 juin 1951.

 

CARLIN (Carlo Antonio BERTINAZZI dit). — Acteur (02 décembre 1710 06 septembre 1783). Jouait les Arlequins à la Comédie-Italienne du 10 avril 1741 à 1762. Joua à l'Opéra-Comique du 10 avril 1762 à 1783.

 

CARLOT Jules Henri Auguste. — Ténor (Ath, Belgique, 22 août 1816 ). Il chanta également à l'Opéra, où il débuta le 31 mai 1841.

 

CARPENTIER Marcel. — En représentation, crée les Brigands (Torrido) le 13 juin 1931.

 

CARREL. — Ténor. Créé le 05 mai 1896 le Chevalier d'Harmental (Jean Gargouille) d'André Messager.

 

CARROUL Louis Henri Quentin. — Baryton (82.Montauban, 02 novembre 1851 ). A débuté le 18 octobre 1879 dans Roméo et Juliette (le Duc). Chante Carmen (Escamillo).

 

 

 

Louis Henri Quentin Carroul

 

 

CARTIER Jean-Louis. — Crée Madame Bovary (Binet et le Capitaine des Pompiers) le 01 juin 1951.

 

CARVALHO Léon (Arthur Léon CARVAILLE dit). — Basse (Port-Louis, île Maurice, 18 janvier 1825 Paris, 29 décembre 1897). Epouse en 1853 la cantatrice Mme Miolan-Carvalho. Père de Henri Carvalho (épouse Mlle Chéronnet ; parents d'André Carvalho [– Lausanne, août 1892]). Il débuta à l'Opéra-Comique le 02 juin 1849 dans Gilles ravisseur (Scapin), puis devint directeur du Théâtre-Lyrique (1856-1875), du Théâtre du Caire, du Vaudeville à Paris, et de l'Opéra-Comique (1876-1887, 1891-1897). Il avait chanté également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire le 23 décembre 1851). En 1855, il habitait 2 rue de Provence à Paris.

(Il débuta comme basse chantante le 2 juin 1849 à l'Opéra-Comique ,et y resta cinq ans avant de prendre la direction du Théâtre-Lyrique, en 1855. En 1870, il devint surintendant du Théâtre Khédival au Caire et organisa ainsi la création mondiale d'Aida en 1871. Revenu à Paris, il prit en 1872 la direction du Vaudeville où il créa l'Arlésienne avec la musique de scène de Bizet. Nommé en 1875 assistant du directeur de l'Opéra, il inaugura le palais Garnier, et en 1876 se vit confier la direction de l'Opéra-Comique qu'il dut abandonner au lendemain de l'incendie du théâtre en 1887. Acquitté en 1891, il reprit son poste directorial jusqu'à sa mort. Ce fut un excellent administrateur, un metteur en scène habile et un directeur avisé. C'est lui qui, travaillant évidemment à son compte, prit le risque de créer des ouvrages français comme la Reine Topaze, le Médecin malgré lui, Faust, les Troyens à Carthage, Mireille, Roméo et Juliette, Manon, Lakmé, la Basoche, l'Attaque du Moulin, les Contes d'Hoffmann.)

« Carvalho est un jeune artiste qui laisse soupçonner parfois au public une voix de basse bonne à entendre. Un engagement sur le point d'expirer : 7.000 fr. » (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

« Né en 1825 aux Colonies, figure d'abord dans le personnel chantant de l'Opéra-Comique ; épouse, en 1853, Mlle Miolan et se trouve, en 1856, premier créancier du Théâtre-Lyrique, dont il obtient le privilège. Il succède, en 1862, comme directeur de cette scène, à M. Rety, et prend, en outre, en 1868, la direction de la salle Ventadour.

Mais ces deux directions étant trop lourdes pour lui seul, il est forcé d'abandonner le Théâtre-Lyrique, et devient, en 1872, directeur du Vaudeville. Il est, ensuite, en1874, nommé directeur de la scène à l'Opéra, puis succède à M. du Locle, à l'Opéra-Comique.

Il a récemment monté à ce théâtre les Contes d'Hoffmann d'Offenbach, et a su grouper autour de lui de nombreux et excellents artistes. »

(Journal spécial du Théâtre de l’Opéra-Comique, 17 décembre 1881)

 

CASIMIR. — Débute vers 1825.

 

CASSEL. — Débute le 27 avril 1822 dans Gulistan.

 

CATHELAT Georges. — Ténor. Débute le 17 mars 1932. => biographie

 

CAUJOLLE Jean. — Débute le 30 avril 1949 dans Cavalleria rusticana (Torrido).

 

CAUSSADE Louis Elie. — (94.Vincennes, 20 mars 1837 ). Débute en 1859.

 

CAVÉ. — Débute le 13 juin 1826 dans l'Opéra-Comique (Armand) et Un jour à Paris (Saint-Romain).

 

CAZEAUX. — Débute le 16 septembre 1904 dans la Traviata (le Baron). Chante Manon (l'Hôtelier), Mireille (Ourrias), la Traviata (le Marquis), Cavalleria rusticana (Alfio).

 

CAZENAVE Guy. — Ténor. Débute dans la Tosca (Mario Cavaradossi) le 03 juillet 1928. Chante également Paillasse (Canio).

 

CAZENEUVE Pierre Antoine Ernest dit Maurice. — Ténor (75017.Paris, 12 janvier 1861 – mort pour la France, 55.Vauquois, 06 avril 1915). Débute le 06 août 1900 dans Mignon (Laerte). Crée les Armaillis (le Musicien), la Carmélite (le Duc), Céleste (Garenne), la Chambre Bleue (Prémaillac), le Chemineau (Martin), le Clos (Blaizot), la Coupe enchantée (Thibaut), la Fille de Tabarin (de la Roche-Posay) ; le 05 juin 1907 Fortunio (Subtil) d'André Messager ; l’Heure espagnole (Torquemada) ; le 26 avril 1911 la Jota (Charampla) de Raoul Laparra ; Julien (le Sonneur), Léone (Massino), Madame Butterfly (Goro), le 25 février 1914 la Marchande d'allumettes (premier Apache) de Tiarko Richepin, le Mariage de Télémaque (Styrax), Mârouf (un Marchand) ; le 07 novembre 1905 Miarka (le Maire) d'Alexandre Georges ; Muguette (Peter Pott), On ne badine pas avec l'Amour (le Baron), Paillasse (Beppe), Snegourotchka (Boby Bakoula), Solange (Germain), la Sorcière (Arias), la Troupe Jolicœur (Jolicœur) ; le 26 avril 1911 le Voile du bonheur (Tchao) de Charles Pons. Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (le Duc) de Jules Massenet. Est affiché en outre dans Alceste (Evandre), Aphrodite (Philodème), les Amoureux de Catherine (Heinrich), la Basoche (Léveillé), la Cigale (Garçon de recette), le Caïd (Birotteau), Carmen (le Dancaïre), le Chalet (Daniel), le Chemineau (Toinet), la Dame Blanche (Dickson), le Domino noir (Juliano), les Dragons de Villars (Silvain), Falstaff (Docteur Caïus), la Fille du régiment (Tonio), la Flûte enchantée (Monostatos), Galathée (Ganymède), la Habanéra (1er compère, 2e aveugle), le Jongleur de Notre-Dame (un Moine poète), le Légataire Universel (Eraste), Louise (Noctambule), Manon (Brétigny, Guillot), Marie-Magdeleine (un Disciple), la Navarraise (Ramon), Philémon et Baucis (Philémon), la Reine Fiammette (Daniélo), Rose et Colas (Colas), le Portrait de Manon (Tiberge), Sapho (la Borderie), la Tosca (Spoletta), la Traviata (le Vicomte), le Vaisseau fantôme (Pilote), la Vivandière (André), Zampa (Daniel). Engagé volontaire en 1914 au 46e R. I., est tombé au champ d'honneur en Argonne.

 

 

 

Maurice Cazeneuve en 1907

 

 

CAZETTE Louis (Victor Louis Camille PÉAULT dit). — Ténor (44.Nantes, 09 décembre 1887 – Paris, 30 avril 1922). Débute le 14 juin 1919 dans Louise (Noctambule). Crée Gismonda (Tibério), Lorenzaccio (Tébaldo), Masques et Bergamasques, le Sauteriot (Montreur d'ours). A été affiché dans Cosi fan tutte (Fernand), Don Juan (Ottavio), Lakmé (Gérald), Madame Butterfly (Pinkerton), Manon (Des Grieux), le Mariage de Télémaque (Télémaque), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent) et la Rôtisserie de la Reine Pédauque (d'Anquetil). Il est mort des suites d'une piqûre au doigt.

 

CÉCIL Georges. — Débute le 09 octobre 1946 dans Louise (le Noctambule). Chante la Bohème (Rodolphe).

 

CELLIER. — Crée le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Germain) d'Henri Montan Berton.

 

CHAIX François Amédée. — Basse-taille (84.Orange, 30 septembre 1820 Rio de Janeiro, 1850). Débute en septembre 1844 dans l'Eau merveilleuse (Tartaglia). Chante également aux Concerts du Conservatoire (aspirant le 30 décembre 1841 ; sociétaire du 27 novembre 1845 au 11 avril 1848). Il est mort du choléra.

 

CHALIAPINE Feodor. — Basse russe. Débute le 02 décembre 1931. => biographie

 

CHALLET. — Basse. A débuté en 1892. Participe à la première le 24 avril 1893 des Pêcheurs de perles (Nourabad) de Georges Bizet.

 

CHALMIN Victor. — Basse (1862 – 24 février 1922). Débute dans Werther (le Bailli) le 14 novembre 1903. Crée le Secret de Maître Cornille (Cantagreil). Il a participé à la première le 23 mai 1905 de Chérubin (le Baron) de Jules Massenet, qu'il avait créé le 14 février 1905 à l'Opéra de Monte-Carlo. Chante le Barbier de Séville (Bartholo), le Domino Noir (Gil Pérez), la Fille du Régiment (Sulpice), Mireille (Ramon), la Bohème (Benoît), la Vivandière (la Balafre), Maître Wolfram (Wilhem), Mignon (Lothario), le Toréador (don Belfort).

 

CHAMLEE Mario (Archer CHOLMONDELEY dit). — Ténor américain (Los Angeles, 29 mai 1892 – Hollywood, 13 novembre 1966). Débute le 11 avril 1929 dans Manon (Des Grieux).

 

CHAMPVILLE (Gabriel-Eléonor-Hervé DUBUS dit SOLI ou). — Joua les seconds valets et les paysans à la Comédie-Italienne de 1749 à 1762. Joue à l'Opéra-Comique de 1762 à 1769.

 

CHANTAL. — Joue Louise (l'Apprenti) en 1929.

 

CHAPRON. — En 1855, il faisait partie de la troupe. En 1855, il habitait 27 rue Louis-le-Grand à Paris.

 

CHAPUIS Gérard François dit Gérard. — Basse (69.Lyon, 21 octobre 1931 ). Engagé à la RTLN en 1956. Chante, à la salle Favart, le Barbier de Séville (Basile), les Pêcheurs de perles (Nourabad), les Contes d'Hoffmann (Lindorf), les Noces de Figaro (Bartholo), Lulu (le Dompteur), le Roi l'a dit, la Chauve-Souris, la Fille du Far-West. Créé le 22 juin 1962 Princesse Pauline d'Henri Tomasi ; le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage de Gian Carlo Menotti.

 

CHARBONNIER. — Crée Frasquita (un Gendarme) le 03 mai 1933.

 

CHARDEY. — Crée le Couronnement de Poppée (Mercure) le 23 décembre 1937.

 

CHARDY Henry. — Ténor. Débute le 25 janvier 1906 dans Fidelio (un Prisonnier). Chante le Barbier de Séville (Almaviva), le Jongleur de Notre-Dame (un ivrogne), Louise (Marchand d'habits). Il a participé à la première de la version scénique de Marie-Magdeleine (Philippe) de Massenet le 12 avril 1906.

 

CHARELLI (Auguste Napoléon LARCHER dit). — Ténor (1839 – ap.1906). A chanté en 1876-1877.

 

CHARLES-PAUL. — Baryton-basse (13.Marseille, 29 juin 1903 – 10 octobre 1985). Débute le 19 janvier 1933 dans Cavalleria rusticana (Alfio). Est affiché dans Carmen (Zuniga), les Contes d’Hoffmann (Hermann, Schlemil), Frasquita (un Soupeur), Ginevra (Ambroglio), Mireille (Ourrias), les Noces de Figaro (Almaviva), Paillasse (Sylvio), les Pêcheurs de perles (Zurga), Tarass Boulba (Yégor), la Tosca (Scarpia), le Roi d'Ys (Jahel).

 

CHARLESKY. — Ténor. Débute le 29 juillet 1923. => biographie

 

CHARTREL Hippolyte Louis. — Baryton (80.Heilly, 05 août 1815 31.Toulouse, 1841). Débute le 20 avril 1839 dans le Chalet (Max). Chante également aux Concerts du Conservatoire (sociétaire du 28 octobre 1838 à 1839).

 

CHASTENET Edmond. — Ténor (23 janvier 1904 – 27 mai 1973). Débute le 26 novembre 1939 dans la Tosca (Mario Cavaradossi). Chante Carmen (don José), Cavalleria rusticana (Torrido), Ginevra (Barnabé) et crée Nèle Dooryn (le Matelot).

 

CHAUVET Guy. — Ténor (03.Montluçon, 02 octobre 1933 – 25 mars 2007). Débute en 1960. Chante Paillasse (Canio) et la Tosca (Mario Cavaradossi).

 

CHELLI (Jean François Marie Joseph Louis CHELLE dit). — (31.Toulouse, 18 mars 1845 ). Débute le 10 mai 1870 dans la Fille du régiment (Tonio).

 

CHENARD Simon. — Basse-taille (89.Auxerre, 20 mars 1758 1832). Il avait chanté à l'Opéra où il avait débuté en 1782. Débute en 1783 et prend sa retraite de l'Opéra-Comique en 1822. Crée le 15 mars 1797 Ponce de Léon (Caffardo) d'Henri Montan Berton ; le 21 janvier 1801 le Grand deuil (Leblanc) d'Henri Montan Berton ; le 31 mai 1802 le Concert interrompu (Renwal) d'Henri Montan Berton ; le 14 juillet 1806 les Maris garçons (Dugrand) d'Henri Montan Berton ; le 13 septembre 1813 Valentin (Simon) d'Henri Montan Berton.

 

CHENEVIÈRE. — Ténor. A débuté en 1877.

 

CHÉRY Yvon. — Régisseur, débute au pied levé le 11 novembre 1951 dans Manon (un Garde).

 

CHESNEL Jean. — Baryton (Paris, 17 février 1915 ). Débute le 06 octobre 1946 dans le Roi malgré lui (Henri de Valois). Crée le Oui des Jeunes Filles (don Pedro). Chante l'Étoile (Hérisson), Madame Butterfly (Scharpless), Masques et Bergamasques, Pelléas et Mélisande (Pelléas), Vol de nuit (Robineau, 1960), Werther (Albert).

 

CHEVALIER Jean Henri. — Ténor (Paris, 13 février 1875 –). Débute dans Mireille (Vincent) le 03 septembre 1904. Chante Lakmé (Hadji), Mignon (Wilhelm Meister), Sœur de Jocrisse (Jocrisse), la Traviata (le Vicomte), la Vivandière (André).

 

CHOLLET Jean-Baptiste. — Ténor. Débute le 23 mars 1825. => biographie

 

CIAVARELLI Alexandre. — Acteur (– 12 juin 1774). Joua les Scapins à la Comédie-Italienne du 02 septembre 1739 à 1769.

 

CLAIRVAL (Jean-Baptiste GUIGNARD dit). — Ténor (91.Etampes, 07 novembre 1735 – Paris, 1795). Débute en 1758. Il créa en 1771 Zémire et Azor de Grétry au Palais de Fontainebleau, et Richard Cœur de Lion (Blondel) de Grétry. Il fut surnommé le "roi de l'Opéra-Comique". Il se retira de la scène en juin 1792.

(Fils d'un perruquier, il prit très jeune une part active aux divertissements des seigneurs qui jouaient la comédie au château de Bourgneuf, près d'Étampes. Envoyé à Paris apprendre le métier paternel, il préféra développer ses dispositions naturelles pour le théâtre et débuta à la foire Saint-Germain. Habile et élégant comédien, il réussit fort bien malgré une voix assez discrète et quelque peu chevrotante. Il devint un précieux collaborateur du ménage Favart et, à l'Hôtel de Bourgogne comme plus tard à l'Opéra-Comique, les rôles qu'il créa furent aussi nombreux que ses aventures galantes. Parmi ses nombreux succès on doit signaler l'Amant jaloux, Aucassin et Nicolette, le Déserteur, Zémire et Azor, Richard Cœur de Lion, le Tableau parlant.)

 

CLARENCE. — Baryton. Chante Lakmé (Nilakantha), rôle de ses débuts, le 06 novembre 1899.

 

CLASENS. — Crée Louise (Marchand d'habits) le 02 février 1900 et la Fille de Tabarin (un Mendiant) le 20 février 1901. Chante Joseph (Lévy) et Proserpine (Filippo).

 

CLAUDE-GOT (Paul André Claude GOT dit). — Baryton-basse (Paris, 22 décembre 1906 –). Débute le 05 septembre 1931 dans Manon (le Comte Des Grieux). Est le créateur, salle Favart, de Tarass Boulba (Tarass Boulba). A été affiché dans le Barbier de Séville (Bazile), Carmen (Zuniga), le Juif Polonais (Mathis), Don Quichotte (don Quichotte), les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Bricoleur, le Père), Mireille (Ramon), Pelléas et Mélisande (Arkel), la Bohème (Colline) et la Tosca (Scarpia).

 

CLAUDE-JEAN. — Débute le 28 novembre 1920 dans Cavalleria rusticana (Torrido). Chante Carmen (don José), Gismonda (Almério), Louise (le Noctambule), Manon (Des Grieux), Paillasse (Canio) et le Roi Candaule (Gysès).

 

CLAUDEL Marcel. — Ténor (Charleroi, Belgique, 1902 –). Débute dans la Bohème (Rodolphe) le 06 mai 1928. Crée Cantegril (Boucabel), la Fiancée vendue (Yénik), George Dandin (Clitandre) et reprend le Mariage Secret (Paolino). Est affiché dans le Barbier de Séville (Almaviva), Lakmé (Gérald), la Dame Blanche (Georges), Frasquita (Armand), le Jongleur de Notre-Dame (Jean), le Juif Polonais (Christian), Mignon (Wilhelm Meister), Mireille (Vincent), le Pré-aux-Clercs (Mergy), le Roi malgré lui (Comte de Nangis), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), le Sicilien (Adraste), les Voitures versées (Armand).

 

CLAVENSY Charles (Charles CLAVERIE dit). — Basse (65.Lourdes, 04 juin 1914 22 juin 1980). Frère de Jean Claverie, basse. Débute le 04 février 1939 dans Mireille (Ramon). Est affiché dans Ariane à Naxos (Maître de musique), le Barbier de Séville (Bartholo), Carmen (Zuniga), le Chemineau (Thomas), les Contes d’Hoffmann (Coppélius), Ginevra (Guido), Grisélidis (Prieur), l’Heure espagnole (Inigo), Lakmé (Nilakantha), la Lépreuse (le Prêtre), Manon (le Comte), Mignon (Lothario), les Noces de Figaro (Bartholo), Pauvre Matelot (Beau-père), Pelléas et Mélisande (Arkel), le Rêve (Hubert), le Sicilien (Philène), la Traviata (le Docteur), la Bohème (Schaunard, Colline), Werther (Brühlmann, Johann), Cosi fan tutte (don Alphonse), Gargantua (le Prieur, Tyravant), Mireille (Ambroise), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur). Reprend l'Enfant et Sortilèges (l'Arbre, le Fauteuil). Crée Madame Bovary (Rouault) ; le 21 octobre 1963 le Dernier Sauvage (le Maharadja) de Gian Carlo Menotti.

 

CLAVÈRE Marcel. — Baryton (34.Servian, 23 juin 1900 ). Débute dans la Traviata (d'Orbel) le 28 décembre 1947.

 

CLAVERIE Jean Lucien Godefroy dit Jean. — Basse (65.Lourdes, 08 novembre 1902 – Paris, 04 novembre 1963). Frère de Charles Clavensy, basse. Père de Michèle Claverie, cantatrice. Débute dans l'Enlèvement au Sérail (Osmin) le 06 décembre 1941. Crée la Farce de Maître Pathelin (le Drapier). Chante Carmen (Escamillo), Lakmé (Nilakantha), Mireille (Ramon), la Traviata (d'Orbel).

 

CLAYES. — A débuté en 1894.

 

CLÉMENT Frédéric Jean Edmond dit Edmond. — Ténor (75001.Paris, 28 mars 1867 – 06.Nice, 23 février 1928). Débute le 29 novembre 1889 dans Mireille (Vincent). Est le créateur le 03 décembre 1890 de Benvenuto (Andrea) d'Eugène Diaz ; le 24 mars 1899 Beaucoup de bruit pour rien (Bénédict) de Paul Puget ; la Cabrera (Pédrito), le Clos (Simon), Don Juan (Ottavio), Don Pasquale (Ernesto), Falstaff (Fenton), Hélène (Pâris), le Juif Polonais (Christian), Madame Butterfly (Pinkerton), Phryné (Nicias), la Vivandière (Georges). Participe à la première le 09 juin 1892 des Troyens à Carthage (Hylas) d'Hector Berlioz ; le 19 mai 1911 à celle de Thérèse (Armand) de Jules Massenet, qu'il avait créé à Monte-Carlo. Est en outre affiché dans les Amoureux de Catherine (Heinrich), le Barbier de Séville (Almaviva), la Basoche, (Clément Marot), Carmen (don José), le Chalet (Daniel), la Dame blanche (Georges), la Fille du Régiment (Tonio), la Flûte enchantée (Tamino), Fra Diavolo (Fra Diavolo), Lakmé (Gérald), Manon (Des Grieux), Mignon (Wilhelm Meister), Philémon et Baucis (Philémon), Proserpine (Sabastiano), la Reine Fiammette (Daniélo), le Roi d’Ys (Mylio), la Tosca (Mario Cavaradossi), la Traviata (Rodolphe), la Bohème (Rodolphe), Werther (Werther).

"Fils de chanteur, eut la chance d'entrer dans la carrière avec un nom déjà connu. Au Conservatoire, il obtint un grand succès au concours de 1889 avec l'air de Lakmé et remporta le premier prix. Son début à l'Opéra-Comique eut lieu dans Mireille : ce jeune artiste ne faiblit pas sous le poids du rôle de Vincent. Très jolie voix, méthode mélangée de Montaubry et de Capoul ; comédien chaleureux et plein d'avenir. Un excellent interprète du répertoire.

Clément a créé Nicias, de la Phryné de Saint-Saëns ; repris avec éclat le rôle créé par Capoul dans Paul et Virginie, et Ottavio, de Don Pasquale ; créé Georges de Rieul, de la Vivandière, et dans Xavière, Landry dont il fait valoir les mélodies. Il a repris avec succès le rôle de Georges Brown, de la Dame blanche, et celui d'Almaviva, du Barbier de Séville, ces deux écueils des ténors légers. Élève de Warot."

(Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

 

Edmond Clément en 1907

 

 

CLÉMENT Willy. — Baryton. Débute le 01 avril 1945. => biographie

 

COBALET Arthur (Jean Arthur COMBALET dit). — Basse (24.Saint-Cyprien, 04 janvier 1855 – 94.Joinville-le-Pont, 18 mai 1901). Débute le 04 décembre 1881 dans le Chalet (Max). Créé le 19 janvier 1884 Manon (le Comte) de Jules Massenet.

 

CŒURIOT Paul Joseph. — (dépt de la Seine, 24 novembre 1787 – 1846). Débute le 01 août 1812.

 

COLALTO-MATTIUZZI Antonio. — Acteur (1717 – 05 juillet 1778). Joua les Pantalons à la Comédie-Italienne du 20 septembre 1759 à 1762.

 

COLLIN Léopold dit Lucien. — Baryton-basse (Paris, 28 mai 1849 –). Joue du cor dans l'orchestre de l'Opéra-Comique, puis débute à ce théâtre en 1875 dans le Pré-aux-Clercs (Girot). Créé le 19 novembre 1878 les Noces de Fernande (un Alcade) de Louis Deffès ; le 19 janvier 1884 Manon (De Brétigny) de Jules Massenet. Chante Carmen (Moralès). Joue à l'Opéra-Comique jusqu'en 1891. On lui doit des mélodies, romances, chansons, etc.

 

COMBE Francis. — Débute le 27 juillet 1923 dans Manon (le Comte Des Grieux). Est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Lindorf, etc.), le Jongleur de Notre-Dame (le Prieur), Lakmé (Nilakantha), Louise (le Père), Paillasse (Tonio), le Roi d'Ys (le Roi) et la Bohème (Colline).

 

COMMINGE. — Crée Angélique (un Voisin). A débuté le 16 janvier 1911 dans Lakmé (le Kouravar).

 

CONLEY Eugene. — Ténor (Lynn, Massachusetts, 12 mars 1908 – Etat du Texas, 17 décembre 1981). Débute le 12 mars 1947 dans la Bohème (Rodolphe). Chante également la Traviata (Rodolphe).

 

COQUELIN cadet (Alexandre Honoré Ernest dit). — Acteur (62.Boulogne-sur-Mer, 16 mai 1848 – 92.Suresnes, 08 février 1909). En représentation, joue dans les Deux Aveugles (Giraffier) (entre 1900 et 1909).

 

CORAZZA Rémy. — Ténor (08.Revin, 16 avril 1933 –). Débute le 09 août 1959 dans Paillasse (Beppe). Chante les Pêcheurs de perles (Nadir) ; le Roi l'a dit (Benoît) ; Lakmé (Gérald) ; le Dernier Sauvage (Kodanda) ; Mignon (Wilhelm) ; Dialogues des Carmélites (le Chevalier) ; Louise (le Pape des fous, le Noctambule) ; Hop Signor ! (Adorne) ; les Contes d'Hoffmann (Hoffmann) ; Vol de Nuit (Pellerin) ; la Traviata (Rodolphe) ; la Bohème (Rodolphe) ; le Conte Ory ; Madame Butterfly (Pinkerton) ; Orphée aux enfers.

 

CORBIÈRE Jean Fulcran Louis Marie. — Baryton (34.Lodève, 13 février 1890 –). Débute le 28 septembre 1912 dans la Tosca (Geôlier). Crée Julien (Garçon de café), Mârouf (Homme de police), la Sorcière (Iberra) et est affiché dans les Contes d’Hoffmann (Luther), Louise (1er Philosophe), Manon (l'Hôtelier, un Garde), Werther (Johann), Zampa (Corsaire).

 

CORNELLIER Joseph Albert dit Albert. — Ténor (Saint-Rémi, Canada, 28 mars 1900 –). A créé la Femme et le Pantin (une voix, un Guide), la Peau de Chagrin (Antonin, de Trailles), Sarati le Terrible (Mostoul, Beppo) et a chanté Béatrice (le Jardinier), Lorenzaccio (Julien Salvati), Louise (Poète, Marchand d'habits), Mignon (Frédéric), la Tosca (Sciarrone), Tristan et Isolde (Pâtre, Matelot), la Vie brève (un Vendeur). A débuté le 14 janvier 1927 dans Paillasse (Beppe).

 

CORNUBERT Pierre Alexandre dit Pierre. — Ténor (Paris, 14 mai 1863 – 1922). A débuté le 30 novembre 1887. A créé le 15 mai 1889 Esclarmonde (un Héraut byzantin) de Jules Massenet. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra) au Conservatoire de Paris (1919-1922).

 

CORPAIT Marius. — Baryton. Débute le 05 mars 1906. => biographie

 

COSSIRA Emile. — Ténor. Débute le 13 décembre 1883. => biographie

 

COTTA Charles. — Baryton (22 septembre 1902 –). Débute le 21 juin 1936 dans Cavalleria rusticana (Alfio). Chante Manon (Lescaut).

 

COUDERC Joseph Antoine Charles dit Charles. — Ténor puis baryton (31.Toulouse, 10 mars 1810 Paris, 1875). Débute le 03 mars 1834 dans le Chalet (Daniel). Rentre en 1844 dans le Chaperon rouge (comte Rodolphe). Crée l'Eclair (Georges) ; l'Ambassadrice (Bénédict) ; le Domino noir (Horace) ; les Diamants de la couronne (don Henriquez) ; le Songe d'une nuit d'été (Shakespeare) ; les Noces de Jeannette (Jean) ; le Voyage en Chine (Pompéry) ; Mignon (Laerte). Il a créé le 01 octobre 1836 le Mauvais œil (Pedro) de Loïsa Puget. Il fut professeur de déclamation lyrique (opéra-comique) au Conservatoire de Paris (1865-1875). En 1855, il habitait 20 boulevard des Italiens à Paris.

(Élève de Nourrit, il débuta à l'Opéra-Comique en 1834. Hormis une période de huit ans qu'il passa en province, en Belgique et à Londres, il resta fidèle à l'Opéra-Comique dont il sera un des plus brillants pensionnaires. En trente ans de présence il y chanta plus de 70 rôles. En 1865, il fut nommé professeur au Conservatoire. Malade durant le siège de Paris sous l'uniforme de garde national, il ne put reprendre son activité.)

« Les vrais artistes ressemblent à un vin généreux : le temps les mûrit, mais il ne les vieillit pas. — Après avoir été pendant dix ans un très agréable ténor et un charmant amoureux, Couderc revient au théâtre de ses premiers succès, et c'est toujours un comédien d'un talent merveilleusement souple, tour à tour noble ou trivial, triste ou gai. Hier, vous battiez des mains à Daniel, au cousin de l'Éclair, à Horace de Massanna, à don Henrique de Sandoval ? — Eh bien ! applaudissez aujourd'hui Jean, Coquerel et Shakespeare, — car, croyez-le-bien, ces diverses créations se valent.

Couderc est le seul des artistes parisiens qui n'ait pas d'engagement signé ; il donne sa parole comme un gentilhomme ; cela suffit : confiant dans cette loyauté proverbiale, un Directeur s'endort sans avoir le cauchemar du Tribunal de commerce.

Couderc gagne 15.000 francs par an.

Le Fidèle Berger. — le Songe d'une nuit d'été. — les Noces de Jeannette. »

(H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 22 octobre 1854)

 

COULOMB Charles Eugène Maurice. — Ténor (Paris, 02 février 1885 –). Débute le 16 octobre 1909 dans la Princesse Jaune (Kornélis). Crée le Cœur du Moulin (Jacques), l'Heure espagnole (Gonzalve) ; le 26 avril 1911 la Jota (1er Carliste) de Raoul Laparra ; On ne badine pas avec l'amour (Pierre). Est affiché dans le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète), Joseph (Lévy), Madame Butterfly (Yamadori), Pelléas et Mélisande (Pelléas), la Reine Fiammette (Castiglione), le Voile du Bonheur (Tou-Fou).

 

COULON Théodore Jean Joseph. — Basse (Nivelles, Belgique, 21 mai 1822 Paris, 21 octobre 1874). Il débuta le 25 août 1851 dans la Fée aux roses (Atalmuc). Il chanta également à l'Opéra où il débuta en 1855.

 

COURET Gabriel. — Ténor (34.Cournonterral, 12 avril 1907 ). Débute le 22 octobre 1935 dans la Princesse Jaune (Kornélis). Crée le Bourgeois de Falaise (Léandre), le Couronnement de Poppée (un Soldat), Guignol (Guignol), Quatre-Vingt-Treize (Hamaldo) ; le 24 juin 1938 Zadig (Cador) de Jean Dupérier. Est affiché dans Angélique (l'Italien), Ariane à Naxos (Scaramouche), les Contes d’Hoffmann (Nathanael), la Habanera (1er Compère ; 2e Aveugle ; un Jeune homme), le Jongleur de Notre-Dame (Moine poète, Jean), Louise (l'étudiant, le Bohème), Madame Butterfly (Yamadori), le Médecin malgré lui (Léandre), Lakmé (un Marchand), Pauvre Matelot (le Matelot), le Pré-aux-Clercs (Cantarelli), le Roi malgré lui (Liancourt), la Rôtisserie de la Reine Pédauque (Jacques Ménétrier), le Sicilien (Adraste), Sapho (la Borderie), la Traviata (le Vicomte), la Bohème (Parpignol), Vieux Garçons (Kobbe), Werther (Schmidt), Ami Pierrot (Lulli). Il fut régisseur général du chant à l'Opéra de 1955 à 1965, nommé le 01 juillet 1965 directeur de la scène à l'Opéra-Comique, puis directeur de la scène à l'Opéra en 1967, année où il prit la succession de Louis Izar à la direction du Capitole de Toulouse.

 

 

 

Gabriel Couret