LES ARTISTES DE LA DANSE À L'OPÉRA

 

 

le Foyer de la Danse à l'Opéra de la rue Le Peletier, huile sur toile d'Edgar Degas (1872) [à droite, en blanc, Louis Mérante]

 

 

LES PREMIERS MAÎTRES DE BALLET
 

1669 1669 DES BROSSES
1669 1687 Pierre BEAUCHAMP [78.Versailles, 30 octobre 1631 – Paris, février 1705]
1687 1729 Louis PÉCOUR [Paris, 10 août 1653 – Paris, 12 avril 1729]
1729 1739 Michel BLONDY [1675 – Paris, 06 août 1739]
1739 1748 Antoine BANDIERI DE LAVAL dit LAVAL [Paris, 1688 – Paris, 20 octobre 1767]
1748 1769 Jean-Barthélemy LANY [Paris, 24 mars 1718 – Paris, 29 mars 1786]
1770 1775 Gaetano Apolline Baldassare dit Gaëtan VESTRIS [Florence, 18 avril 1729 – Paris, 23 septembre 1808]
1776 1781 Jean-Georges NOVERRE [Paris, 29 avril 1727 – 78.Saint-Germain-en-Laye, 19 octobre 1810]
1781 1783 Jean BERCHER dit DAUBERVAL [34.Montpellier, 19 août 1742 – 37.Tours, 14 février 1806] et Maximilien GARDEL [Mannheim, 18 décembre 1741 – Paris, 11 mars 1787]
1783 1787 Maximilien GARDEL [Mannheim, 18 décembre 1741 – Paris, 11 mars 1787]
1787 1827 Pierre Gabriel GARDEL [54.Nancy, 04 février 1758 – Paris, 18 octobre 1840]
1827 1831 Jean-Pierre AUMER [67.Strasbourg, 21 avril 1774 – 76.Saint-Martin-de-Boscherville, juillet 1833]
1831 1850 Jean CORALLI PERACINI dit Jean CORALLI [Paris, 15 janvier 1779 – Paris, 01 mai 1854]
1850 1853 Arthur MICHEL dit Arthur SAINT-LÉON [Paris, 17 septembre 1821 – Paris, 02 septembre 1870] [ép. la danseuse Fanny Cerrito]
1853 1859 Giulio MAZARINI dit Joseph MAZILIER [13.Marseille, 13 mars 1801 – Paris, 19 mai 1868]
1860 1868 Joseph Lucien PETIPA [13.Marseille, 22 décembre 1815 – 78.Versailles, 07 juillet 1898]
1868 1869 Henri JUSTAMANT [33.Bordeaux, 29 mars 1815 – 94.Saint-Maur-des-Fossés, 02 janvier 1890]
1869 1887 Louis MÉRANTE (1869 - 17 juillet 1887) => biographie
1887 1907 Joseph HANSEN [Bruxelles, 08 mars 1842 – 92.Asnières-sur-Seine, 27 juillet 1907]
1908 1909 Léo STAATS [Paris, 26 novembre 1877 – Paris, 15 février 1952] (1908 - 30 septembre 1909)
1909 1911 Louise STICHEL (01 octobre 1909 - 14 septembre 1911) => biographie
1911 1914 Ivan CLUSTINE [Moscou, 10 août 1862 – 06.Nice, 21 novembre 1941] (15 septembre 1911 - 1914)
1919 1926 Léo STAATS [Paris, 26 novembre 1877 – Paris, 15 février 1952]
1927 1929 Nicola GUERRA [Naples, 02 mai 1865 – Cernobbio, 05 février 1942]
1930 1945 Serge LIFAR [Kiev, 02 avril 1905 – Lausanne, 15 décembre 1986]
1947 1958 Serge LIFAR [Kiev, 02 avril 1905 – Lausanne, 15 décembre 1986]
1958 1961 Iouri Borissovitch dit George SKIBINE [Iasnaïa Poliana, Kaliningrad, 30 janvier 1920 – Dallas, Texas, 14 janvier 1981]
1962 1969 Michel DESCOMBEY [92.Bois-Colombes, 28 octobre 1930 – Mexico, 05 décembre 2011]
1969 1970 John TARAS [New York, 18 avril 1919 – New York, 02 avril 2004] (1969 à mars 1970)
1970 1970 Roland PETIT [93.Villemomble, 13 janvier 1924 – Genève, 10 juillet 2011] (mars 1970 au 11 juin 1970)
1970 1971 Claude BESSY [Paris, 21 octobre 1932 –] (par intérim)
1972 1977 Raymond FRANCHETTI [93.Aubervilliers, 1921 – 13.Marseille, 15 janvier 2003]
1977 1980 Nelly GUILLERM dite Violette VERDY [29.Pont-l’Abbé, 01 décembre 1933 –]

 

 

 

 

Michel Descombey, maître de ballet

 

 

Seconds maîtres de ballet (de 1896 à 1910)

 

1896 à 1900 : M. LADAM

1901 à 1902 : M. VANARA

1902 à 1903 : M. Michel VASQUEZ [1855 - janvier 1903]

1903 à 1906 : M. A. RÉGNIER

à partir de 1907 : M. GIRODIER

 

 

Régisseurs de la danse

 

1875 à 1895 : M. PLUQUE († mars 1897)

1896 à 1906 : M. BUSSY

1907 à 1914 : M. H. DOMENGIE

de 1915 à 1960 (par ordre alphabétique) : DELANNAY, Robert HAEMMERER († 07 janvier 2011), André HUSSON (en poste en 1955), Jacques JOHANNIN, Jules OUDART (en poste en 1955) [qui fut également régisseur de la scène], Charles PELLETIER, Paul PERICAT, Robert QUINAULT, Roger RITZ (en poste en 1955).

 

 

Directeurs de l'Ecole de danse

 

1714-1805 : Elle dépend du directeur de l'Académie Royale de Musique

1805-1860 : Elle est placée sous l'autorité du premier maître de ballet

1860-1870 : Mme Marie TAGLIONI

1870-1879 : Mme DOMINIQUE (Caroline LASSIAT dite) (- 01 juin 1885), épouse VENETTOZZA, alto à l'Opéra

1879-1890 : Mme Zina MÉRANTE => biographie

1890-1894 : Mme THÉODORE (1825 – juin 1901)

1894-1902 : M. Michel VASQUEZ

1902-1920 : Mme Rosita MAURI

1920-1935 : Mme Carlotta ZAMBELLI et M. Albert AVELINE

1935-1956 : M. Albert AVELINE

1956-1960 : Mme Lycette DARSONVAL

1960-1963 : M. Harald LANDER (Alfred Bernhardt STEVNSBORG dit) (Copenhague, 1905 - Copenhague, 1971)

1963-1972 : Mme Geneviève GUILLOT

1973-2004 : Mme Claude BESSY => vidéo (1975)

depuis 2004 : Mme Elisabeth PLATEL

 

 

 

Harald Lander en 1969

 

 

Professeurs (de 1875 à 1910)

 

1875-1878 : Mme Zina MÉRANTE => biographie

1875-1878 : M. Henry MATHIEU (1809 – janvier 1882)

1875-1878 : M. FRIANT

1879-1892 : Mme THÉODORE (1825 – juin 1901) [mère d'Adeline Théodore] : chargée de 2 quadrilles (premier et deuxième) comprenant 4 divisions et 40 danseuses (en 1885).

à partir de 1879 : Mme Adelina [ou Adeline] THÉODORE : chargée du cadre des externes-filles (48 externes en 1885).

1879-1889 : M. Francis MÉRANTE [père de Louis Mérante] : chargé des externes-garçons.

M. PETIPA (en poste en 1885) : chargé de la classe de pantomime (filles et garçons).

M SALOMON (en poste en 1885) : chargé de la classe de patinage.

1890-1890 : Mme ROUMIER

1890-1892, 1898-1901 : M. Michel VASQUEZ

à partir de 1891 : Mme Berthe BERNAY (1856 –)

1893-1899 : M. STILB

1894-1897 : Mme PIRON († mars 1897)

1900-1906 : Mme PARENT

1901-1906 : M. A. RÉGNIER

à partir de 1907 : Mme VAN-GŒTHEM

à partir de 1907 : M. GIRODIER

 

 

la classe de Mlle Théodore à l’Opéra (fin du XIXe s.)

 

 

Professeurs de la classe de perfectionnement (de 1875 à 1910)

 

1875 à 1878 : Mme DOMINIQUE (Caroline LASSIAT dite) (- 01 juin 1885), épouse VENETTOZZA, alto à l'Opéra

1879 à 1889 : Mme Zina MÉRANTE

1890 à 1892 : Mme SALANVILLE

1893 à 1897 : M. Michel VASQUEZ

1898 à 1900 : Mlle Rosita MAURI et M. Michel VASQUEZ

à partir de 1901 : Mlle Rosita MAURI

 

 

Professeurs de la classe de pantomime

 

1880 à 1887 : M. PETIPA

1888 à 1892 : M. Joseph HANSEN (Bruxelles, 08 mars 1842 – 92.Asnières-sur-Seine, 27 juillet 1907)

 

 

Surveillants (de 1902 à 1910)

 

1902 : M. HOQUANTE

1905 : MM. GIRODIER et MOREAU

à partir de 1908 : MM. Ch. JAVON et CUVELIER

 

 

CHORÉGRAPHES

 

Les chorégraphies réalisées au Palais Garnier de 1875 à 1961 ont été signées des artistes suivants :

 

M. François AMBROISINY

Mme ARGENTINA (Antonia MERCÉ Y LUQUE dite la) (Buenos Aires, 04 septembre 1890 – près de Bayonne, 18 juillet 1936)

Mme Carina ARI (Carina JANSSEN dite) (Stockholm, 14 avril 1897 – Buenos Aires, 24 décembre 1970)

M. Frederick ASTHON (Guayaquil, 1906-)

M. Albert AVELINE (Paris, 23 décembre 1883 - Asnières, 03 février 1968)

M. George BALANCHINE (Georgh Melitonovitch BALANCHIVADZE dit) (Saint-Pétersbourg, 1904-)

 

 

George Balanchine

 

M. Marcel BERGÉ (Paris 17e, 26 juillet 1891 – Argenteuil, Val-d'Oise, 13 décembre 1971)

M. Vladimir BOUMEISTER

Mlle Alice BOURGAT

Mlle C. BROOKE

M. Yvan CLUSTINE

M. John CRANKO (Rustenburg, Transvaal, 1927 - 1973)

Mme Lycette DARSONVAL (Alice Andrée Marie PERRON dite) (Coutances, Manche, 12 février 1912 – Saint-Lô, Manche, 01 novembre 1996)

M. Michel DESCOMBEY (92.Bois-Colombes, 28 octobre 1930 – Mexico, 05 décembre 2011)

M. Anton DOLIN (Patrick HEALEY-KAY dit) (Slinfold, Sussex, 1904-)

Mlle ERB

M. Roger FENONJOIS

M. Michel FOKINE (Saint-Pétersbourg, 1880 - New York, 1942)

 

 

Michel Fokine

 

Mme Laure FONTA

Mme Yvonne FRANCK

Mme Loïe FULLER (Marie-Louise FULLER dite) (Fullersburg, près de Chicago, 1862 - Paris, 1928)

M. Paul GOUBÉ (Paris, 1912 – Paris, 30 mars 1979)

Mme Tatiana GSOVSKY

M. Nicola GUERRA (Naples, 02 mai 1865 – Cernobbio, Lombardie, 05 février 1942)

M. Joseph HANSEN (Bruxelles, 08 mars 1842 – 92.Asnières-sur-Seine, 27 juillet 1907)

Mlle Jessmin HOWARTH (Angleterre, 1892 1984)

M. Kurt JOOSS (Wasseralfingen, Wurtemberg, 1901 - Heilbronn, 1979)

M. Henri JUSTAMANT (33.Bordeaux, 29 mars 1815 – 94.Saint-Maur-des-Fossés, 02 janvier 1890)

M. Gene KELLY (Eugène Patrick KELLY dit) (Pittsburgh, 1912-)

M. Serge LIFAR (Kiev, 02 avril 1905 – Lausanne, 15 décembre 1986)

Mme Suria MAGITO

Mme Léone MAIL

M. Juan MARTINEZ

M. Léonide MASSINE (Leonid Fedorovitch MYASSIN dit) (Moscou, 09 août 1896 – Weseke bei Borken, Westphalie, 15 mars 1979)

 

 

Léonide Massine

 

Mme Rosita MAURI

M. Louis MÉRANTE => biographie

M. de MONTOLIU

Mme Bronislava Fominitchna NIJINSKA (Minsk, Biélorussie, 08 janvier 1891 – Pacific Palisades, Los Angeles, 21 février 1972)

 

 

Bronislava Nijinska

 

M. Vaslav Fomitch NIJINSKI (Kiev, 1890 - Londres, 1950)

Mme Rachel PASMANIK

Mme Anna PAVLOVA (Saint-Pétersbourg, 1882 - La Haye, 1931)

M. Serge PERETTI

M. Marius PETIPA (Michel Victor Marius Alphonse PETIPA dit) (Marseille, 11 mars 1818 – Gourzouf, Crimée, 14 juillet 1910)

Mme Irène POPARD (Paris, 1894 - Paris, 1950)

M. Robert QUINAULT (21 novembre 1887 – Tourrettes-sur-Loup, Alpes-Maritimes, 1973)

M. Jerome ROBBINS (New York, 1918-)

M. Heins ROSEN

Mme SANTELMO

M. Nicolas Grigorievitch SERGUEÏEV (Saint-Pétersbourg, 27 septembre 1876 - Nice, 23 mai 1951)

 

 

Nicolas Sergueïev

 

M. George SKIBINE (Iasnaïa Poliana, près de Kharkov, 1920 - Dallas, 1981)

M. Léo STAATS (Paris, 1877 - Paris, 1952)

Mme Louise STICHEL => biographie

M. Constantin TCHERKAS (Saint-Pétersbourg, 1908 – 1965)

Mme Lele de TRIANA

M. VANARA

Mlle Virginia ZUCCHI (Parme, 1847 - Monte-Carlo, 1930)

M. Nikolas ZVEREW

 

 

 

 

 

 

les Etoiles et le Corps de Ballet de l'Opéra en 1956

 

1. Mlle Madeleine LAFON, danseuse étoile - 2. Mlle Marjorie TALLCHIEF, danseuse étoile - 3. Mlle Yvette CHAUVIRE, danseuse étoile - 4. M. Serge LIFAR, maître de ballet - 5. Mlle Lyane DAYDE, danseuse étoile - 6. Mlle Christiane VAUSSARD, danseuse étoile - 7. Mlle Claude BESSY, danseuse étoile - 8. Mlle THALIA - 9. M. Youly ALGAROFF, danseur étoile - 10. M. George SKIBINE, danseur étoile - 11. M. Michel RENAULT, danseur étoile - 12. M. Peter VAN DIJK, danseur étoile - 13. M. Alexandre KALIOUJNY, danseur étoile - 14. M. Raoul BARI, premier danseur - 15. M. TOUROUDE - 16. Mlle Francine COLLEMENT, première danseuse - 17. Mlle Paulette DYNALIX, première danseuse - 18. M. Raymond FRANCHETTI, premier danseur - 19. Mlle Josette AMIEL, première danseuse - 20. Mlle Jacqueline RAYET, première danseuse - 21. Mlle EVEN - 22. Mlle SERVAL - 23. M. HERAULT - 24. Mlle DELEPLANQUE - 25. Mlle DAVRY - 26. Mlle PONCET - 27. Mlle BIANCHI - 28. Mlle NAUD - 29. Mlle BIZET - 30. Mlle GARRY - 31. Mlle MANAL - 32. Mlle MAXIMY - 33. Mlle MILLION - 34. Mlle BERTAGNOL - 35. M. JODEL - 36. Mlle Claire MOTTE, première danseuse - 37. M. DUFLOT - 38. M. DUTHOIT - 39. Mlle BERTHEAS - 40. M. LEFEVRE - 41. Mlle VAUCHELLE - 42. Mlle MONTBAZON - 43. Mlle FORET - 44. Mlle JAVILLARD - 45. Mlle SOUARD - 46. Mlle DELINI - 47. Mlle BASSI - 48. Mlle LEROY - 49. M. AUBURTIN - 50. Mlle AUDOYNAUD - 51. M. DESCOMBEY - 52. M. DUCHENE - 53. Mlle MONS - 54. Mlle GUILLEE - 55. Mlle MALLARTE - 56. Mlle CASTANIER - 57. Mlle JOUACHIM - 58. Mlle OUDART - 59. Mlle BRENOT

 

 

=> les petits rats (Musica disques, mars 1958)

 

=> A l'Ecole de Danse avec Mlles Guillot et Dynalix (revue l'Opéra de Paris n° 12, 1er trimestre 1956)

 

=> Programmes des Ballets russes à Paris (1909-1921)

 

 

DANSEUSES (principales danseuses, et toutes celles affichées entre 1875 et 1961) (l'année indiquée précise les débuts de l'Artiste ; les dates sont celles d'appartenance à la troupe)

 

ADRIANA (1879)

AFFRE (1917)

ALINE (1875)

ALLARD Marie (1761-1774 ; 1776-1781)

ALLESCH (1880)

ALONSO Alicia (1972) — En représentation, danse Giselle.

AMBRE d’ (1916)

AMIEL Josette (1952-1971) — Etoile (1958).

AMIGUES Nicole (1945)

AMYL (1945)

ANANIE (1916)

ANDRE Yvonne (1910)

ANDREANOVA Elena (1845) — En représentation.

ANDREAU Françoise (1959)

ANGERE (1935)

ARGENTINA La (1936) — En représentation, crée « Candela » dans l'Amour sorcier (19 juin 1936).

ARI Carina (1928 ; 1938) — En représentation, crée « la Fille des monts bleus » dans Rayon de lune (07 décembre 1928) et « la Sulamite » dans le Cantique des cantiques (02 février 1938).

ASSELIN Mlle (1768-1779)

ASSEMAT (1948)

AUBAGNA (1917)

AUDOYNAUD Jacqueline (1953)

AUGLANS (1894)

AURIOL (1935)

AVELINE J. (1908)

AVELINE G. (1917)

BACCELLI Giovanna (1782) — En représentation.

BACKER (1909)

BADET Régina (1907) — En représentation, danse la « Flamenca » dans Carmen (29 décembre 1907).

BADY (1925)

BAILLY (1938)

BARATTE — "Doit un fameux cierge à M. de Saint-Georges, qui l'a sauvée le soir d'une répétition du Papillon. Le feu avait pris aux jupons de la danseuse, M. de Saint-Georges s’élança et parvint à étouffer les flammes. Quelques brûlures le long des jambes n'empêchèrent pas la vaillante artiste de danser le soir de la première ; mais, en retirant son maillot, la peau partit avec le tricot. Vive et enjouée, mademoiselle Baratte est la gaieté du foyer de la danse. Encore une danseuse maigre. Il est à remarquer que sous le règne de M. Perrin, la maigreur est à la mode au corps de ballet." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

BARBAN Odette (1924)

BARBERINA ou la Barbarina [Barbara Campanini dite la] [Parme, 07 juin 1721 - Barschau, Basse-Silésie, 07 juin 1799] (1739-1740). Débute le 14 juillet 1739 dans les Fêtes d'Hébé.

BARBIER Jeanne (1898)

BARDIN Micheline (1936-1957) — Etoile (1948).

BARTOLETTI (1875)

BASSI Christiane (1954)

BAUDUIN (1937)

BAY (1875)

BAYDAROUX (1945)

BEAUDIER (1927)

BEAUGRAND Léontine Victorine [75005.Paris, 26 avril 1842 - 75017.Paris, 27 mai 1925*] (1861-1880) — Epouse Abraham DREYFUS, auteur dramatique.

"Un nez fin comme ses reparties. Une petite blonde qui danse bien ; maigre toujours ; des pieds d'enfants. Danseuse de talent ; femme de beaucoup d'esprit." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

BEAUVAIS Jeanne (1894)

BELLI (1917)

BERETTA Caterina (1855-1857)

BERGGREN Lucienne (1937)

BERNAY (1875)

BERRODE (1911)

BERRY (1957)

BERTAGNOL Monique (1945)

BERTELON (1936)

BESSMERTNOVA Natalia (1976) — En représentation.

BETHEAS Geneviève (1945)

BERTHON Mireille (1909) — Crée entre autre « une Muse » dans Bacchus de Jules Massenet (02 mai 1909), puis devient artiste du chant.

BESSY Claude (1945-1975) — Etoile (1956).

« Dans le Lac des cygnes, Claude Bessy, en vraie ballerine romantique, est la révélation de la saison de danse à l'Opéra.

— Je le dois au chorégraphe soviétique Wladimir Bourmeister, explique-t-elle. Pendant des semaines, avec une patience inlassable, il m'a appris des choses que je croyais savoir : marcher et courir sur la scène. Lorsqu'on le fait, cela semble tout simple. Mais encore faut-il le faire. Quand je voyais Oulanova, je me disais qu'elle ne faisait rien, et, pourtant, elle semblait aérienne. C’est le secret que m'a livré Bourmeister. Mais j'ai eu du mal. Mon partenaire, Attilio Labis, m'a filmée. Nous nous sommes réunis, le soir, pour regarder au cinéma le travail que nous avions accompli dans la journée. Et puis, tout à coup, un beau jour, c'est venu ; les bras, les jambes, tout. Bourmeister m'a dit : « Mais pourquoi est-ce que vous n'avez pas fait ça plus tôt ? Il y a un mois que j'attends ça de vous ! »

— Je suis ainsi, conclut Claude Bessy. Il me faut un long temps de maturation. Mais, une fois que j'ai compris, c'est pour toujours. Après cette expérience décisive, j'irai travailler un mois en U.R.S.S., à l'automne prochain, avec Bourmeister, et je continuerai ma carrière de danseuse classique. Mais si j'avais échoué dans le Lac, alors je me serais tournée vers la comédie musicale ou vers le music-hall. Il ne faut pas forcer la nature. » [Musica disques, mars 1961]

BIANCHI Monique (1953)

BIAS Fanny (1807-1825)

BIDARD (1935)

BIGOTTINI Emilie [31.Toulouse, 16 avril 1784 - Paris, 28 avril 1858] (1801-1823)

BILBAUT (1916)

BILLON (1898)

BINDER (1930)

BINOIS Simone (1923)

BIOT Alice (1877)

BIOT Marie (1881)

BIZET (1948)

BLANC (1885)

BOCCADORO Véra (1954)

BOGDANOVA Nadejda [Bogdanoff] (1851-1855 ; 1865)

BONI Aïda (1908-1922)

BONNEFOY (1937)

BONNET (1906)

BONNET (1930)

BOOS (1891)

BORDS (1890)

BOS Camille [Paris, 1899-] (1907-1935)

 

 

Camille Bos en 1925

 

BOSCHETTI Amina (1864)

BOSSU (1897)

BOUISSAVIN (1900)

BOURGAT Alice (1924)

BOURGAT Juliette (1923)

BOURGAT Marcelle (1929)

BOURGEOIS Denise (1935)

BOURILLOT (ex JOUACHIM) (1958)

BOUSQUAT (1911)

BOUVIER Claudine (1959)

BOZZACCHI Giuseppina [Milan, 23 novembre 1853 - Paris, 23 novembre 1870] (1870) — "Pauvre petite danseuse ! Nous l'applaudissions il y a deux ans dans le ballet de Coppelia, où elle était si charmante. Le 23 novembre 1870, la petite vérole l'emportait en deux jours." (la Liberté, 02 janvier 1872)

BRACH C. "La plus jolie de la Trinité des Brach. Ne fait pas claquer sa langue comme sa sœur qui est aux Variétés, mais fait claquer son fouet. On l'appelle, au foyer de la danse : madame de Maintenon. Pourquoi ? On assure qu'elle a converti à l'embonpoint un adorateur des danseuses maigres. Qui cela ? Louis XIV !" (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

BRANA (1911)

BREMONT (1911)

BRENOT Chantal (1954)

BREVIER (1915)

BRONSTEIN (1954)

BUFFERTILLE (1935)

BUGG (1928)

BUISSERET (1875)

BUSSY (1875)

BYZANTI Lydia (1946) — En représentation, crée le Mendiant de Marrakech (18 juin 1946).

CALVI Béatrice (1960)

CAMARGO Marie-Anne de Cupis de (1726-1735 ; 1742-1751) Débute le 05 mai 1726 dans les Caractères de la Danse.

CAMERE (1916)

CANTREL Nicole (1957)

CAPALTI (1923)

CARABIN "La femme, qui sait le mieux recevoir de Paris. Une bonne fille qui serait peut-être parvenue, si elle avait voulu solliciter. Mais ses plaisirs l'occupaient trop. Puisqu'on ne l'a jamais employée comme danseuse, pourquoi ne lui confie-t-on pas des rôles de mimes, le masque est bon chez elle, et le rôle de la servante du Roi d'Yvetot semblait fait pour elle ; elle y aurait eu beaucoup de crânerie, j'en suis sûr. Mais, au lieu de chercher à se produire, mademoiselle Carabin n'était occupée qu'à envoyer des lettres d'invitation pour ses bals. Je sais bien que cela n’est pas agréable de courir les antichambres, et qu'il faut être née pour cela." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

CARDON (1948)

CARLSEN (1935)

CAROLINE — "Elle est un prévôt de salle, intrépide à son poste, un talent peu original, mais sûr, précieux à une administration. En deux heures, elle a appris le pas des Abeilles, —un pas d'exécution, — et a remplacé Taglioni à l'improviste. Caroline gagne 3.600 fr. par an ; son engagement est de deux années." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

CARRE (1894)

CARRELET (1897)

CASTANIER Albane (1953)

CEBRON Mauricette (1917)

CÉCILE Mlle [Dumesnil] (1777-1782)

CELLIER Francine "Bonne et excellente personne, a fait un nombre d'entrechats suffisants pour être regrettée à l'Opéra, et sauter en deux bonds du Gymnase au Vaudeville où je ne vois pas bien sa place. La femme de Paris qui sait le mieux s'habiller et l'artiste la plus nulle que l'on puisse rêver ; mais elle n'est pas méchante ; elle emploie son argent à acheter des maisons, que ses camarades de théâtre appellent des châteaux de cartes." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

CERES Rosita (1928)

CEREZ Danièle (1957)

CERRITO Francesca dite Fanny (1847-1855) épouse le maître de ballet Arthur Saint-Léon.

"C'est encore le charme et la grâce. Comme danseuse, elle n'a jamais eu beaucoup de style ; aujourd'hui elle manque d'haleine. Une de ses émules disait de Gemma, un soir qu'elle avait été charmante : — La Cerrito ? elle danse sur ses boulets.

Fanny Cerrito touche 3.500 fr. par mois." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

CHABOT (1880)

CHALAND Christiane (1961)

CHAMBRAY (1937)

CHAMEROY Louise (1796-1802)

CHARIER (1894)

CHARLET (1890)

CHARMOY Gisèle de (1916)

CHARRAT Janine (1944 ; 1947) — En représentation, danse Britannicus (1944), et « Juliette » dans Roméo et Juliette (1947).

CHARRIER (1929)

CHASLES Jeanne (1888)

CHASTENET (1954)

CHAUMONT (1953)

CHAUVIRÉ Yvette (1934-1945 ; 1947-1949 ; 1954-1963) — Etoile (1941).

CHEVIGNY Geneviève-Sophie (1789-1814)

CHOURET Nicole (1960)

CLAUDE (1936)

CLAVIER Josette (1948)

CLAY (1946)

CLERAMBAULT Ginette (1954)

CLOTILDE [Mafleuret] (1793-1819)

COCHIN Fernande (1906)

COCHOIS Mlle. Débute le 09 février 1734 dans les Fêtes grecques et romaines.

COLLEMENT Francine (1948)

COLLIARD (1934)

COLLOMB Emilie (1790-1807)

COLOMBIER Amélie (1875) — En représentation, débute le 29 décembre 1875 dans le « Violon du Diable », pas de deux intercalé pour elle dans le divertissement de la Favorite. Figure parmi les créatrices du divertissement de Jeanne d'Arc d’A. Mermet (05 avril 1876).

COMBES (1923)

COMMANDRE Françoise (1954)

CONSTANS (1916)

CONTINSOUZA (1937)

CORNET (1927)

CORNILLA (1917)

CORTEZ Espanita (1947-1948) — En représentation, est affichée dans Boléro (Marinela, 1947), Faruca Flamenca (1948), le Chevalier errant (une Dulcinée, 1948).

COUAT Georgette (1894)

COUAT L. (1899)

COUDAIRE (1906)

COUQUI Claudina [Cucchi] (1855-1858)

COUSSOT (1918)

CRAPONNE Huguette de (1916) — Nommée première danseuse en 1923.

CROS (1935)

DALLOZ (1936)

DAMAZIO (1916)

DANGEVILLE Michelle (1699-1706)

DARLANNE Michèle (1945)

DARNIS (1948)

DARSONVAL Lycette (1930 ; 1935-1960) — Etoile (1940). — « Nouveaux ballets à l’Opéra. [16 décembre 1959 : Pas de quatre ; Conte cruel ; les Sylphides] Le spectacle s'est achevé sur le premier acte de Giselle, dansé par Lycette Darsonval... C'était, pour notre prima ballerina assoluta, une soirée d'adieu, et les larmes de Giselle avaient une double et bien émouvante signification. Le corps de ballet a mêlé ses applaudissements à ceux du public pour lui dire son admiration, sa reconnaissance et son affection. » (Claude Baignières, Musica disques, février 1960)

DASSAS (1935)

DAUDET (1935)

DAUNT Yvonne (1918-1922)

DAUWE Henriette (1916)

DAUWE S. (1916)

DAVID (1947)

DAVILA (1931)

DAVRY (1953)

DAYDÉ Liane [Paris, 1932-] (1948-1959) — Etoile (1950).

DEBRY G. (1923)

DECARLI (1934)

DELANOY (1918)

DELAUBIER Odette (1953)

DELEPLANQUE Janine (1935)

DELINI Viviane (1945)

DELL’ERA Antonietta [1860-] (1889) — En représentation, danse Coppélia.

DELORD (1917)

DELSAUX J. (1911)

DEMAULDE (1906)

DEMESSINE (1916)

DEPALLE (1946)

DERNY Magda (1916) — En représentation, crée « la Plainte de Diane » dans la Forêt sacrée de Charles Pons (05 avril 1916).

DESBROSSES (1957)

DESIRE (1883)

DESPLACES (1936)

DEVANEL Huguette (1945)

DEVILLIERS — « C’est une toute jeune fille, plongée encore dans les limbes du corps de ballet, mais qui doit briser cet hiver son écaille de chrysalide.» (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

DIDIER (1900)

DIDION Marie-Louise (1926)

DOCKES (1898)

DOR Henriette (1867)

DORIVAL Anne-Marguerite (1773-1786)

DORNIER Monique (1954)

DOUCET (1886)

DUBARRY (1954)

DUBERNARD (1937)

DUGUE Germaine (1924)

DUMAS Jeanne (1916)

DUMILÂTRE Adèle Alphonsine dite Adèle [Paris, 30 juin 1821 - Paris, 04 mai 1909] (1840-1848) — Fille du comédien Michel Dumilâtre et sœur de Sophie Dumilâtre.

DUMILÂTRE Marie Sophie dite Sophie (1838-1845)

DUPRE (1911)

DUVERNAY Pauline (1831-1836)

DYNALIX Paulette (1934)

ELLANSKAIA Valeria (1924)

ELSSLER Fanny (1834-1840)

ÉMAROT "Mlle Émarot est de toutes ses émules du ballet le talent le plus sérieux..., personne ne l'a jamais vu sourire. Elle doit toucher 5.000 fr. pendant deux années encore." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

EMONET (1917)

ESNEL (1897)

ESSELIN (1878)

EVEN (1910)

EVEN Colette (1950)

FABBRI Flora (1845-1851)

FAIVRE Janine (1919)

FARRELL Suzanne (1975) — En représentation.

FATOU (1875)

FERRARIS Amalia (1856-1863)

FIOCRE Eugénie — "Pas jolie, un nez pour lequel elle a été obligée de faire fabriquer un parapluie. Comme danseuse, un talent ordinaire. Comme statue, une pureté de formes à faire rêver un sculpteur. Fait marcher tout le monde à l'Opéra. On croirait que M. Perrin règne et que Fiocre gouverne." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

FIOCRE Louise — "Une jolie tête. Une grande assurance de soi-même, voilà ce qui distingue Louise d'Eugénie. Louise a été perdue par l'embonpoint ; elle se figure cependant que son talent s'est augmenté en proportion de ses charmes.

Comme caractère, un filet de vinaigre, dit-on." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

FIORETTI Angelina (1863-1870) — "Il est un proverbe qui dit : Faute de grives, on mange des merles. Faute d'autres, l'Académie impériale se contente de mademoiselle Fioretti. Ce n'est pas une étoile, mais elle est charmante malgré cela. C'est une artiste d'une conduite exemplaire, aussi modeste qu'une pensionnaire des Oiseaux. Les lecteurs de province le croiront-ils ? une danseuse sage ! allons donc ! Et cependant, c'est la vérité vraie. Mademoiselle Fioretti joue le Roi d'Yvetot, où elle a créé le principal rôle. Enfin, puisqu'il n'y a qu'elle ! Danseuse maigre !" (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

FJELDSTED Caroline (1843) — En représentation.

FOKINA Vera (1821) — En représentation, danse Daphnis et Chloé, le Rêve de la Marquise.

FONTA Laure (Laure POINET dite) — "Danseuse genre noble, a créé avec succès le rôle de Fenella dans la Muette. Elle est jeune, elle est fraîche, elle est jolie. Elle a autant de noms que de qualités physiques. Elle s'est appelée successivement Laure Poinet, Laura Fonti et Laure Fonta. De jolies épaules qui demanderaient à être plus remplies ; danse comme dans le monde. A l'air d'avoir appris à danser aux cours de Laborde, rue de la Victoire.

Sais-tu pourquoi, disait une de ses bonnes amies, Laure met des gants noirs lorsqu'il pleut ? — Non, répondit l’interpellée. — Eh bien, c'est qu'elle a les bras si longs, qu’elle se crotte les mains en marchant !

Plume à merveille les volailles. Élève de son père !"

(Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

FONTEYN Margot (1967) — En représentation, danse le Paradis perdu.

FORET Monique (1945)

FRANCHET (1917)

FRANCILLON Aleth (1960)

FRANCK G. (1888)

FRANCK Yvonne (1917)

FUGERE Danièle (1959)

FULLER Marie-Louise dite Loïe [Fullersburg, près de Chicago, 1862 - Paris, 1928] (1920) — Avec son école de Danse, crée le Lys de la vie (01 juillet 1920).

FUOCO Sofia (1846-1850)

GALLAY (1879)

GANEVARD (1916)

GARNIER (1911)

GARRY Liliane (1953)

GAUCHAS (1950)

GELOT (1898)

GELOT (1930)

GENCY (1917)

GERODEZ Jeannette (1936)

GILARDI Monique (1960)

GILLERT (1876)

GILLET (1899)

GIR (1929)

GIRO H. (1925)

GIRO Marie-Jeanne (1925)

GOLDEN (1929)

GOLEA (1960)

GOULLOUAND (1929)

GOUREAU (1937)

GRANELLI (1953)

GRANGE Caroline (1879)

GRANTZOW Adèle [Granzow] [Brunswick, Allemagne, 01 janvier 1845 - Berlin, 07 mars 1877] (1866-1868) — Débute le 11 mai 1866 dans Giselle.

GRELLIER Henriette (1930)

GRIMBERG (1934)

GRIMOIN Micheline (1945)

GRISI Carlotta (1841-1849)

GRUMBEY (1931)

GRUNGER (1893)

GUDIN (1917)

GUILLEE Geneviève (1954)

GUILLEMIN (1900)

GUILLOT Geneviève (1934)

GUIMARD Marie-Madeleine (1762-1789)

GUYLAINE (1934)

GUYOT Marie-Catherine (vers 1705-1725)

GUYOT (1918)

GUY-STÉPHAN Marie-Antoinette [Paris, 18 novembre 1818 - Paris, 20 août 1873] (21 septembre 1853-1856)

HAMERER (1936)

HAYET (1886)

HERBIN Evelyne (1961)

HESSE (1917)

HIRSCH Mélanie (1881)

HUGHETTI (1928)

INVERNIZZI (1880)

INVERNIZZI C. (1883)

IVANOFF Marianne (1937)

IXART (1895)

JAVILLARD Emilienne (1953)

JEANMAIRE Zizi (1935)

JEZIERSKA (1914)

JHANNYNE (Janine SCHWARZ dite) (1934)

JOERGEN-JERSEN Elna (1922) — Première danseuse étoile du Théâtre Royal de Copenhague. En représentation, danse dans Coppélia (04 et 07 octobre 1922).

JOHNSSON Anna (1907-1927)

JOSELITO La (1940) — En représentation, danse « Carmencita » dans l'Illustre Frégona de Raoul Laparra (21 février et 07 avril 1940).

JOUACHIM Christine (1954)

JOURDE Agnès (1960)

JOUSSET (1875)

JOYEUX Odette (1939)

JULIA [de Varennes] (1823-1837)

KAIN Karen (1976) — En représentation.

KATS G. (1910)

KATS J. (1912)

KCHESSINSKA Mathilde (1908-1909) — En représentation, danse « Swanilda » dans Coppélia, « La Reine » de la Korrigane en 1908, l'Arlésienne en 1909.

KELLER (1879)

KELLER (1906)

KERF Christine (1919)

KERGRIST Geneviève (1934)

KERVAL Blanche (1906)

KIRKLAND Gelsey (1975) — En représentation.

KLEIN (1900)

KOCH (1916)

KRAINIK (1935)

KREMPFF Maryelle (1935)

KUBLER E. (1917)

KUBLER Suzanne (1910)

LABATOUX (1906)

LA BATTE Mlle (1750-1754)

LACROIX (1953)

LAFON Madeleine [1923-1967] (1941-1960) — Etoile (1952).

LA FONTAINE Mlle (1681-1693)

LAMBALLE Lucienne (1923)

LAMONNE (1954)

LAMOU Jenny (1960)

LAMY "Est arrivée sujet après pas mal de démarches ; y avait tous droits, elle passait à l'ancienneté. Les honneurs et les diamants lui sont venus en même temps. Lamy ne crache jamais, peur d'avoir soif ! m’a assuré un habitué du foyer de la danse. Mademoiselle Lamy a un surnom : mademoiselle Harpagon." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

LANGLOIS Louise (1784-1788)

LANY Louise-Madeleine [Mme GÉLIN] (1748-1767)

LAPY (1875)

LAQUIER (1922)

LARIEUX (1875)

LASCAR Marie (1931)

LASSIAILLE Arlette (1960)

LAUGIER Hortense (1906)

LAUGIER Jeanne (1910)

LAURENT (1876)

LAURET (1926)

LAUS (1889)

LAUVRAY Lucette (1935)

LEBERTRE Ninon (1953)

LEBLANC (1945)

LECERF (1880)

LECOUVEY (1894)

LEFEVRE (1909)

LEFÈVRE Brigitte (1959)

LEGALLOIS Amélie (1822-1837)

LEGAT (1909)

LEGRAIN "Mlle Legrain a de la jeunesse, de l'entrain, du jarret et ce qu'on nomme au théâtre le diable au corps. C'est une danseuse qui arrive et qui est liée à l'Opéra par un contrat de trois années, à raison de 3.600 fr. par an." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

LEGRAND (1930)

LEGRAS (1917)

LELLEVRE (1935)

LEMOINE (1917)

LEONCE (1916)

LEPINE (1954)

LEPLAT (1930)

LEPPICH (1883)

LEQUIEN B. (1910)

LEQUIEN M. (1910)

LERICHE (1936)

LEROI M. (1919)

LEROUX Pauline (1826-1837 ; 1840-1844)

LEROY Janine (1945)

LERVILLE (1923)

LETEUR Françoise (1961)

LEWIS H. (1917)

LEWIS M. (1911)

LICINI (1917)

LIVRY Emma (1858-1862)

LOBSTEIN (1884)

LOISEAU (1957)

LOPEZ Carmen (1889)

LOPEZ Maria (1921)

LORCIA Suzanne (1919-1950)

LOUPPE (1903)

LOZERON (1906)

LUCAS (1920)

LUX (1917)

LYONNOIS Marie-Françoise (1744-1767)

McBRIDE Patricia (1974) — En représentation.

MAGITO Suria (1935) — En représentation danse « Salomé » dans Salomé (1935), et crée « Pantéa » dans Pantéa de Francisco Malipiero (28 juin 1935).

MAIL Leone (1935)

MAIREL (1937)

MAKAROVA Natalia (1973) — En représentation.

MALKAZOUNY de (1924)

MALLARTE Pierrette (1956)

MALLET (1911)

MANAL Monique (1950)

MANTE Blanche (1910)

MANTE Louise (1890)

MANTE Suzanne (1890)

MANTOUT (1917)

MARCELLE (1910)

MARCHAND (1945)

MARIA Mlle [Jacob] (1837-1849)

MARIE B. (1910)

MARIONNO (1923)

MARQUET Louise — "La plus belle femme du corps de ballet. Comme plastique, rappelle mademoiselle Delval dans la Biche au Bois. L'esprit un peu rétif ne comprend qu'après deux explications. Née dans une loge… pas de théâtre." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

MARTELLUCCI (1911)

MAULLER (1917)

MAUPOIX (1916)

MAURI Rosita (1878-1898) — "Une charmeuse ; vive et légère comme un oiseau ; de l'esprit jusque dans ses moindres mouvements. Rosita Mauri, Espagnole au regard de velours, est une danseuse de première force ; son talent a une grande originalité. Elle débuta à l'Opéra en 1878 dans le ballet de Polyeucte, de Gounod ; le maître l'avait lui-même recommandée. Mademoiselle Mauri fit dès le début la conquête du public très connaisseur de l'Opéra. Depuis, toutes ses créations ont été autant de succès. La Korrigane et le Rêve l'ont montrée mime excellente." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

MAXIMOVA Ekaterina (1969) — En représentation, danse Giselle.

MAXIMY Hélène (1949)

MEIGNE (1935)

MENDES (1898)

MENDEZ Josefina (1972) — En représentation.

MENETRES (1879)

MEQUIGNON (1887)

MEQUIGNON P. (1893)

RANTE Anna dite Annette (1866-1877) — "Comme Sanlaville, du temps qu'elle était coryphée, elle jouait des bouts de rôles ; elle est maintenant arrivée et est restée coryphée." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

MÉRANTE Zina [née Zénéïde RICHARD] (1857-1863 ; 1875) => biographie

MERCEDES (1875)

MERODE Cléo de (1894)

MESTAIS (1890)

MEUNIER Antonine (1898)

MICHELE (1953)

MIKHMEVITCH Franciska de (1961)

MILHET (1912)

MILHOD (1918)

MILLER Marie-Anne [Mme Gardel] (1786-1816)

MILLIE (1874) — Débute le 26 août 1874 dans Coppélia.

MILLION Jacqueline (1945)

MINAZZOLI Jacqueline (1957)

MOINEAU Francine (1960)

MOISE (1881)

MOLINA Amélia (1920) — En représentation, crée le « Fandango » dans Sept Chansons de Francisco Malipiero (10 juillet 1920).

MOLINI (1879)

MOLLNAR (1875)

MONCEY J.-J. (1916)

MONNIER (1889)

MONS Paulette (1954)

MONTAUBRY (Mlle LEHEE dite) "Une jolie blonde qui est la cousine du ténor de l’Opéra-Comique, et une des jolies mains de l'Opéra. Remarques particulières : Cause volontiers médecine. Pourquoi avoir voulu jouer un hussard dans le Roi d'Yvetot, mademoiselle ?" (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

MONTBAZON (1945)

MONTCHANIN (1875)

MONTESSU Pauline [née PAUL] [Marseille, 1805-] (1820-1836)

MONTJARET (1919)

MOORMANS (1960)

MORALES Nati (1934)

MORANDO "Était parvenue, on ne sait comment, à obtenir un pas dans l'Étoile de Messine ; mais cette pauvre Morando y fut jugée insuffisante, et le pas fut coupé à la représentation. Danseuse plus qu'ordinaire. Un portrait au pastel. Morando, ce n'est pas une femme, disait une coryphée, c’est une carrière à plâtre. A tenu à jouer un travesti dans le Roi d'Yvetot, pour montrer ses formes ! Franche comme un jeton, disent les camarades." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

MORARDET (1917)

MOREAU Jacqueline (1937)

MOREIRA de (1906)

MORENTE (1920)

MORIN (1950)

MORLET (1894)

MOTTE Claire (1951-1977) — Etoile (1960).

MOURAVIEVA Martha (1863-1864)

MOURET (1894)

NAUD Claude (1937)

NEFATY (1937)

NEGRE Mireille (1960)

NELLY (1931)

NICLOUX (1904)

NIELSON Augusta (1842) — En représentation.

NOBLET Lise [-1876] [épouse le chanteur Alexis Dupont] (1818-1841)

NOINVILLE (1918)

OTERO Adrina (1937) — En représentation, crée l'Amour trahi (Roserillo) (20 janvier 1937).

OTTOLINI Gina (1883)

OTTOLINI Isabelle (1880)

OUDART Liliane (1954)

PALKINA Lola (1954)

PALLIER (1875)

PARENT Adèle (1888)

PARENT Elise (1875)

PARENT (1945)

PARMAIN Martine (1960)

PARME (1930)

PASSO (1919)

PAVLOVA Anna [-La Haye, 23 janvier 1931] (1921 ; 1925) — En représentation, crée la Péri de Paul Dukas (20 juin 1921), et les Feuilles d'automne (24 novembre 1925).

PÉRIGNON (1779-1801)

PERNEL Claudine (1953)

PERRONI (1903)

PERROT (1887)

PERROT Michèle (1945)

PESLIN Marguerite-Angélique (1761-1784)

PETIPA Marie S. (1861-1862)

PETIT Marie-Antoinette (1722-1740 ; 1742-1746)

PEZOU Maud (1960)

PIAZZA (1916)

PICHARD (1911)

PIEROZZI Mady (1923) — En représentation, débute le 04 juillet 1923 dans le Divertissement du Trouvère et danse Coppélia (Swanilda), le ballet de Faust et Suite de danses.

PIERRON — "Talent jeune, mais émoussé par un travail excessif et précoce, elle prendra place un jour au rang des danseuses de second ordre. Mlle Pierron peut gagner 2.400 fr. par an." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

PIERSON Marie Zélie Alexandrine [1816-1866] [épouse à Paris 2e le 28 mars 1857 Arthur RONDEAUX DE COURCY, père de Léon CARVALHO] — Crée le 01 avril 1846 Paquita (Doña Serafina) d'Edouard Deldevez.

PILATTE — "Bonne personne, danseuse médiocre, est encore maigrie depuis sa dernière maladie. Le nez de Pilatte, disait une camarade l'autre jour, rappelle ces triangles qui sont plantés au milieu des cadrans solaires." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

PIODI (1894) — Débute le 14 décembre 1894 dans le ballet de Faust.

PIOLLET Wilfride (1960-1983) — Etoile (1969).

PIRON Elisa (1875)

PIRON Léa

PLISSETSKAÏA Maïa [Moscou, 20 novembre 1925 - Munich, 02 mai 2015] (1961) — En représentation.

PLUNKETT Adeline (1845-1852 ; 1855-1857)

PONCET (1910)

PONCET (1953)

PONTOIS Noëlla (1961-1983) — Etoile (1968).

PORTIER (1917)

PREGRE (1948)

PRÉVOST Françoise (1699-1730)

PRINCE (1886)

PRIOLAJINSKA (1909) — En représentation, danse Javotte (1909).

PUVIGNÉE fille (1743-1760)

QUARREZ Chantal (1960)

QUEFFELEC Jacqueline (1935)

QUENOLLE Violette (1945)

QUINAULT (1912)

RAMILLON (1935)

RAT (1890)

RAYET Jacqueline (1946-1974) — Etoile (1961).

REDET (1917)

REGNIER H. (1888)

REGNIER J. (1891)

REGNIER P. (1892)

REIGE (1888)

REMY Arlette (1953)

RENIER (1950)

REY Louise [Mme PITROT] (1751-1757 ; 1765-1771)

RIBET (1875)

RICHALET Mlle (1723-) Elève de Mlle Prévost, elle débuta le 26 août 1723 dans les Fêtes grecques et romaines.

RICHAUME Georgette (1898) — Fait ensuite carrière à l'Opéra-Comique.

RICHIERI (1877)

RICOTTI (1886)

RIDEL (1875)

RIGEL Georgette (1935)

RIGHETTI (RICOIS dite) (25 janvier 1875)

RIVIERE (1935)

ROBERT "Mlle Robert a de l'élévation, de la force, une vigueur quelque peu masculine. C'est la plus savante des danseuses de second ordre. Avec un peu moins de talent et un peu plus de grâce, elle eût été au premier rang.

Mlle Robert est engagée pour une année encore et gagne 7.000 fr. par an." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

ROBERT (1875)

ROBIN Henriette [- 1900] (1894)

"Mlle H. Robin, une des plus jolies ballerines de l'Opéra, est morte après quelques jours de maladie. Elle était grande, admirablement faite ; la flamme aux yeux, le sourire aux lèvres, elle évoluait en scène, lente et sculpturale sous les lorgnettes des abonnés de l'orchestre qui l'aimaient beaucoup. Chez M. Gailhard, Henriette Robin après avoir passé par tous les degrés, était arrivée à être sujet mime. Ses derniers rôles en cette qualité sont : Flora dans l'Etoile, la Reine de l'or dans Messidor, Lancelot dans le ballet de l'opéra de M. Joncières et enfin la Mauresque dans la reprise du Cid." (le Monde artiste, 24 juin 1900)

ROLLA (1917)

ROLLOT (1950)

ROSATI Carolina [Carolina GALLETTI épouse ROSATI] [Bologne, Italie, 13 décembre 1826 - Cannes, mai 1905] (11 novembre 1853-1859)

"Cette danseuse a commencé sa réputation à Paris par un faux pas, en dansant dans la Tempesta, de M. Halévy, la glissade sublunaire d'Ariel. Le talent le plus pur et, à coup sûr, le plus distingué qu'il y ait en Europe. C'est Fanny Elssler drapée en chaste Diane. La danse de la Rosati n'a pas ce qu'on nomme communément du ballon ; mais quelle légèreté aérienne dans son terre-terre ! C'est la jeune fille de la ballade marchant sur les fleurs sans les courber !

L'engagement de la Rosati est de trois années ; la danseuse gagne 5.000 fr. par mois." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

ROSE [Marie-Rose POLE] (1782 ; 1786-1794)

ROSELLY (1923)

ROSSI (1887)

ROUMIER (1875)

ROUSSEAU (1923)

ROUSSEL (1917)

ROUSSO (1917)

ROUVIER Marceline (1902)

ROZES (1931)

ROYEZ E. (1911)

RUBINSTEIN Ida [Kharkov, Russie, 05 octobre 1885 - 06.Vence, 20 septembre 1960] (1919) — En représentation, a créé « Salomé » dans la Tragédie de Salomé de Florent Schmitt (01 avril 1919), « Cléopâtre » dans Antoine et Cléopâtre de Florent Schmitt (14 juin 1920), « Artémis » dans Artémis troublée de Paul Paray (28 avril 1922),  « Sébastien » dans le Martyre de saint Sébastien de Claude Debussy (17 juin 1922), « Phaedre » dans Phaedre d’Ildebrando Pizzetti (07 juin 1923), « Istar » dans Istar de Vincent d’Indy (10 juillet 1924), « Orphée » dans Orphée de Roger-Ducasse (11 juin 1926), « l'Impératrice Vittoria » dans l'Impératrice aux rochers d’Arthur Honegger (17 février 1927), « Perséphone » dans Perséphone d’Igor Stravinski (30 avril 1934), « Diane » dans Diane de Poitiers de Jacques Ibert (30 avril 1934), et « Sémiramis » dans Sémiramis d’Arthur Honegger (11 mai 1934).

 

 

Ida Rubinstein dans la Dame aux camélias

 

SACRE (1880)

SAINT GERMAIN (1937)

SAINT PIERRE (1935)

SALLÉ Marie (1721 ; 1727-1732 ; 1735-1740)

SALLE Mathilde (1880)

SALOMON Colette (1926)

SALVIONI Guglielmina (1864-1867) "Une brune qui a du talent et qui plaît peu aux abonnés. Pas de bras, encore une danseuse maigre. Du tacqueté et encore du tacqueté, voilà le genre de mademoiselle Salvioni. Vient d'Italie et vit en dehors de ses camarades. Répète avec madame Taglioni le Dieu et la Bayadère." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

SAMPSON (1920)

SANDRINI Emma (1888-1907)

SANDRINI (1960)

SANGALLI Rita [-1909] (1872-1881)

SANLAVILLE Marie — "De grandes influences l'ont fait passer sujet. Du temps qu'elle était dans le corps de ballet, on lui faisait mimer de petits rôles ; depuis elle a repris ses anciennes fonctions. A des jambes et des pieds terribles. Les pieds surtout pourraient servir d'éventail." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

SANTELMO Laura de (1931 ; 1937) — En représentation, crée « la Carmencita » dans l'Illustre Frégona de Raoul Laparra (16 février 1931), Danses espagnoles (13 juillet 1931), et « Carmelo » dans l'Amour trahi (20 janvier 1937).

SARABELLE (1929)

SARAZOTTI (1926)

SARCY Eva (1885)

SAULNIER Marie-Jeanne (1796-1814)

SAULNIER Victoire (1784-1794)

SAULNIER Victoire (1804-1820)

SAUVAGEAU (1911)

SCHIKEL (1916)

SCHWARZ Christiane (1929) soeur de Solange Schwarz.

SCHWARZ Jeanne (1908-1928) tante de Solange Schwarz.

SCHWARZ Nelly (1929) soeur de Solange Schwarz.

SCHWARZ Solange [Paris, 12 novembre 1910 - Ramatuelle, Var, 24 avril 2000] (1937-1944 ; 1948-1957) — Etoile (1940).

SCOUARNEC Claudette (1970-1980) — Etoile (1970).

SEMENOVA Marina (1935-1936) — En représentation, reprend Giselle le 18 décembre 1935 et danse « la Reine » dans le Lac des cygnes et Divertissement, en 1936.

SERVAL Josette (1947)

SEVESTRE Annie (1960)

SIANNINA Odette (1937)

SIMONI Jacqueline (1923)

SIOZA Paula (1937)

SIRÈDE (1907)

SMIRNOVA Tatiana (1844) — En représentation.

SOHEGE (1910)

SOUARD Francine (1953)

SOUBRIER (1897)

SOUCHE (1935)

SOULE (1925)

SOUTZO Olga (1910)

SPESSIVTSEVA Olga (1924-1926 ; 1928-1929 ; 1931-1932)

STEELE (1935)

STEPANOFF Tania (1937)

STICHEL Louise (1881) => biographie

STILB (1880)

STOIKOFF "Belle à faire damner un saint ; un corps de marbre sur des jambes faites au moule. Comme esprit : le désert, et sans oasis, encore. Mademoiselle Stoikoff remplace avec avantage l'arrosoir traditionnel de la danse. Ce n'est pas une artiste, c’est une naïade. Elle pleure toujours les malheurs de la Pologne." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

SUBLIGNY Marie-Thérèse de (1688-1707)

SUBRA Julia [Paris, 1866 - 92.Rueil-Malmaison, 20 août 1908] (1881-1898) — "Encore une élève de l'Opéra, qui fait grand honneur à notre école française. Mademoiselle Subra a débuté en 1881, dans le ballet d'Hamlet. Cette ballerine de premier ordre offre un contraste étonnant avec la pétulante Mauri. Subra, c'est la danse noble, vaporeuse ; c'est Héléna, ce serait aussi bien Giselle et Sylvia. — Délicieuse dans Coppélia." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

 

 

Julia Subra

 

SUBRA (1934)

SYLVIA (1936)

TABEY (1960)

TAGLIONI Louise [Taglioni-Fuchs] (1848-1857)

"Blonde, petite, frétillante comme une anguille, avec une tête volumineuse, une forêt de cheveux blonds et un visage irrégulier : — voici pour la femme. Du style, une grande précision, de l'originalité, de l'imprévu, de l’intrépidité, des muscles d'acier dans des souliers de satin : — voilà pour la danseuse. — Total 10.000 fr. par an. L'engagement de Taglioni finit en août ; il sera renouvelé." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

TAGLIONI Maria dite Marie [Stockholm, 1804 - Marseille, 1884] (1827-1837 ; 1840 ; 1844)

TALLCHIEF Maria (1947) — En représentation, est affichée en 1947 dans le Baiser de la Fée (la Fée) et Apollon Musagète (Terpsichore).

TALLCHIEF Marjorie (1957-1962) — Débute le 05 juillet 1957 dans Divertissement (la Fée radieuse). Etoile (1957).

TAHERE (1932)

TCHERINA Ludmila (1957) — En représentation, reprend « Sébastien » dans le Martyre de saint Sébastien (1957).

TENIRA (1932)

TERESINA La (1943) — En représentation, reprend « Candela » dans l'Amour sorcier (1943).

TERSEN (1917)

TERWOORT (1911)

THALIA Rita (1937)

THÉODORE Mlle (1777-1782)

THESMAR Ghislaine (1972-1983) — Etoile (1972). En représentation, danse la Sylphide.

THIBON Antoinette dite Nanon (1958-1983) — Etoile (1965).

THIERRY (1911)

THIRACHE (1952)

THOMAS (1950)

THUILLANT (1923)

THYBERT Jeanne-Eléanore (1722-1737)

TOURNEUR Claude (1960)

TORRI (1886)

TOUMANOVA Tamara (1929 ; 1947 ; 1950)

TRELUYER (1886)

TREMBLAY (1888)

TROUHANOVA Natalia (1907) — En représentation, débute dans la « Bacchanale » de Samson (12 juin 1907), et crée « une Fille de Roi » dans le Lac des Aulnes d'Henri Maréchal (25 novembre 1907).

URBAN Marthe (1903-1915)

VAHINETUA (1932)

VALSI (1915)

VANCO Jacqueline (1950)

VANDONI (1889)

VANEL (1935)

VANGOETHEN (1888)

VASSEL (1960)

VAUCHELLE Josette (1950)

VAURY (1886)

VAUSSARD Christiane (1936-1957) — Etoile (1947).

VERDY Violette (1972) — En représentation.

VESTRIS Teresa (1751-1766)

VIALAR Véronique (1960)

VIALAS (1883)

VINCHELIN (1906)

VIOLLAT (1885)

VLASSI Christiane [Christiane BASSI dite] [Neuilly-sur-Seine, 05 juin 1938-] [épouse en 1959 Attilio Labis] (1952-1978) — Etoile (1964).

VOLTER I et VOLTER II — "Deux sœurs l'une jolie, l'autre insignifiante comme beauté. La jolie engraisse et boit du vinaigre pour se faire maigrir ; l'autre est maigre et reste maigre. Beaucoup de diamants." (Yveling Rambaud et E. Coulon, les Théâtres en robe de chambre, 1866)

VYROUBOVA Nina (1950-1957) — Etoile (1949).

WALKER (1896)

WALL (1879)

WEISS (1948)

WIEDERHOLD (1917)

ZAMBELLI Carlotta [-28 janvier 1968] (1894-1930) — Débute le 14 décembre 1894 dans le ballet de Faust.

ZUCCHI Virginia (1895) — En représentation, danse Tannhäuser.

 

 

 

publicité pour Repetto (1955)

 

 

publicité pour Crait (1960)

 

 

 

DANSEURS (principaux danseurs, et tous ceux affichés entre 1875 et 1961) (l'année indiquée précise les débuts de l'Artiste ; les dates sont celles d'appartenance à la troupe)

 

AJAS (1879) — "Artiste tenant fort bien son emploi, mimant avec talent et donnant du caractère à son jeu. A fait une remarquable création dans la Korrigane." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

ALBERT (1808-1831 ; 1842-1843)

ALCARAZ Antonio (1937) — En représentation, crée l'Amour trahi (Rafael) (20 janvier 1937).

ALGAROFF Youli (1952-1964) — Etoile (1953).

ANDRÉANI Jean-Paul (1945-1967) — Etoile (1954).

ANDRÉANI Xavier [mort accidentellement à Muides, près de Blois, le 30 mai 1952] (1945)

ANGERE (1935)

ANTONY (1920)

ARIEL Claude (1957)

ATANASSOFF Cyril [92.Puteaux, 30 juin 1941-] (1957-1986) — Premier danseur (1962), Etoile (1964).

AUBURTIN (1950)

AUMER Jean (1798-1809 ; 1820-1831)

AVAROFF (1937)

AVELINE Albert [Paris, 23 décembre 1883 – 92.Asnières-sur-Seine, 03 février 1968] (1905-1934)

BABILÉE Jean (1949 ; 1953) — En représentation, danse le Spectre de la Rose (1949), « le Prince » dans l'Oiseau de feu (1953) et crée Hop-Frog de Raymond Loucheur (17 juin 1953). Etoile (1953).

BALON Jean (1691-1710)

BAPTISTE (1878)

BARAULT (1910)

BARI Raoul (1945)

BARON Paul (1910)

BARRERA Manuel (1960)

BART Patrice (1959-1989) — Etoile (1972).

BARYCHNIKOV Mikhaïl (1975) — En représentation, danse la Bayadère, Don Quichotte.

BAUCHET "Bauchet, danseur d'élévation et de force, un peu gauche, un peu maladroit, appartenant comme artiste à l’école de Saint-Léon. L'engagement de ce danseur est de trois années, à raison de 6.000 fr. par an." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

BEAUCHAMP Pierre (1673-1687)

BEAUPRÉ Charles (1789-1819)

BECHADE (1957)

BELL (1923)

BERGE C. (1910)

BERGE M. (1910)

BERNARD Jacques (1962)

BESTONSO Robert (1961)

BLANC Robert (1945)

BLASIS Carlo (1817)

BLONDY Michel [1675 Paris, 13 août 1739] (1691-1728)

BONIFACIO (1927) — En représentation, crée Impressions de music-hall de Gabriel Pierné (06 avril 1927).

BONNEFOUS Jean-Pierre (1959-1969) — Etoile (1966).

BOURDEL (1910)

BOURNONVILLE Auguste (1826-1828 ; 1834)

BOZZONI Max (1936-1963) — Etoile (1948).

BREMONT (1910)

BRIEUX Yves [Yves Brieux-Ustaritz] [1905-Paris, 14 mai 1991] (1923) — Il quitte l'Opéra pour se produire en gala avec sa femme Geneviève Ione. De 1963 à 1970, il dirige la classe des sujets à l'Opéra. [Il est enterré au cimetière des Batignolles avec la danseuse Hélène Ustaritz de l'Opéra-Comique].

BRUHN Eric (1964) — En représentation, danse Giselle, Daphnis et Chloé.

CAZENAVE Jean (1959)

CESBRON Jacques (1959)

CHATEL (1923)

CLERET (1898)

CLIFFORD John (1974) — En représentation, danse Capriccio.

CLUSTINE Ivan (1911)

CONTI (1929)

CORALLI Eugène (1834-1870)

CORNET (1875)

CORTIJO (1931) — En représentation, crée l'Illustre Frégona de Raoul Laparra (16 février 1931), et Danses espagnoles (13 juillet 1931).

COULON Antoine (1816-1832)

CUVELIER (1910)

DANGEVILLE Antoine-François (1699-1748)

DARQUET Alain (1961)

DAUBERVAL Jean (1761-1783)

DAVESNE Alain (1960)

DAVOROFF (1936)

DEBRY (1926)

DECARLI (1936)

DELANNE (1927)

DELANNAY (1935)

DELRIEUX Robert (1954)

DEMOULIN (1936)

DENARD Michaël (1967-1989) — Etoile (1971).

DENIZART (1916)

DESCOMBEY Michel (1948)

DESHAYES André-Jean-Jacques (1795-1798 ; 1800-1802)

DIDELOT Charles (1791-1794)

DOMANSKY (1933)

DOMBRONSKY (1960)

DOMINGIE (1898)

DOTTI (1950)

DUCHENE (1953)

DUFLOT Roland (1945)

DUMOULIN David (1705-1751)

DUPORT Louis (1800-1808)

DUPRAT (1910)

DUPRÉ Louis (1714-1722 ; 1730-1751)

DUPREZ Pierre (1923)

DUROZOY (1923)

DUTHOIT Lucien (1949)

DUSSAIGNE Michel (1953)

DUVILLARD Pierre (1961)

EFIMOFF Nicolas (1934)

ERNOUX (1950)

ESTRADA José (1947) — En représentation, reprend « Carmelo » dans l'Amour sorcier (1947).

EVEN (1910)

FADEETCHEV Nicolai (1961, 1964) — En représentation, danse le Lac des Cygnes.

FENONJOIS Roger (1936-1949) — Etoile (1946).

FERDINAND (1818-1833)

FEROUELLE (1894)

FLINDT Flemming (1961-1964) — Etoile (1961).

FOKINE Michel (1921) — En représentation, danse Daphnis et Chloé, le Rêve de la Marquise.

FOSSANO [Antonio Rinaldi dit] [Naples, av. 1715 ap. 1759] Débute le 14 juillet 1739 dans les Fêtes d'Hébé.

FRANCHETTI Jean-Pierre (1959-1989) — Etoile (1971).

FRANCHETTI Raymond (1948)

FRANCK Daniel (1954)

FRANTZ Patrice (1960)

FRIANT (1875)

FRIANT (1911)

FUGER Pierre (1959)

GALAN Jean-Louis (1957)

GALLY (1954)

GANIO Denis (1976) — En représentation.

GARDEL Maximilien (1759-1782)

GARDEL Pierre (1772-1799)

GARNIER Jacques (1963)

GENET (1950)

GIRODIER (1886)

GOLOVINE Serge (1945)

GOSSELIN Geneviève (1809-1816)

GOSSELIN Louis (1820-1826)

GOUBÉ Paul [Paris, 1912 – Paris, 30 mars 1979] (1930)

GUELIS Jean (1937)

GUERRA Antonio (1836-1838)

GUILLEMIN (1912)

GUIZERIX Jean (1964-1990) — Etoile (1972).

GUSTIN (1935)

GUYLAINE (1935)

HAEMMERER Robert (1945)

HANSEN Joseph (1875) — "Maître de ballet. Il a succédé au regretté Mérante et ses premiers travaux ont prouvé que la direction a fait un excellent choix. M. Hansen a été maître de ballet à la Monnaie de Bruxelles." (Adrien Laroque, Acteurs et actrices de Paris, juillet 1899)

HENRY Louis (1803-1807)

HERRAULT Michel (1953)

HOQUANTE (1896)

HUMBERT (1915)

JAMET (1936)

JAVON Charles (1910)

JAVON Jules (1893)

JODEL Jacques (1948)

JOUSSET (1875)

JULES (1879)

KALIOUJNY Alexandre (1947-1960) — Etoile (1947).

KOCHANOVSKY Alexandre (1960)

KORWSKY (1927)

LABIS Attilio [05 septembre 1936-] [épouse en 1959 Christiane Vlassi] (1954-1972) — Etoile (1961).

LACOTTE Pierre (1948)

LADAM (1889)

LALLEMENT (1945)

LANY Jean-Barthélemy (1741-1743 ; 1748-1769)

LAVAL Antoine Bandieri de (1706-1748)

LAVIGNE (1916)

LEBERCHER Louis (1928)

LEBERTRE Patrick (1959)

LEBLANC (1910)

LECERF (1879)

LEFEVRE Pierre (1945)

LEGAT Nicolai (1908, 1909) — En représentation, danse la Korrigane, Coppélia.

LEGRAND Lucien (1945)

LEMOINE J.-B. (1948)

LEROY (1885)

LE ROY (1925)

LESTANG Louis (1673-1689)

LIFAR Serge (1929-1944 ; 1949-1956)

 

 

Serge Lifar

 

LOINARD (1936)

LOISEL Pierre (1960)

LYONNOIS (1746-1768)

MABILLE Auguste (1835-1845)

MAELLI (1927)

MAGRI (1875)

MARCHISIO (1929)

MARIONNO (1916)

MARIUS (1880)

MARTINEZ Juan (1931) — En représentation, crée l'Illustre Frégona de Raoul Laparra (16 février 1931).

MARTINS Peter (1975) — En représentation.

MAURIAL (1910)

MAYER Gilbert (1953)

MAZILIER Joseph (Mazelier dit) [1797-1868] (1830-1848)

MÉRANTE Francis (1867)

MÉRANTE Louis (1848-1887) => biographie

MILHET (1887)

MILLIAND (1936)

MONDON (1926)

MONTFALLET (1875)

MOREL Claude (1960)

MOURADEFF (1931)

NIVELON Louis (1777-1799)

NOUREEV Rudolf (1967) — En représentation.

PACALET (1910)

PACAUD (1926)

PARRES Manuel (1945)

PAUL Antoine (1813-1831)

PÉCOUR Louis (1674-1721)

PELLETIER Charles (1930)

PERETTI Serge (1922-1946) — Etoile (1941).

PERICAT Paul (1929)

PERRAULT Serge (1946)

PERROT Jules [18101892] (1830-1835 ; 1849) — Danse à l'Opéra, puis y est engagé dans sa vieillesse pour y donner des cours.

PERROT (1910)

PETIPA Lucien (1839-1862) "Petipa, danseur de la vieille école, mais chorégraphe d'avenir et mime de talent. Petipa gagne 9.000 fr. par an." (H. de Villemessant et B. Jouvin, Figaro, 09 juillet 1854)

PETIT Roland (1935)

 

 

 

Roland Petit en 1969

 

 

PIERRE Jules (1879)

PILETTA Georges (1963-1989) — Etoile (1969).

PLESSY Roger (1953)

PLUQUE (1875)

POMIE (1951)

PONÇOT (1877)

PONTI (1927)

PORCHERON (1880)

PRECHEUR (1910)

RANCHET Maurice (1955)

RAYMOND P. (1907)

RAYNE Michel (1952)

REFIG Philippe (1957)

REGNIER (1888)

REMOND (1875)

RENAULT Michel (1940-1959)  — Etoile (1946).

RESCHAL Jacques (1948)

RICAUX Gustave Oscar [Paris, 20 août 1884 - 13.Aubagne, 24 octobre 1961] (1901-1911 ; 1919-1931)

RICAUX J. (1918)

RIGAUX E. (1911)

RITZ Roger (1930-1951) — Etoile (1947).

ROMAND (1936)

ROUSSELLE Bernard (1959)

ROSSI (1960)

RYAUX (1924)

SAINT-AMAND (1794-1808)

SAINT-LÉON Arthur (1847-1852)

SARELLI Jean (1951)

SAUVAGEOT Martial (1927)

SCHMUKI Norbert (1957)

SEGARELLI Domenico (1856-1858)

SEILLIER (1946)

SERRY (1930)

SKIBINE George (1957-1962) — Etoile (1957). En représentation, danse dans Divertissement (1957).

SODI Pietro (1744-1746 ; 1748-1752)

SORIA de (1880)

STAATS Léo (1898-1909)

STADORINI (1882)

STILB (1879)

STORMS (1929)

STOWITTS (1921) — En représentation, crée « Iskander » dans la Péri de Paul Dukas (20 juin 1921).

TAGLIONI Filippo (1800-1802)

TAGLIONI Paul (1827 ; 1831 ; 1844)

TAGLIONI Salvatore (1806)

TAVAROFF (1937)

TCHERKAS Constantin (1931)

THARIAT (1923)

THOMAS Pierre (1910)

 

 

 

la Salle de cours de chorégraphie Staats. — C'est là, dans cette salle spacieuse et claire, 16 rue Saulnier, que s'initient à l'art difficile de la chorégraphie classique nos futures étoiles sous la direction experte du professeur Pierre Thomas, de l'Opéra. (Paris qui chante, 01 janvier 1921)

 

 

TISSERAND (1925)

TORRES José (1940) — En représentation, danse l'Illustre Frégona (1940).

TORRINI (1926)

TOUROUDE Jacques (1945)

VAIRDEL (1948)

VALDI Jacques (1960)

VANARA (1900)

VAN DIJK Peter (1955-1958) — Etoile (1955).

VASQUEZ Miguel [1855 - janvier 1903] (1874-1900)

VASQUEZ [père de Miguel] (1875)

VASSILIEV Vladimir (1969, 1973) — En représentation, danse Giselle.

VERDOJEL (1948)

VESTRIS Armand (1800-1803)

VESTRIS Auguste (1772 ; 1775-1816) Débute en septembre 1772 dans la Cinquantaine.

VESTRIS Gaétan (1748-1782)

VINCI (1950)

VLADIMIROV Iouri (1976) — En représentation.

VOLCART (1927)

WAGUE Georges (1915)

 

 

 

 

l'Opéra de Paris au Musée Grévin

 

 

— Les Coulisses de l'Opéra : le Foyer de la Danse (1890).

 

 

Ensemble du foyer de la danse ; de g. à dr. : Mme Rose Caron (Marguerite) ; Damade (Huissier) ; M. Gailhard ; Mlle Barbier (Jeune figurante) ; Mlle Cléo de Mérode (Nubienne) ; Un abonné ; Mlle Riccotti (Troyenne) ; Un abonné ; Mlle Cécile Parent (Courtisane) ; Mlle Régnier (Miroir) ; Mlle Torri (Laïs) ; Mlle Carlotta Zambelli

 

 

Ici, le visiteur se trouve transporté à l'Opéra, dans le couloir qui sépare la scène du foyer de la danse pendant l'entr'acte du ballet de Faust.

A gauche, Mme Rose Caron (Marguerite), sur le point d'entrer en scène, recevant les compliments du directeur de l'Opéra, M. Gailhard.

A droite, le Foyer de la Danse avec sa physionomie particulière, au moment où Étoiles, Coryphées et Sujets, descendant de leurs loges, viennent prendre leurs ébats, pendant les derniers instants qui précèdent le Ballet de Cléopâtre.

Autant de personnages, autant de portraits. Les attitudes finement observées, le décor, les costumes fidèlement reproduits, tout concourt à donner au spectateur l'illusion d'une visite à ce coin si curieux de notre grande scène parisienne, visite à laquelle très peu d'élus sont admis.

(Catalogue descriptif, février 1907)

 

 

 

couloir entre la scène et le foyer

 

 

— Mlle Sandrini dans les danses grecques.

 

 

 

Mlle Sandrini de l'Opéra

 

 

 

 

 

 

La rénovation du ballet au XXe siècle

 

Si le ballet est devenu « la forme vivante de l'art lyrique » et s'il s'impose à présent comme l'un des moyens d'expression favoris des artistes de notre temps, c'est au prix d'une transformation profonde, qui l'a détaché des formes et des allures de l'époque antérieure. A la fin du dernier siècle, délaissant l'expression et cédant aux vanités des prouesses techniques, il s'était laissé emprisonner dans un formalisme stérile. Sa rénovation présente est l'œuvre, en vérité, de Serge de Diaghilev, animateur de l'éclatante épopée artistique que fut la vie du Ballet russe entre 1909 et 1929. Pour rendre au ballet ses puissances lyriques, l'action de Diaghilev s'exerça autant sur le principe et sur la forme du spectacle chorégraphique que sur la danse elle-même.

Il nous apparaît, à présent, que la « révolution diaghilévienne » tendait essentiellement à faire du Ballet une synthèse de tous les arts du théâtre : le poème, la musique, la peinture, l'architecture, la danse, la pantomime, les ressources de la mise en scène, les techniques de l'éclairage et le cinéma même. Alors que, dans le ballet traditionnel, la danse était tout et le reste un insignifiant accompagnement, dans les ballets de Diaghilev, l'œuvre du peintre et celle du musicien représentaient des éléments d'une valeur équivalente à celle du maître de ballet. C'était reprendre un rêve ancien des poètes : la fusion des arts par le théâtre ; Diaghilev a trouvé pour cette collaboration une formule nouvelle, ordonnée par la danse.

La danse elle-même se transformait, s'étendait au delà des formes et des figures de la pédagogie « classique ». Fokine lui avait fait englober la pantomime et, avec ses ballets « grecs », la plastique ; avec le Sacre du Printemps de Nijinski, elle annexait la rythmique ; avec Massine, avec Balanchine, elle allait intégrer des gestes et des mouvements empruntés aux métiers, aux sports, à la parade des bateleurs et jusqu'au libre exercice d'un corps assoupli par l'athlétisme. Aussi bien, les temps de Tchaïkovski et de Delibes, qui avaient donné leur rythme à une époque de la danse classique, étaient révolus ; et pour aborder les musiques de Stravinski, de Prokofiev et d'Hindemith il fallait à la danse des rythmes nouveaux.

Par sa double loi essentielle de l'en-dehors et du plié, principe d'équilibre et d'essor et par le système de son exacte discipline, l'École classique, véritable solfège musculaire, permet d'éduquer tous ces mouvements, de les coordonner, de les styliser. Tous les mouvements humains sont susceptibles de devenir objets d'expression. Tels gestes, tels mouvements volontairement exagérés, arrêtés, simplifiés, peuvent aboutir à cette représentation conventionnelle qui est le caractère de l'œuvre d'art.

Mais ce style moderne repose avant tout sur une technique impeccable ; les inspirations de l'amateurisme ont perdu leur pouvoir : c'est l'École, la lente et patiente formation pédagogique, qui juge la valeur des sujets. Ce style moderne est un style classique. Ce retour au classicisme ne signifie pas un renoncement stérile, un abandon à un passéisme rétrograde : nous avons assisté, au contraire, à un enrichissement, à une extension d'un langage lyrique.

On a dit déjà, souvent, l'éblouissement causé par l'apparition, avant l'autre guerre, des premiers spectacles du Ballet russe : la magie de la couleur magnifiant celle du mouvement, la réhabilitation éclatante de la danse d'hommes, la séduction délicate comme une irradiation de poésie qui enveloppait la danse des grandes ballerines russes, la révélation du génie de Stravinski, l'appel adressé presque dès la première saison par Diaghilev à Ravel et à Debussy. Les peintres de Diaghilev — Alexandre Benois, Léon Bakst — se déclaraient « hommes de théâtre » et pas seulement fournisseurs de maquettes et de croquis.

Enfin, si Diaghilev, au début, s'était borné à présenter des adaptations chorégraphiques de musiques de Chopin (les Sylphides), de Schumann (Carnaval), de Rimski-Korsakov (Shéhérazade), de Borodine (les danses polovtsiennes du Prince Igor), il avait commandé, dès la seconde saison, des œuvres originales à un artiste d'avant-garde, Stravinski, dont il adopta et imposa le génie : d'abord l'Oiseau de feu (1910), puis surtout Petrouchka (1911), qui fut d'emblée le modèle achevé et parfaitement significatif de ce que, à cette époque, Diaghilev et ses amis voulaient réaliser, si bien que l' « auteur » de Petrouchka ne peut se désigner autrement que par la triade Stravinski-Benois-Fokine. Puis ce furent l'Après-midi d'un faune (1912 ; Debussy-Bakst) et le Sacre du Printemps (1913 ; Stravinski-Roerich) réglés par Nijinski, où l'on croit entrevoir des formes qui mûriront plus tard dans l'expressionnisme allemand ; et le Coq d'or (1914 ; Rimski-Korsakov-Gontcharova-Fokine) qui inaugure une nouvelle forme de spectacles : la mise en scène chorégraphique des opéras.

Pendant la guerre de 1914-1918, au cours de séjours en Suisse, en Italie, en Espagne — après un bref séjour aux États-Unis —, une transformation profonde s'opéra dans l'esprit de Diaghilev, dont les goûts et les préférences artistiques, sous l'influence principalement du peintre « moderniste » Michel Larionov, s'orientèrent vers les fauves et la jeune école de Paris : Parade (Satie-Picasso-Massine) fut créée à Paris en 1917 ; à Derain il commanda la décoration de la Boutique fantasque (1919) ; à Picasso celle du Tricorne (1919) ; à Matisse celle du Chant du rossignol (1920). Léonide Massine, jeune danseur dont Diaghilev avait entrepris l'éducation comme chorégraphe, fut l'instrument de ces transformations du style et de l'esprit du Ballet. Venu de l'École impériale de Moscou, où le jeu dramatique a une part importante dans la formation professionnelle des artistes, il fut en outre initié par Larionov à des formes nouvelles, ou plutôt retrouvées, de la danse : orienté notamment vers la veine burlesque, naguère refoulée vers les tréteaux de la foire par le triomphe de l'esprit classique ; ils en retrouvaient les traces à la fois dans les dessins de Callot et dans les traditions de la Commedia dell'arte. Massine en tira la formule d'une danse imprégnée de pantomime, une « danse mimée », propre surtout à l'ironie et à la parodie.

Alors, sans timidité, Diaghilev se lança dans le bouillonnement qui enfiévrait les esprits : traversant les cénacles, il cherchait à exprimer, par des moyens nouveaux, les curiosités esthétiques de l'époque. Tout en restant fidèle à Stravinski, il attira à lui Falla ; il choisit Poulenc et Auric ; il découvrit Prokofiev, Nabokov, désigna Hindemith et Markevitch. Il s'adressa à des peintres nouveaux : les cubistes après les fauves, et les surréalistes après les cubistes, et pour son ultime saison à Rouault.

On retiendra les Noces (1923 ; Stravinski-Gontcharova), le Train bleu (1924 ; Milhaud-Laurens), les Biches (1924 ; Poulenc-M. Laurencin) que régla Mme Nijinska, la sœur du célèbre danseur ; en tête des distributions brillaient alors Anton Dolin et Vera Nemtchinova. George Balanchine, ensuite, engagé comme danseur et aussitôt orienté vers la composition chorégraphique, fut l'auteur des ouvrages de la dernière période, avec principalement Barabau (1925 ; Rieti-Utrillo), la Chatte (1927 ; Sauguet-Gaho et Pevzner), Apollon Musagète (1928 ; Stravinski-Bauchant). Léonide Massine, cependant, revenait par intervalles au Ballet russe et donna les Matelots (1925 ; Auric-Pruna), le Pas d'acier (1927 ; Prokofiev- Jakoulov), Ode (1928 ; Nabokov- Tchelitchev).

Avec le Fils prodigue (1929 ; Prokofiev-Rouault-Balanchine), drame chorégraphique, Diaghilev revenait vers les formes classiques du ballet d'action. La troupe était dominée par Serge Lifar alors en pleine ascension, Felia Doubrovska, Alexandra Danilova, Alicia Markova, Alice Nikitina et l'incomparable Olga Spessivtseva. Serge de Diaghilev mourut à Venise le 19 août 1929.

Il y a peu à retenir des tentatives diverses qui essayèrent de se faire jour « en marge » du Ballet russe. Au Ballet suédois de Rolf de Maré (1920-1924), l'inspiration des chorégraphies de Jean Borlin se partageait entre le folklore nordique et les imaginations des peintres d'extrême avant-garde. Citons les Mariés de la tour Eiffel (1921), qui réunit Jean Cocteau, la musique des « six » et les costumes de Jean Hugo ; l'Homme et son désir et la Création du Monde de Milhaud ; Relâche, ballet de Picabia, avec le film de René Clair Entr'acte.

Les « Soirées de Paris » d'E. de Beaumont (1924) ont offert quelques spectacles d'un goût raffiné avec, notamment, deux ballets de Massine : le Beau Danube, devenu un « classique », et Salade (Milhaud-Braque). Les spectacles d'Ida Rubinstein, en 1928-1929, en 1931 et 1934, dans une formule fidèle aux premières manifestations du Ballet de Diaghilev, ont présenté, notamment, Amphion de Paul Valéry (1931 ; Honegger-Benois-Massine), Perséphone d'André Gide (1934 ; Stravinski-Barsacq-Kurt Jooss), Sémiramis, de Paul Valéry (1934 ; Honegger-Jacowiev-Fokine).

Mme Nijinska présenta quelques ouvrages, dont Etude de Bach (1931), premier essai de « ballet abstrait », et Hamlet (1934), très curieuse composition scénique, à demi réussie, mais mémorable.

En 1932, René Blum créa, avec W. de Basil, la première Compagnie des ballets de Monte-Carlo : c'est là que, après la réussite, entre autres, de la Concurrence (Auric­Derain-Balanchine), de Jeux d'enfants (Bizet-Miro-Massine), Léonide Massine inaugura une nouvelle formule d'utilisation théâtrale de la musique, avec ses « symphonies chorégraphiques » : les Présages et Choréartium (1933) ; on y reconnaissait des emprunts à la manière « expressionniste » de Jooss, rééduqués, assimilés grâce à la discipline classique. La troupe, ensuite, en Angleterre, en Amérique, créa Francesca da Rimini (Lichine), la Symphonie fantastique (Massine), Cendrillon et Paganini (Fokine).

Cependant, René Blum fondait la seconde Compagnie de Monte-Carlo : pour elle, Fokine, rappelé des États-Unis, créa l'Epreuve d'amour (1936 ; Mozart-Derain), Don Juan (1936 ; Gluck-Andreu), les Eléments (1937 ; Bach-Bouchène). Massine, appelé à son tour, régla la VIIe Symphonie (1938 ; Beethoven-Ch. Bérard), Noble Vision (1939 ; Hindemith-Tchélitchev), l'Étrange Farandole (1939 ; Chostakovitch-Matisse) ; le style classique faisait place, pour certains tableaux, à la manière plastique et aux recherches expressives.

Dans ces ouvrages se révélèrent les « trois étoiles-enfants » : Tamara Toumanova, Irina Baronova et Tatiana Riabouchinska ; elles furent suivies par les Maria Ruanova, Teilhade, Gollner, Slavenska, que venaient encadrer leurs aînées, les Markova, Danilova, Nemtchinova ; et de même auprès des Eglevsky, Shabelevsky, Petrov, reparaissaient Léon Woïzikowsky et Massine lui-même.

Pendant la période de 1909 à 1930, l'Opéra de Paris n'avait pas cherché à disputer au Ballet russe la gloire ni les périls de ses triomphes et de ses hardiesses. Mais, à la mort de Diaghilev, Jacques Rouché appela Serge Lifar à qui il confia le ballet de l'Académie nationale ; il engagea également Olga Spessivtseva, étoile des dernières saisons du Ballet russe. Après les Créatures de Prométhée (dû, en large part, à Balanchine) Serge Lifar s'adonna à des recherches de formes et de style, dans l'esprit très moderne des derniers ouvrages du ballet russe, où il avait lui-même brillé comme interprète : tel, surtout, Ariane et Bacchus (1931 ; Roussel-Chirico). Dans la manière de la Commedia dell'arte, il présenta ensuite la Vie de Polichinelle (1934 ; Nabokov-Pruna) et Salade (1935 ; Milhaud-Derain). Icare (1935) « ballet de rythmes », s'accompagna de discussions sur le problème de l'équivalence rythmique et sur la difficulté pour la danse à s'adapter à la musique moderne. Les ouvrages suivants faisaient apparaître, en dépit de la diversité des sujets, certaines ressemblances générales de formes : une manière composite mêlant les figures de l'École à des apports divers et à une recherche poussée de l'expression. L'action était traitée par petits groupes, dans une manière animée, violente parfois, que dominait le rôle du protagoniste, S. Lifar lui-même. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Serge Lifar, aboutissant à son tour à la formule « classique » du ballet d'action, monta deux grandes tragédies chorégraphiques, le Chevalier et la Damoiselle (1941 ; Gaubert-Cassandre) et Joan de Zarissa (1942 ; W. Egk-Brayer), faisant à la composition des ensembles une place plus étendue.

Au cours de cette période de quinze ans s'affirmèrent nombre de sujets remarquables formés dans les classes de danse de l'Opéra : les ballerines Lorcia, Didion, Simoni, Kergrist, Schwarz, Darsonval, Chauviré, et plus récemment les Lafon, Moreau, Bourgeois, Marchand, Jeanmaire ; et leurs camarades Peretti, Goubé, Fenonjois, Petit, Babilée, Renault.

Appelé en 1946 au « Nouveau Ballet de Monte-Carlo », Serge Lifar régla pour cette compagnie Dramma per Musica (Bach-Cassandre) et Chota Roustaveli ; à l'Opéra, il a créé les Mirages (1947 ; Sauguet-Cassandre), où, dans les petits groupes, se reconnaît sa manière vigoureuse et brillante, et Lucifer, mystère de René Dumesnil, d'après le Caïn de Byron (1948 ; Claude Delvincourt-Yves Brayer), dont il a monté les déploiements scéniques.

Il faut mentionner aussi la réussite de Roland Petit, au « Ballet des Champs-Elysées », puis au « Ballet de Paris » : même si l'on n'y discerne pas de tendance nouvelle, dans la forme ni dans l'esprit, les Forains, la Fiancée du Diable, le Jeune Homme et la mort (ballet de Jean Cocteau), le Rendez-vous (ballet de Jacques Prévert), que suivent, à présent, les Demoiselles de la nuit (Anouilh), affirment un talent qui se cherche. On y admire d'excellents interprètes : les Babilée, Algarov, Skouratov, Nina Vyroubova et Irène Skorik.

Appelé à l'Opéra en 1947, Balanchine a monté la Sérénade (Tchaïkovski) et le Palais de cristal (Bizet) dans la manière musicale propre à ce maître éminent. Une brève visite, également, de A.-M. Milloss au Ballet des Champs-Élysées a fait connaître la manière savante de ce créateur : son Portrait don Quichotte, constamment transposé, est une réussite remarquable.

Particulièrement importante nous paraît, enfin, l'activité à Londres de Fred Ashton : avec la Sonate de Dante (1940), les Variations symphoniques (1946), Scènes de Ballet, de Stravinski (1948), il aborde les formes du ballet abstrait ; jeu de formes dégagé de l’appui concret d'une anecdote, et qui est l'aboutissement suprême, sans doute, du principe d'idéalisation du ballet.

 

(Pierre Michaut, Larousse Mensuel Illustré, janvier 1949)

 

 

 

 

 

la Classe de danse, huile sur toile d'Edgar Degas (vers 1871-1874) [à droite, Jules Perrot]

 

 

Encylopédie